Dans l’obscurité, il y a toujours des personnes « éclairées » qui nous guident

· 22 avril 2017

Dans les périodes d’obscurité, il y a toujours des personnes « éclairées » qui nous guident. Elles sont comme la lumière du soleil qui traverse une verrière pour nous inspirer, pour nous donner de l’espoir lors de ces moments où l’on perd le rythme, le moral et le nord de notre boussole. Ce sont des remèdes pour le cœur lors des moments d’adversité.

Il faut l’admettre : nous avons tou-te-s besoin de quelqu’un qui s’inquiète pour nous. Nous pouvons aimer notre indépendance, notre auto-suffisance orgueilleuse et même penser que nous portons le soleil en nous. Pourtant, une tempête se déclare, et tôt ou tard, les gouttes de la tristesse surgissent, ainsi que les peurs, les insomnies et cette confusion que seuls le soutien affectif, l’empathie et la tendresse peuvent soulager.

« Parfois, notre lumière s’éteint et se rallume grâce à la lumière de quelqu’un d’autre. »

-Albert Schweitzer-

Voici une donnée curieuse : en psychologie sociale, on nous révèle qu’apporter un soutien émotionnel est un art que tout le monde ne sait pas bien offrir. Aussi curieux que cela paraisse, parfois, ce sont celleux qui nous aiment le plus qui peuvent nous apporter une attention si démesurée qu’elle génère en nous une certaine sensation de dépendance, d’inefficacité ou de fragilité.

Le type de soutien le plus efficace est celui qui est toujours présent mais de manière subtile, enveloppante et authentique. Nous parlons également de ce type d’aide où aucun des deux membres ne se sent en dette vis à vis de l’autre, car il n’y a pas de « donneurs » et de « receveurs » d’affection. Il y a juste un lien où une réciprocité fluide, subtile et merveilleuse a lieu.

Nous vous proposons de réfléchir à ce sujet très intéressant et également plein de nuances.

Personnes qui érodent et personnes « éclairantes »

Nous savons tou-te-s ce qu’est l’empathie et quel est son impact sur nos relations quotidiennes. À présent, nous sommes sûr-e-s que plus d’une fois, quand vous avez essayé de parler à quelqu’un qui est incapable de se connecter aux autres, quelqu’un qui a des tendances agressives, hostiles et même destructrices, vous dites que « cette personne n’a pas d’empathie ».

Simon Baron-Cohen, professeur de l’Université de Cambridge et expert dans le développement de la psycho-pathologie, définit ces traits psychologiques avec un terme intéressant : « l’empathie érosive« . Selon lui, ce comportement arrive lorsque quelqu’un ne cesse pas uniquement de se connecter avec son prochain, mais petit à petit érode, mine et fragmente avec une lenteur déconcertante celui qui se trouve à ses côtés. Ce sont des profils caractérisés par une certaine obscurité.

Dans le pôle opposé, se trouvent bien sûr les personnes « éclairées ». On peut les voir comme des personnalités de noblesse et de bonté, mais on peut surtout les définir comme des femmes et des hommes qui « savent être et qui laissent être », comme des facilitateurs d’une harmonie intérieure, comme des fileurs émotionnels qui rassemblent nos morceaux brisés pour nous rappeler, une fois de plus, à quel point nous pouvons être beaux/belles et important-e-s.

Caractéristiques psychologiques de personnes « éclairées »

Nous disions au début de cet article qu’apporter son soutien est en réalité un art que tout le monde ne sait pas pratiquer. Par exemple, il faut savoir qu’au moment où le donneur se différencie clairement du receveur, peuvent parfois surgir des inconforts. Le/La récepteur-trice peut se sentir « endetté-e » ou devenir dépendant-e d’un-e donneur-se qui profite du rôle de « sauveur-se ».

  • Les personnes éclairées, de leur côté, n’acceptent à aucun moment le rôle de sauveuses.
  • Elles savent être sans contrôler, sans juger, sans exercer à aucun moment une attention constante où l’autre personne finit forcément par devenir dépendant-e. Ce sont des expertes pour générer un authentique épanouissement personnel.
  • Elles respectent les espaces personnels, elles savent être présentes quand c’est nécessaire et protéger l’intimité de l’autre quand iel en a besoin.
  • Ce sont des présences présentes mais toujours subtiles, avec la capacité exceptionnelle de nous rappeler qui nous sommes. Elles s’inquiètent pour nous, elles apportent de la positivité, du courage et des espoirs pour nous aider à être en harmonie avec nous-même, avec le rythme de la vie, avec l’optimisme.

Lisez aussi : L’optimisme intelligent, ou comment être heureux en toutes circonstances

Comment apprendre à éclairer, comment offrir un soutien émotionnel authentique ?

Les personnes « éclairées » nous guident lors des moments difficiles, nous accompagnent lors des moments de bien-être et nous inspirent dans le quotidien. C’est quelque chose que nous savons tou-te-s. Mais serions-nous capables de leur offrir un soutien aussi qualitatif et authentique ?

« Si tu allumes la lumière pour quelqu’un, tu illumines aussi ton chemin. »

-Bouddha-

Que nous le croyons ou non, offrir un soutien émotionnel n’est pas facile. Le faire requiert une connaissance de soi très profonde, une bonne gestion de ses émotions et une décentralisation de ce « moi » où l’on peut faire découvrir à l’autre tous ses sens.

Quelques clés pour développer un soutien réel

Il y a celleux qui parviennent à ressentir une empathie affective envers l’autre personne mais qui ne parviennent jamais à développer une empathie cognitive. Il ne s’agit pas seulement de « sentir » ce que l’autre est en train de vivre, il faut aussi le comprendre.

  • Ainsi, il est nécessaire de développer une précision empathique. Nous parlons de cette compétence à déduire correctement l’état mental dans lequel se trouve l’autre personne. Pour cela, il faut savoir se poser les bonnes questions, ne pas émettre de jugements à voix haute et écouter avec attention.
  • Évitez d’augmenter l’anxiété de l’autre personne avec les expressions classiques telles que « ce n’est rien » ou « ça pourrait être pire ».
  • Il faut aussi savoir que quiconque traverse vraiment une mauvaise passe ne se sent pas mieux avec les phrases typiques « Je suis là si tu as besoin » ou « Tu peux compter sur moi ». Plus que des mots, on a besoin de faits réels, tangibles et visibles dans ces moments-là.

Les personnes « éclairées » ne parlent pas beaucoup, mais agissent. Elles seront à vos côtés dès que vous le leur demanderez et liront dans votre regard vos peines et vos tristesses. Pour conclure, ce que nous prenons parfois pour du soutien, ne l’est pas vraiment. Le bon soutien ne se base pas uniquement sur le fait de dire ce qu’il faut dire, mais aussi faire les choses appropriées grâce à de petits actes de bonté et d’intérêt sincère.

Lisez aussi : Ce qui est difficile, ce n’est pas d’être un enfant, mais d’en être un dans un monde de gens fatigués

Images de Claudia Tremblay et Amanda Cass