L’inspirante parabole des fleurs sans arôme

· 10 juin 2018

La parabole des fleurs sans arôme raconte l’histoire d’un vieux samouraï, très sage, pour qui tout le monde avait un grand respect. Le vieil homme tenait toujours des réunions chez lui pour transmettre ses enseignements aux plus jeunes, qui l’écoutaient avec beaucoup d’intérêt et d’attention.

Il se dit que sa renommée se répandit dans toutes les régions voisines et que des gens de différents endroits commencèrent à arriver. Le vieux samouraï parlait principalement de l’importance du détachement et de l’importance de savoir comment éradiquer les émotions égoïstes de l’être.

« Tout ce qui vous dérange au sujet des autres êtres n’est qu’une projection de ce que vous n’avez pas résolu en vous-même. »

-Buddha-

Son disciple le plus assidu était un jeune homme nommé Alino. Il voulait apprendre tout ce qu’il pouvait du maître. C’est pourquoi il assistait aux réunions tous les jours. Il préparait également du thé pour tout le monde et était connu pour être très serviable. Le samouraï l’appréciait en raison de son humilité et son intérêt pour les autres. Il sera le principal apprenti de la parabole des fleurs non parfumées.

La colère et la parabole des fleurs sans arôme

Un jour, en pleine réunion, un des présents renversa son thé sur les vêtements d’un autre participant. L’affecté n’hésita pas une seconde. Il réagit immédiatement et poussa agressivement l’auteur de l‘incident. « Comment peux-tu ne pas faire plus attention ! », dit-il. Puis il ajouta que ses vêtements étaient en soie chinoise et qu’ils étaient désormais bons à jeter.

fleurs sans arôme

Le vieux samouraï resta impassible. Il continua comme si rien ne s’était passé. Certains murmuraient à voix basse. Il semblait inouï que le maître autorise de tels propos dans sa propre maison. La majorité pensa qu’il aurait dû intervenir devant l’arrogance de cet homme.

Alino était confus. Lorsque la réunion se termina, il ne put résister et demanda à son maître. « Pourquoi permettez-vous ces injustices, sachant qu’un seul mot de vous suffisait pour à remettre en place le fier ? Pourquoi ne l’avez-vous pas expulsé de votre maison ? »

Le maître sourit. « Il y a des fleurs qui n’ont pas d’arôme et elles ne devraient pas être dans notre jardin », répondit-il à Alino. Celui-ci s’en trouva fort confus. Il ne comprenait pas le message du maître. Puis, le vieux samouraï ajouta : « La colère est une fleur sans arôme qui ne pousse que dans les jardins où la liberté n’existe pas ». Il lui donna ainsi la première leçon de la parabole des fleurs sans arôme.

Alino connaît la parabole des fleurs sans arôme

Quelque chose d’imprévu se passa quelques semaines après l’incident de l’homme au thé. Le même homme revint à la maison du maître, mais se montra très hostile envers tout le monde dès qu’il entra. Il se fraya brutalement un chemin à travers la foule. Il parlait par ailleurs presque en criant, sans tenir compte du fait que le maître enseignait.

fleurs sans arôme

Soudain, il fit quelque chose qui glaça tout le monde. Il se leva, alla directement à l’endroit où se trouvait le maître et, sans dire un mot, lui cracha au visage. Le maître garda le silence pendant quelques secondes. Tout le monde était stupéfait. Au début, personne ne réagit. Mais bientôt des voix en colère commencèrent à se faire entendre.

Alino se mit en garde. Il prit l’un des sabres de la maison. Il dit alors au vieux samouraï : « Permettez-moi, maître, de donner à cet homme une leçon qu’il mérite ! ». Le maître resta impassible et leva seulement la main pour lui indiquer de ne rien faire. Il semblait qu’Alino n’avait pas encore compris la parabole des fleurs sans arôme.

Une fin inattendue

Le maître demanda le calme. Il restait complètement serein. L’agresseur était prêt à répondre à quiconque tentait de l’attaquer. Il y avait un sourire de satisfaction sur son visage alors qu’il défiait l’homme le plus reconnu de toute la région. Soudainement, le vieux samouraï rompit son silence. S’adressant à l’homme qui lui avait craché dessus, il dit « Merci« .

Personne ne pouvait croire ce qu’il venait d’entendre. Alino ne savait quoi penser. C’est pourquoi il demanda au vieil homme : « Que dites-vous, maître ? Comment pouvez-vous remercier ce voyou qui, pour la deuxième fois, vient chez vous pour vous faire un affront ? Comment est-ce possible que vous le remerciiez ? »

fleurs sans arôme

Le maître, sereinement, s’adressa à l’agresseur en disant : « Ton geste m’a permis de vérifier que la colère a disparu de mon cœur. Je n’ai pas de quoi te payer pour ça. Les fleurs sans arôme ne pousseront plus dans mon jardin ». Alino se sentit alors honteux.

Le maître leur avait enseigné pendant des mois à ne pas trop s’éprendre de soi. A éviter les passions telle que la colère également. Les personnes qui offensent, agressent et critiquent négativement sont comme des fleurs, sans arôme. La seule réponse sensée à donner consiste à les ignorer. De ne pas leur permettre de détruire notre jardin intérieur. Voici donc l’enseignement de la parabole des fleurs sans arôme.