L'héritage de Tchernobyl : la première étude génétique

Nous vous parlons ici de la première étude génétique réalisée sur les enfants des survivants de la catastrophe survenue à Tchernobyl aux premières heures du 26 avril 1986. Nous profitons de cette publication pour voyager dans le temps et retourner à l'endroit où tout s'est passé.
L'héritage de Tchernobyl : la première étude génétique

Dernière mise à jour : 10 juillet, 2021

Le plus grand accident de l’histoire nucléaire s’est produit dans la ville de Tchernobyl, en 1986, choquant le reste du monde. De nombreuses questions restent sans réponse à ce jour.

Cependant, l’une des plus grandes questions qui a été soulevée semble avoir trouvé une réponse 35 ans après la catastrophe. La première étude génétique des descendants des personnes touchées par le terrible accident nucléaire a récemment été publiée, et les conclusions sont vraiment encourageantes.

Une centrale nucléaire.

Les conséquences d’une catastrophe

Les 25 et 26 avril 1986 ont marqué un tournant dans l’histoire du monde. À ces dates, le pire accident nucléaire de l’histoire a eu lieu dans la ville de Tchernobyl (Ukraine).

Le 25, la maintenance de routine a commencé sur le quatrième réacteur de la centrale nucléaire Vladimir Ilyich Lenin. Cependant, lors de ce test, les travailleurs n’ont pas respecté les protocoles de sécurité, ce qui a soudainement augmenté la puissance du cœur de la centrale.

Les tentatives d’arrêt du réacteur ont échoué. L’augmentation de la puissance a provoqué une réaction en chaîne d’explosions à l’intérieur.

Le pire est arrivé ensuite. Le cœur du réacteur a été exposé et a libéré des matières radioactives dans l’atmosphère. Deux personnes sont mortes directement des suites des explosions et plusieurs ont été hospitalisées. Cependant, le grand danger est resté en suspens.

Action tardive et conséquences évitables

D’autre part, la négligence a continué. La zone autour de la centrale n’a été évacuée que plusieurs heures après les explosions.

Le fait est que jusqu’à 30 % des 190 tonnes métriques d’uranium de Tchernobyl se sont retrouvées dans l’atmosphère. Dans un premier temps, 28 personnes sont mortes à la suite de l’accident, et plus de 100 ont été blessées.

Par la suite, le Comité scientifique des Nations Unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants a indiqué que plus de 5 000 enfants et adolescents ont développé un cancer de la thyroïde à la suite de cette exposition, bien que plusieurs experts aient également remis en question ces chiffres.

Des recherches internationales ont prédit que des milliers de personnes exposées à des niveaux élevés de radiation pourraient développer des cancers liés aux radiations.

L’avenir de Tchernobyl

La catastrophe, entourée de secret, a marqué un tournant dans la guerre froide et dans l’histoire de l’énergie nucléaire. Les questions entourant l’accident qui sont restées sans réponse étaient trop nombreuses.

Les scientifiques ont estimé que la zone entourant l’ancienne centrale électrique ne serait pas habitable avant 20 000 ans.

Vous vous demandez ce qu’il est advenu de ce quatrième réacteur ? Ses restes se trouvent à l’intérieur d’une structure de confinement massive en acier qui a été développée fin 2016. Tous les efforts de confinement et de surveillance se poursuivent aujourd’hui et les travaux devraient durer jusqu’en 2065 au plus tôt.

Ce qui est certain, c’est que les impacts sur la santé physique et mentale des personnes présentes à l’époque ainsi que des générations suivantes restent un centre d’intérêt. Nous connaissons maintenant les résultats de la première étude génétique réalisée sur les générations ultérieures de personnes ayant survécu à la catastrophe.

Les résultats de la première étude génétique sur Tchernobyl

De cette façon, l’une des plus grandes questions a trouvé une réponse 35 ans plus tard. Depuis la terrible catastrophe, de nombreux survivants ont dû lutter contre des maladies liées aux radiations. En outre, ils ont vécu tout ce temps dans l’incertitude de ce qui pourrait arriver à leur progéniture : ce sont les “enfants de Tchernobyl”.

L’étude a été publiée dans la revue “Science”, et a duré huit ans. Elle est le fruit du travail conjoint du généticien Stephen Chanock, directeur du secteur épidémiologie et génétique du National Cancer Institute (NCI) aux États-Unis, et de Dimitry Bazyka, directeur général du Centre national de recherche en médecine radiologique à Kiev.

Débris d'une école.

Les participants de l’étude

Les participants, qui avaient en commun d’avoir été conçus après l’accident, ont été répartis en plusieurs groupes. Sur le plan technique, la procédure a consisté à séquencer les génomes de 105 parents et 130 enfants nés entre 1987 et 2002.

Cette étude a pris en compte les enfants des travailleurs qui s’étaient engagés pour aider au nettoyage de la zone considérée comme hautement contaminée autour de la centrale nucléaire. Ces travailleurs étaient connus sous le nom de “liquidateurs”, car ils participaient aux opérations de nettoyage après la catastrophe.

Il y avait aussi les descendants des personnes évacuées de la ville voisine de Pripyat, où vivaient plus de 50 000 personnes. Et enfin, les habitants d’autres localités situées dans un rayon de 70 km autour du réacteur explosé.

Les résultats obtenus

L’étude n’a révélé aucun dommage à l’ADN chez les enfants nés de parents exposés à des radiations avant leur conception. Comme l’a expliqué le professeur Gerry Thomas, de l’Imperial College de Londres : “Même les enfants de ceux qui ont été les plus exposés aux radiations ne semblent pas avoir de traces génétiques des radiations.

Les résultats ont surpris de nombreuses personnes. Cette étude a été la première à fournir des preuves à l’appui de l’hypothèse selon laquelle il n’y a pas de dommages génétiques héréditaires après une exposition aux rayonnements.

Les conclusions de l’étude sur les enfants de Tchernobyl

Stephen Chanock, l’un des principaux investigateurs de cette recherche, également du NCI, a expliqué que l’équipe de recherche a recruté des familles entières. Et ce, afin que le personnel scientifique puisse comparer l’ADN de la mère, du père, de la fille ou du garçon.

La conclusion est claire : l’effet des radiations sur le corps des parents n’a aucun impact sur les enfants qu’ils conçoivent dans le futur, c’est-à-dire que les enfants des survivants de la plus grande catastrophe nucléaire de l’histoire n’héritent pas des mutations de leurs parents.

Cela pourrait vous intéresser ...
Neurocriminologie : une discipline de plus en plus nécessaire
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Neurocriminologie : une discipline de plus en plus nécessaire

Connaissez-vous la neurocriminologie ? Découvrons ensemble cette science qui s'intéresse aux origines biologiques de la criminalité.



  • L.M. Morton et al., “Radiation-related genomic profile of papillary thyroid cancer after the Chernobyl accident,” Science, doi:10.1126/science.abg2538, 2021.
  • M. Yeager et al., “Lack of transgenerational effects of ionizing radiation exposure in cleanup workers and evacuees of the Chernobyl accident,” Science, doi:10.1126/science.abg2365, 2021.