L'expérience d'avoir un conjoint souffrant de dépression

Cohabiter avec une personne qui souffre de dépression peut être compliqué, car cela suppose d'assumer de nombreuses charges. Il se peut même que l'on finisse par assumer les symptômes dépressifs de la personne affectée par ce trouble de l'humeur.
L'expérience d'avoir un conjoint souffrant de dépression

Dernière mise à jour : 05 juin, 2021

Vivre avec une personne dépressive est difficile. Et le fardeau que peut supporter l’aidant de la personne qui souffre de dépression peut déterminer sa santé mentale. Il semble donc qu’avoir un conjoint souffrant de dépression puisse être tout un défi dans la vie d’une personne.

De plus, en comparaison avec d’autres membres de la famille, occuper la place du conjoint d’une personne dépressive est beaucoup plus compliqué. De nombreux facteurs de charge seront en effet présents si vous vivez avec cette personne ou êtes simplement proche d’elle.

Il peut même arriver que le partenaire assume les symptômes dépressifs de la personne dépressive, comme si cette situation était de sa faute. Cela met en évidence le caractère « familial » de la dépression, qui est capable de générer un grand impact sur la vie des proches de ceux qui en sont affectés.

Conjoint souffrant de dépression.

Comment s’adapter à la vie avec un conjoint souffrant de dépression ?

Les changements pratiques au sein d’une relation de couple se produisent, d’une manière ou d’une autre, parallèlement au développement d’un nouveau moi. Ce nouveau développement permet tant à la personne dépressive qu’à son partenaire de commencer à avancer dans leur vie.

Ainsi, en ce qui concerne l’adaptation à la dépression du conjoint, les experts considèrent qu’il existe plusieurs phases. Celles-ci seraient :

  • La phase d’adaptation.
  • La phase de récupération.
  • L’obtention d’une nouvelle perspective.

Ensemble, ces phases pourraient permettre d’obtenir une nouvelle perspective en intégrant la dépression dans la vie de couple. Il s’agit donc de trouver un équilibre entre la préoccupation et distance émotionnelle, afin de limiter sa responsabilité. Une autre stratégie émotionnelle pouvant être très utile dans cette situation est de s’ouvrir au soutien externe.

Prendre soin d’un conjoint souffrant de dépression

Il est difficile d’avoir un lien d’aidant envers une personne souffrant de dépression. Il s’agit en effet d’un processus psychosocial et cyclique qui n’est pas statique et qui amène souvent les aidants à avoir besoin d’un soutien externe.

Dans le cas des couples, la thérapie de couple peut être utile dans les premiers stades pour aider la personne dépressive et son conjoint à comprendre et à donner un sens aux changements interpersonnels. Cela peut également être utile pour comprendre et anticiper les nouvelles dynamiques familiales à mesure qu’elles surviennent.

Combattre la stigmatisation

Il est essentiel de s’attaquer à la stigmatisation associée à la dépression pour gérer les obstacles structurels réels et perçus. La recherche d’un accompagnement professionnel doit se normaliser pour faire face à ce trouble. Il doit concerner à la fois la personne souffrant de dépression que ses aidants.

La stigmatisation est en effet souvent ce qui empêche les personnes souffrant de dépression de demander de l’aide. De sorte qu’il est très important de continuer à s’attaquer à ce problème jusqu’à l’éradiquer.

Le conjoint ou les aidants de la personne dépressive peuvent eux aussi recevoir de l’aide pour « surmonter les défis ». Combattre la stigmatisation peut les inciter à se tourner plus facilement vers des professionnels pour obtenir de l’aide tant pour eux-mêmes que pour les personnes souffrant de dépression.

Auto-compassion et auto-soins

Il est nécessaire, en tant qu’aidant d’une personne souffrant de dépression, d’atteindre un certain point d’auto-compassion grâce à l’auto-soin. Faire cela permet d’accepter plus facilement la maladie du conjoint et de prendre en charge ses propres besoins émotionnels (1).

Conjoint souffrant de dépression.

Le mindfulness

Plusieurs études ont démontré que le mindfulness (qui inclut l’entraînement à l’auto-compassion) peut être favorable aux personnes dont le conjoint souffre de dépression. En effet, la pleine conscience semble favoriser un sentiment de sécurité concernant le rôle de soignant. Mais plus de recherches sur le sujet sont nécessaires.

Cependant, la conclusion que nous pouvons en tirer est qu’il est important pour ceux qui s’occupent de la personne dépressive d’être conscients de leurs besoins psychologiques, ainsi que du soutien que leur environnement peut leur apporter.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le modèle comportemental de Fester pour expliquer la dépression
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Le modèle comportemental de Fester pour expliquer la dépression

Découvrez en quoi consiste le modèle de Fester, et quelle pourrait être son aide et son application dans le cadre d'une dépression.