Lettre à ces personnes inoubliables

Lettre à ces personnes inoubliables

Dernière mise à jour : 20 juin, 2016

Il y a des personnes inoubliables qui restent dans notre mémoire, sans rouille, ni oxydation, comme si elles étaient faites en acier inoxydable.

Des personnes inoubliables qui ont bouleversé notre coeur, qui nouent notre estomac lorsqu’elles apparaissent dans notre esprit et qui engendrent des sourires inébranlables.

Ces personnes n’ont pas forcément passé beaucoup de temps avec nous, elles ont “juste” quelque chose de spécial, quelque chose qui les démarque des autres et qui entraîne en nous un sentiment exclusif.

Cette lettre leur est destinée :

Tu as passé toute ta vie avec moi, dans mon corps et dans mon esprit. Cependant, si tu me demandais la raison, je t’en donnerais plusieurs, ou peut-être aucune. Je devrais y repenser une fois encore. Pour que tu comprennes, à mes yeux tu es comme cette rose bleue entourée de mille roses rouges.

Tu es la personne avec qui je partage un café sans horaire de fermeture, une conversation sans limite et une promenade tranquille dans la nuit. Tu as une baguette magique et ce que tu as produit en moi est le sentiment le plus proche de la magie que je n’ai jamais ressenti. Une chose… Inexplicable.

femme avec les yeux fermes

Coeurs en acier inoxydable

Je t’ai vu aider les autres sans jamais rien attendre en retour. J’ai vu comme tu donnais en dépassant la limite du sacrifice. C’est une chose dont tu avais besoin.

Je t’ai vu irradier la joie dans des moments où l’on te pensait triste et où tu as mis mon empathie à l’épreuve, car je ne comprenais pas vraiment que tu aidais les autres à se relever d’un gouffre dont toi-même tu n’étais pas sorti.

Je t’ai écouté chanter, je me suis perdue dans tes paragraphes, j’ai lu ta lettre, j’ai apprécié ta poésie et je me suis reposée en sachant que tu étais aux commandes. Avec toi, j’ai appris que l’art avait autant de formes que de préoccupations créatives.

Acier inoxydable, de toutes les façons où je t’ai aimé, dans toutes les âmes où tu as habité de façon différente, j’ai eu la sensation que tu existais car la personne dans laquelle tu habitais était parvenue à se reconnaître pleinement.