Les souvenirs qu’évoquent nos cinq sens

· 18 mai 2016

En marchant dans la rue, plongée dans mes pensées et mes souvenirs, j’ai senti une odeur. Une boulangerie toute proche a imprégné mon nez d’un parfum de gâteaux et de madeleines chaudes, d’œufs et de sucre, qui m’a transportée à un autre moment, dans un autre lieu.

Tout à coup, au lieu d’être dans la rue, j’avais 10 ans, j’étais dans une maison à la montagne et je jouais avec mon frère à cache-cache dans le jardin pendant que ma mère cuisinait.

Il nous est déjà tous arrivé qu’une odeur, un son, un goût ou une image nous transporte dans un monde de souvenirs.

Les sens peuvent évoquer de façon claire et émouvante des souvenirs de notre passé, en libérant des émotions positives, comme le plaisir ou le bonheur, ou bien négatives, comme la peur ou la rage.

Une chanson peut nous rappeler un moment spécial avec quelqu’un ou un voyage avec des amis, et un paysage peut nous ramener à des souvenirs de notre adolescence.

“J’écrivais pour toi, et maintenant, j’écris aux moments qui sont partis avec toi.”
-Víctor de la Hoz-

Des cinq sens, l’odorat est l’un des plus puissants quand il s’agit d’évoquer des souvenirs. Une simple odeur peut entraîner une foule de sentiments : l’odeur du café, l’odeur de l’herbe mouillée, l’odeur d’un parfum…

Ces odeurs réveillent notre imagination et sont capables de nous transporter pendant un moment dans un autre lieu et dans un autre temps.

Les souvenirs que l’on sent

L’odorat est le sens qui se trouve le plus près de l’hippocampe, une structure de notre cerveau responsable de la mémoire. 

Il est à son tour connecté au système limbique, qui est le centre émotif du cerveau. Les autres sens (la vue, l’ouïe, le goût et le toucher) doivent parcourir un long chemin pour atteindre les parties du cerveau responsables de la mémoire et des émotions.

image 2

Par conséquent, c’est la propre structure de notre corps et de notre cerveau qui fait qu’une odeur réveille chez nous des souvenirs très vifs et qu’elle est capable de reproduire des sensations renfermant ce mélange de sensibilité et de tristesse que nous appelons nostalgie.

“Il y a des souvenirs que je ne vais pas effacer, des personnes que je ne vais pas oublier, des silences que je préfère taire.”
-Fito Páez-

Une étude réalisée par la psychologue Silvia Álava nommée “Les odeurs et les émotions” a démontré que les gens se souviennent de 35 % de ce qu’ils sentent et de seulement 5 % de ce qu’ils voient.

1 000 personnes des deux sexes âgées entre 25 et 45 ans ont participé à l’étude, qui a conclu que la mémoire est capable de percevoir jusqu’à 10 000 arômes différents, mais qu’elle est seulement capable de reconnaître 200 odeurs.

Selon l’étude, quand on sent un parfum, on enregistre cette odeur dans notre cerveau, mais on enregistre en même temps l’émotion que l’on ressent  à ce moment-là. 

Ainsi, quand on évoquera une odeur, l’émotion nous viendra automatiquement. Dans cette étude, 83 % des participants ont répondu que certaines odeurs évoquent des moments heureux et  46,3 % reconnaissent que le fait de sentir à nouveau une odeur familière a plus d’influence sur eux que le fait de voir un objet qui leur rappelle des souvenirs.

“C’était inévitable : l’odeur des amandes amères lui rappelait le destin des amours contrariées.”
-Gabriel García Márquez-

Les souvenirs que l’on voit

L’image d’un objet, d’une chambre ou d’un paysage, par exemple, peut nous ramener à un moment de notre vie qui nous est agréable. 

Nous pouvons aussi ressentir la sensation d’avoir été à un certain endroit ou d’avoir déjà vécu une situation auparavant, ce que l’on connaît sous le nom de “déjà vu”.

image 3

Il y a deux théories qui tentent d’expliquer cette sensation. La première soutient qu’en enregistrant un événement dans notre mémoire, une zone de notre cerveau le fait parfois avec un certain retard par rapport aux autres.

La sensation que c’est quelque chose que l’on a déjà vécu se produit justement au moment où cette zone fonctionne en retard.

La seconde théorie soutient au contraire que parfois, un événement active dans la mémoire la trace de souvenirs qui ont une relation réelle ou bien imaginaire.

Le goût et les souvenirs

Parlons à présent du goût. Quand nous mangeons, le cerveau intègre toutes nos sensations en rangeant des informations dans notre mémoire.

Il cherche ensuite des données sur certaines préparations que nous associons à ces mêmes sensations, des situations vécues ou d’autres aliments qui nous font percevoir des stimulations similaires.

Le goût peut donc transformer des sensations dérivées des aliments, en souvenirs.

L’ouïe et les souvenirs

Quant aux sons, nous avons tous eu l’impression d’écouter une bande sonore à un moment de notre vie. 

Selon le professeur de psychologie de l’université de Californie à Davis, Petr Janata : “Il manque une bande sonore spontanée à notre quotidien, mais beaucoup de nos souvenirs sont des films mentaux qui commencent à se projeter dans notre tête quand on écoute un morceau musical familier, qui agit comme sa bande sonore.”

image 4

 

Janata explique dans son étude, publiée dans la revue Cerebral Cortex, comment dans une région de notre cerveau, liée au rangement et à la récupération de souvenirs, les neurones fonctionnent comme le centre de connexion entre des mélodies familières, la mémoire et l’émotion.

Par conséquent, tous nos sens peuvent nous ramener vers le passé et raviver nos souvenirs à des moments précis, pour évoquer un moment pendant lequel on s’est senti bien ou on a été heureux. Il ne reste plus qu’à se laisser porter.