Les principales théories du leadership

· 25 mars 2019
Pourquoi certains leaders réussissent-ils alors que d'autres échouent ? Qu'est-ce qui fait que certaines personnes excellent dans les rôles de leadership ? Dans cet article, nous analyserons les principales théories du leadership pouvant répondre à ces questions et à d’autres.

Il n’y a pas de combinaison magique de caractéristiques qui permettent à un leader de réussir. Toutefois, cela ne signifie pas qu’aucun d’entre eux ne rend ce succès plus probable. Et que nous ne pouvons pas apprendre à être des leaders plus efficaces. Avant de parvenir à cet objectif, nous devons comprendre les différentes approches du leadership. Afin d’agir adéquatement dans une situation donnée. Dans ce but, nous pouvons, entre autres, approfondir nos connaissances sur les principales théories du leadership.

Les théories du leadership cherchent à expliquer comment et pourquoi certaines personnes deviennent des leaders. Ces théories ont tendance à mettre l’accent sur les caractéristiques des leaders. Mais certaines essaient d’identifier les comportements que les gens peuvent adopter pour améliorer leurs propres compétences en leadership dans différentes situations.

Les premières recherches sur la psychologie du leadership suggéraient généralement que de telles compétences étaient simplement des compétences avec lesquelles les gens étaient nés. De récentes théories sur le leadership suggèrent en revanche que certaines caractéristiques peuvent aider les gens à devenir des leaders, certes. Mais que l’expérience et les variables de la situation jouent également un rôle important.

Les théories du leadership visent à expliquer les raisons et le processus pour devenir un leader.

Théories du leadership

Alors que l’intérêt pour les différents types de leadership et ses conséquences a augmenté, plusieurs théories du leadership ont été introduites pour expliquer exactement comment et pourquoi certaines personnes deviennent de grands leaders.

On s’est intéressé au leadership tout au long de l’histoire de l’humanité. Or, plusieurs théories officielles du leadership ont récemment émergé, suscitant un intérêt croissant pour ce sujet au cours de la première partie du XXe siècle.

Les premières théories du leadership portaient sur les qualités qui distinguaient les leaders des suiveurs. Tandis que les théories ultérieures du leadership analysaient d’autres variables, telles que les facteurs de situation. Et les niveaux de compétence.

théories du leadership

Théorie du « Grand Homme »

Selon ce point de vue, de grands leaders naissent simplement avec les caractéristiques internes nécessaires, telles que le charisme, la confiance, l’intelligence et les compétences sociales.

La théorie du Grand Homme suppose que la capacité de leadership est inhérente, c’est-à-dire que l’on ne devient pas leader, on naît leader. Elle décrit généralement les grands leaders comme héroïques, mythiques et destinés à occuper une position dominante.

Le terme «Grand Homme» a été utilisé car, au moment de l’apparition des théories, proposées à l’origine par l’historien Thomas Carlyle, le leadership était considéré avant tout comme une qualité masculine, notamment en termes de leadership militaire. Cette théorie suggère que les gens ne peuvent pas vraiment apprendre à devenir des leaders forts, mais qu’ils sont nés avec la capacité innée de le faire.

Théorie des traits du leadership

La théorie des traits est similaire, en certains aspects, à la théorie du Grand Homme. Elle suppose donc que les gens héritent de certaines qualités et traits qui les rendent plus aptes au leadership.

La théorie de traits observe les traits de personnalité et les comportements qui contribuent au leadership. L’accent est mis sur la personnalité et les traits de comportement clés partagés par les grands leaders. 

Cependant, le problème est que les personnes ayant des traits similaires peuvent devenir des leaders totalement différents. Dans certains cas, l’un peut devenir un leader, tandis que l’autre reste un adepte, indépendamment de ce qui est commun dans la personnalité ou le comportement.

Ecole de la contingence

Les théories de l’école de la contingence mettent l’accent sur les styles de leadership en fonction de la situation dans laquelle le leader se trouve. Elles se concentrent sur des variables particulières liées à l’environnement qui peuvent déterminer quel style de leadership est le mieux adapté à la situation.

Selon l’école de la contingence, aucun style de leadership n’est préférable toutes situations confondues. Les chercheurs sur leadership, White et Hodgson, suggèrent que dans un leadership réellement efficace, non seulement les qualités du leader sont impliquées, mais également un équilibre entre les comportements, les besoins et le contexte.

En ce sens, les bons leaders sont capables d’évaluer les besoins de leurs partisans, de faire le bilan de la situation et d’adapter ensuite leur comportement. Le succès dépend d’un certain nombre de variables, notamment le style de leadership, les qualités des adeptes et les aspects de la situation.

Théories situationnelles

Les théories situationnelles, telles que les théories de l’école de la contingence, voient les leaders s’adapter à la situation dans laquelle ils se trouvent. La différence est que le leader change de style de leadership en fonction du changement de situation.

Les théories situationnelles incluent le changement de motivation des leaders, ainsi que les capacités des personnes qui suivent. Le leader peut changer son opinion sur ses suiveurs, sa situation et son état mental et émotionnel. Tous ces facteurs contribuent aux décisions prises par le leader.

En outre, les théories situationnelles proposent aux leaders de choisir le meilleur plan d’action en fonction de variables situationnelles. Différents styles de leadership peuvent être plus appropriés pour certains types de prises de décision.

théories du leadership

Théorie comportementale du leadership

La théorie comportementale du leadership stipule que les leaders sont devenus leaders, et ce qu’ils soient prédisposés à l’être de naissance ou non. Le leadership découlerait donc de l’observation et de l’enseignement. Comme c’est le cas pour d’autres comportements, on pense donc que le leadership peut aussi être appris et développé.

Autrement dit, la théorie comportementale du leadership est fondée sur la conviction que l’on ne naît pas grand leader. On le devient.

Théories participatives

Les théories participatives, ou théories du leadership participatif, suggèrent que le style de leadership idéal est celui qui prend en compte le rôle que les autres peuvent jouer. L’inclusion des autres dans le processus de prise de décision du leader est essentielle. Les bons leaders rechercheraient donc activement la contribution des autres.

Ce processus implique les personnes dirigées. Ainsi, le bon leader serait celui qui serait capable de leur donner le sentiment d’être valorisées. Ainsi que d’avoir une voix pouvant influencer les décisions qui sont prises. Ce sentiment de faire partie de quelque chose d’important inciterait les personnes à s’engager davantage dans le processus.

Théories de gestion

Les théories de gestion, également appelées théories transactionnelles, se concentrent sur le rôle de la supervision, de l’organisation et de la performance du groupe. Ces théories basent le leadership sur un système de récompenses et de punitions. C’est-à-dire dans un système de gestion de la performance des individus de la part des leaders où le succès est récompensé. Et les échecs, sanctionnés.

C’est la forme de leadership la plus courante. Le rôle du leader est de gérer les attentes des personnes qu’il dirige et de les adapter aux objectifs du groupe. Fondamentalement, le chef serait un gestionnaire, à la fois du personnel et des ressources.

Théories relationnelles

Les théories relationnelles, également appelées théories transformationnelles, se concentrent, elles, sur les liens formés entre les dirigeants et les personnes dirigées. Cette approche est axée sur la performance du groupe. Mais elle s’intéresse également au fait que chacun des membres du groupe puisse développer tout son potentiel.

 

Les leaders transformationnels motivent et inspirent les gens en gérant et en harmonisant deux intérêts. Celui du groupe et celui de l’individu. En outre, pour eux, la définition de l’objectif est aussi importante que les moyens et les investissements nécessaires pour les atteindre.

Le leader motive et inspire en faisant en sorte que les personnes qu’il dirige jouent le meilleur rôle, tout en gardant à l’esprit que leur comportement est essentiel en ce qu’il a une influence sur le résultat. La relation entre un dirigeant et son personnel sont au coeur des préoccupations. Et ce sans pour autant négliger le respect de l’éthique et le soin apportés à chaque membre du personnel.