Les opinions basées sur les émotions sont plus permanentes

Émotions et raisons, un différend historique qui a beaucoup à voir avec notre fonctionnement mental. Cette étude lève quelques doutes sur cette curieuse relation.
Les opinions basées sur les émotions sont plus permanentes

Dernière mise à jour : 18 mai, 2022

La société occidentale défend l’idéal de la raison, mais il devient de plus en plus clair que ce n’est que cela : un idéal. Une nouvelle étude de Rocklage & Luttrell montre que les opinions basées sur l’émotion sont plus stables que celles basées sur la raison. Une preuve de plus contre l’utopie rationaliste.

La recherche contredit l’idée générale selon laquelle plus une opinion est fondée, plus elle a tendance à rester. Tout indique que les opinions basées sur les émotions s’installent de manière plus tenace dans la conscience et résistent au changement, même lorsqu’il est prouvé qu’elles sont erronées.

Le monde émotionnel a tendance à être perçu comme un terrain instable et changeant. C’est comme s’il était beaucoup plus ignoble que le monde des idées alors que cela ne semble pas être le cas. Le fait qu’il existe des preuves d’une plus grande fixation des opinions basées sur les émotions confirme ce que diverses écoles de psychologie et de psychanalyse observent depuis des années.

« Pesez les opinions, ne les comptez pas ».

-Sénèque-

Femme pensant

Opinions basées sur les émotions : l’étude

Les chercheurs ont donné une enquête à 1 000 personnes. Dans ce document, on leur a demandé si elles pensaient que les attitudes basées sur les émotions duraient plus longtemps que celles basées sur des preuves ou des raisons. Seulement 15 % pensaient que les émotions étaient plus fortes.

Pour évaluer la solidité des opinions basées sur les sentiments, Rocklage et Luttrell ont réalisé sept enquêtes supplémentaires. Au total, 20 000 personnes, des deux sexes et toutes adultes, ont été consultées. La première enquête a été réalisée le lendemain de Noël et demandait l’avis sur les cadeaux reçus.

Les participants devaient définir avec un adjectif leur opinion sur ces cadeaux. Les chercheurs ont ensuite classé ces adjectifs en deux groupes : rationnels et émotionnels. Par exemple, un adjectif comme « précieux » était plus rationnel, tandis qu’un adjectif comme « délicieux » était plus émotionnel.

Un mois plus tard, l’enquête a été réalisée une nouvelle fois ; on a pu observer que ceux qui avaient utilisé des adjectifs émotionnels avaient une opinion plus persistante que ceux qui avaient utilisé des adjectifs rationnels. Plus il y avait d’intensité émotionnelle dans l’adjectif, plus l’opinion était permanente.

Autres enquêtes appliquées

Les chercheurs Andrew Luttrell et Matthew Rocklage, de l’Université du Massachusetts et de l’Université Ball State – respectivement – ont effectué des enquêtes supplémentaires en utilisant la même procédure. L’une d’elles concernait la perception des marques commerciales. Le résultat était similaire à celui de la première enquête.

Pour corroborer les conclusions, les experts ont également utilisé une autre méthodologie. Ils ont examiné les avis sur les restaurants de Chicago sur les réseaux sociaux. Dans ce cas, ils ont évalué ce que divers utilisateurs avaient commenté sur une période de 12 ans.

Là aussi, la même tendance a été détectée : les opinions fondées sur les émotions étaient plus persistantes. Cependant, dans ce cas, une nuance a été trouvée : les avis négatifs étaient un peu plus malléables que les avis positifs. Autrement dit, les croyances favorables étaient plus stables que les défavorables.

garçon pensant

L’étude finale

Pour conclure l’étude, les chercheurs ont conçu un test différent. Ils ont élaboré un message qui impliquait de nombreuses émotions, toutes intenses. Ils voulaient tester si les personnes exposées à ce message émotionnel développeraient des opinions plus persistantes. La question était la suivante : plus le contenu est émotionnel, et plus l’empreinte des opinions dérivées est-elle forte ?

Un animal aquatique imaginaire appelé « lemphur » a été créé. Son histoire a été conçue pour générer des émotions. Une rencontre sous-marine touchante a eu lieu entre cette créature et un plongeur. Cependant, cette histoire a été racontée de deux manières : une utilisant un style plus froid et plus descriptif (encyclopédique) et une autre mettant l’accent sur le contenu émotionnel de l’histoire.

Certains participants ont lu la version encyclopédique et d’autres la version émotionnelle. À la fin, on leur a demandé de décrire les émotions qu’ils avaient ressenties. Après quelques semaines, un nouveau questionnaire leur a été remis pour exprimer ce qu’ils ressentaient face à l’animal. Encore une fois, les opinions fondées sur les émotions se sont révélées plus stables.

Dans tous les cas, les chercheurs ont mis en évidence la plus grande persistance des opinions positives. Cela pourrait être un indicateur que l’introduction d’émotions positives peut être beaucoup plus efficace pour provoquer des changements chez les gens. En tout cas, assurent-ils, il faut continuer à approfondir cette idée.

Cela pourrait vous intéresser ...
Beaucoup d’opinions, par rapport à quelles connaissances ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Beaucoup d’opinions, par rapport à quelles connaissances ?

Aujourd'hui, les opinions sont reines sur tous les réseaux, mais sont-elles toujours appuyées sur de vraies connaissances ?



  • Rocklage, Matthew & Luttrell, Andrew. (2021). Attitudes Based on Feelings: Fixed or Fleeting? Psychological Science. 32. 10.1177/0956797620965532.