Les meilleures phrases de Giordano Bruno

27 février 2019
Vous ne connaissez pas ce philosophe italien ? Lisez donc notre article !

Giordano Bruno a vu l’univers d’une façon qui ne concordait pas avec les idées de son époque, et cela lui a coûté la vie. L’existence tragique de ce philosophe et poète de la Renaissance a été marquée par la sagesse, la connaissance, l’amour et, malheureusement, la mort.

Bruno est né à Naples en 1549 et a intégré l’ordre des Dominicains alors qu’il était encore très jeune. Centré sur la théologie de Saint Thomas d’Aquin et la philosophie d’Aristote, il s’est rapidement illustré grâce à son esprit lucide et sa capacité de raisonnement.

La vie tragique de Giordano Bruno

Bruno a dû abandonner ses études alors qu’il n’avait que 17 ans. On l’a accusé de penser différemment et de ne pas suivre la doctrine. Même s’il a été ordonné prêtre en 1572, il a rapidement dû s’enfuir pour éviter d’être condamné pour ses idées.

Après un long exil de presque 20 ans, il est retourné en Italie en 1591. Cependant, sa philosophie, sa façon de voir les choses et ses idées à propos d’une Terre ronde dans un univers immense et plein de soleils et de planètes comme la nôtre lui ont valu d’être poursuivi par la Sainte Inquisition.

Après huit ans passés en prison, Giordano Bruno a continué d’être fidèle à ses idées et ses pensées. Il a refusé de se rétracter et a donc été condamné à mort en 1600.

statue de Giordano Bruno

Phrases de Giordano Bruno

Giordano Bruno est mort alors qu’il n’avait que 51 ans, condamné par l’un des plus grands pouvoirs de l’époque, si ce n’est le plus grand. Lorsque nous nous penchons sur sa figure et son héritage, nous découvrons une véritable ode à la liberté de penséeC’est pour cela que connaître un peu mieux la philosophie de ce grand penseur de la Renaissance en vaut la peine.

La lumière de la vie

« Ne pas voir le Soleil, c’est être aveugle; ne pas désirer le connaître, c’est être mal avisé; et ne pas lui rendre grâce, c’est manquer de reconnaissance. Comment peut-on méconnaître l’éclat de ses rayons, l’excellence de son être, le nombre de ses bienfaits ? C’est le guide de nos sens, le père des substances, l’auteur de la vie. »

Bruno a très vite été conscient de l’importance du Soleil dans nos vies. Il a rapidement deviné que sa lumière était indispensable pour notre existence. Nous savons désormais que cette lumière est une précieuse source de vitamine D ou que sa présence dans le ciel nous rend moins vulnérable à la dépression.

La lumière revient toujours après la nuit la plus obscure

« Cependant, quel que soit le point de cette soirée que j’attends, si le changement est vrai, moi qui suis dans la nuit, j’attends le jour et ceux qui sont dans le jour attendent la nuit ; tout ce qui est, ou est ici ou là,  proche ou lointain, maintenant ou après, tout de suite ou plus tard. »

Une partie importante de la philosophie de Giordano Bruno était liée à l’intégrité et la solidarité. Elle était en outre emplie de cet esprit de la Renaissance, plus optimiste que tout le désespoir qui avait régné sur le Moyen-Âge. Giordano comprend que nous passions tous par des étapes d’obscurité au cours desquelles nous devons lutter pour ne pas nous noyer et attendons le retour de la lumière pour émerger à nouveau.

La complexité de l’être humain

« Dans chaque homme, dans chaque individu, nous contemplons un monde, un univers. »

Bruno était un homme de la Renaissance mais également un humaniste en avance sur son temps. Il observait chaque être humain en tant qu’entité complexe, comme une sorte de petit univers unique. Aujourd’hui, nous ne réfléchissons même plus à la question : nous avons développé cette idée pour enrichir le concept d’intelligence (intelligences multiples).

Le passage du temps

« Le temps ôte tout et donne tout ; toutes choses se transforment, aucune ne s’anéantit ; l’un seul est immuable, l’un seul est éternel et peut demeurer éternellement un, semblable et même. »

Existe-t-il un équilibre universel ? Pour Bruno, il semblerait que oui. Les modes peuvent être des changements passagers mais, au final, nous restons là. Est-il possible que rien ne meure ? Peut-être car, même après sa mort, nous sommes là à penser à ce philosophe. Beaucoup de choses ont changé mais ses enseignements sont encore bien présents. Ils ne se sont jamais égarés.

La vérité dans le firmament

« Ainsi, là où se trouvait la Grande Ourse, qui est la partie la plus éminente du ciel, nous retrouvions la vérité, qui est la chose la plus haute et la plus digne. »

Giordano Bruno écrivait avec des métaphores. C’est pour cela qu’il associe la Grande Ourse, l’étoile brillante du firmament, à la véritéqui est la plus grande dignité à laquelle l’être humain aspire.

étoiles

Arts et sciences

« Là où se voit la Lyre à neuf cordes paraît la mère des Muses avec ses neuf filles : Arithmétique, Géométrie, Musique, Logique, Poésie, Astrologie, Physique, Métaphysique, Ethique. »

Nous terminons avec cette belle phrase de Giordano Bruno qui associe la Muse avec les arts et les sciences. Même si elle n’est plus trop d’actualité car d’autres sciences sont apparues et certaines ont perdu de leur importance, comme l’astrologie ou la métaphysique, l’association qu’il a réalisée était splendide.