Les accumulateurs compulsifs

· 18 avril 2016

Être un accumulateur compulsif, c’est garder l’emballage d’un bonbon que notre camarade nous avait offert à l’âge de quatre ans, un vieux vêtement troué que nous ne mettons jamais, les flyers qu’on nous donne dans la rue, des vases cassés ou des vinyles que nous ne pouvons pas écouter parce que nous n’avons pas de tourne-disque.

Un accumulateur compulsif se caractérise par le fait qu’il s’entoure d’objets inutiles, car il n’arrive pas à développer ce critère qui lui permet de décider ce qu’il devrait garder ou jeter.

Il s’agirait d’un comportement plutôt anecdotique si le fait de tout garder n’entraînait pas de problèmes de santé ou de cohabitation.

En outre, c’est un signe évident que quelque chose ne tourne pas rond chez la personne en question.

“La jeunesse doit accumuler ; et la vieillesse utiliser. »
-Sénèque-

Le nombre d’accumulateurs compulsifs dans le monde est assez impressionnant. On estime qu’au moins 4 % de la population présenterait les symptômes de cette pathologie, ce qui équivaut à plus ou moins 300 millions de personnes dans le monde.

Pourquoi certaines personnes remplissent-elles leurs placards et leurs vies d’objets insignifiants jusqu’à mettre en danger leur santé et dégrader leur qualité de vie ?

L’origine des accumulateurs compulsifs

femme avec une tete de papillon

En réalité, les psychologues ne sont pas véritablement d’accord sur les facteurs qui déclencheraient l’accumulation compulsive.

Toutefois, ils se rejoignent pour dire qu’il s’agit d’un désordre qui mérite qu’on s’y intéresse de plus près, et qui requiert éventuellement une longue psychothérapie pour être traité.

Pour Freud, l’accumulation excessive (ou la syllogomanie) correspond à la manifestation d’un « caractère anal rétentif ». 

Ce type de caractère se structure pendant les premières années de vie, lorsque l’enfant entame la phase de contrôle des sphincters.

L’enfant établit un certain contrôle sur ses parents en fonction de la façon dont il conçoit le fait d’aller aux toilettes.

Dans son esprit, les selles sont un cadeau qu’il offre ou retient selon le type de lien qu’il a établi avec ses géniteurs.

La rétention est un trait de caractère qui peut rester gravé dans la personnalité de l’enfant dès cette étape.

D’une façon ou d’une autre, ce dernier exprime un geste agressif à l’encontre de ses parents, qui reste réprimé, mais qui se manifeste ensuite à travers l’accumulation ou l’avarice.

Il existe d’autres points de vue qui tendent à penser que l’accumulation compulsive est un comportement défensif face à des menaces imaginaires.

L’accumulateur part du principe qu’il ne doit rien jeter, car « on ne sait jamais ». En réalité, cela cache un fort sentiment d’insécurité face aux changements

Il existe également des personnes qui accumulent des objets en réponse à un traumatisme. Ce sont généralement des personnes qui ont vécu une situation qui les a laissées sans rien, et qui par conséquent craignent constamment que la même chose va leur arriver à nouveau.

De même, il existe des personnes qui conservent des souvenirs comme une sorte de preuve. 

Cela répond à un comportement où règne inconsciemment un sentiment de culpabilité et où les personnes cherchent à témoigner en leur faveur. Dans ce cas, l’accumulation opère comme une nécessité inconsciente de brandir des preuves.

 

Caractéristiques des accumulateurs compulsifs

animaux

Bien souvent, l’accumulateur compulsif est également un acheteur compulsif. Dès qu’il voit quelque chose en promotion, il ne peut s’empêcher de l’acquérir immédiatement, simplement parce que le produit en question n’était pas cher, peu importe s’il en avait besoin ou non.

Il est également fréquent que ces personnes soient des personnes solitaires, en partie à cause du fait que leur obsession qui vise à accumuler des biens est due à une certaine envie de remplacer la compagnie des gens par des objets.

Les personnes qui ont des difficultés à se défaire des objets dont elles n’ont pas besoin vivent cette « spoliation » comme une véritable perte.

Elles souffrent d’un authentique deuil dès qu’elles doivent se séparer de choses qui font partie de leur univers.

Le drame de l’accumulation compulsive

Cette pathologie peut atteindre des niveaux alarmants comme nous l’avons vu dans le cas des frères Collyer aux États-Unis en 1947.

Leurs voisins alertèrent la police, car cela faisait longtemps qu’ils n’avaient pas vu les frères sortir de leur maison ou donner signe de vie.

Les autorités ne réussirent même pas à rentrer dans la maison, ni par la porte, ni par les fenêtres en raison de l’énorme quantité d’objets qui rendait l’accès impossible.

L’un des frères fut tué par la chute de milliers de livres et de journaux, tandis que l’autre, qui était aveugle et paralysé mourut de faim et de soif, car il lui était impossible de se mouvoir pour atteindre un robinet ou le réfrigérateur.

oiseaux

Dans des cas moins graves, la syllogomanie peut conduire à un désordre monumental dans toute une maison ou un bureau.

Parfois, ce trouble facilite l’apparition de plaies en raison d’un manque d »hygiène.

Il n’existe aucune méthode efficace qui permet de traiter le cas des acheteurs compulsifs, mais il ne fait aucun doute que ces personnes ont grand besoin d’une aide professionnelle afin d’élucider ce qui se cache derrière cette angoisse à ne pas vouloir se séparer de produits obsolètes ou périmés.