Les 7 meilleures phrases de Tolstoï

· 18 octobre 2018

Lire les meilleures phrases de Tolstoï est toujours une bonne idée. Cela permet de visualiser une forme de vie. Aussi, nous apprenons de l’un des plus grands écrivains de l’histoire, à l’échelle de sa Russie natale, mais également au niveau mondial.

La figure de Léon Tolstoï est devenue un mythe. Nous parlons d’un anarchiste convaincu tourmenté par ses propres idées et par le réalisme qu’il enlaçait. Il est historiquement vénéré dans tous les coins de la planète. Il fut capable d’introduire un fort composant moral et coutumier à l’ensemble de ses romans.

Phrases de Tolstoï

Lisons ensemble quelques-unes des meilleures phrases de Tolstoï pouvant nous inspirer. Cet écrivain russe est né au 19ème siècle. Rappelons nous qu’il fut auteur de grandes œuvres historiques telles que Anna Karénine ou Guerre et Paix. Amen d’un végétarien convaincu et grand défenseur de méthodes alternatives à la violence pour gagner des batailles.

Il vaut indéniablement la peine de faire un voyage au travers de la grande oeuvre de Léon Tolstoï. Cela ne sera pas une introduction ou un court résumé. Nous nous contenterons uniquement de ses meilleures phrases. C’est le réalisme russe à l’état pur au service de l’humanité d’hier, d’aujourd’hui et de toujours.

photo de Tolstoï

Apprends à être heureux

« Le secret du bonheur n’est pas de toujours faire ce que l’on aime, mais d’aimer ce que l’on fait ».

Tolstoï ne découvre rien de nouveau dans cette phrase : il énonce simplement que nous avons un degré d’influence sur ce qui se passe en dehors de nous. De plus, ce degré d’influence est amplifié par celle que nous avons sur nos pensées (indirectement sur nos émotions).

Ainsi, si nous ne pouvons pas transformer une situation déterminée, nous pouvons parfois transformer notre point de vue. Cherchons d’autres lieux qui révèlent des opportunités cachées dans lesquelles nous pensions qu’il n’y avait aucun terrain fertile.

L’importance de la foi

« On ne vit pas sans la foi. La foi est la connaissance du sens de la vie humaine. La foi est la force de la vie. Si l’homme vit, c’est qu’il croit en quelque chose ».

Un homme comme Tolstoï ayant de fortes convictions gardait une place spéciale à la foi. Cependant, ces convictions ne se limitaient pas à la foi du domaine religieux. Elles s’étendaient à d’autres domaines où les croyances jouent un rôle important, que cela soit un fardeau ou de la motivation.

Tolstoï croyait avec conviction en l’anarchisme, en le végétarisme et en la non-violence. Il fut très clair sur ses croyances. Il eut énormément de foi en elles et il trouva en elles la force de vivre pendant 82 ans, jusqu’à son décès en 1910.

L’incompréhension

« Je dois m’habituer à n’être compris par personne. Cela doit être le destin commun des personnes difficiles ».

Il n’est pas simple d’avoir des idées propres et de s’accrocher à elles. Lorsqu’elles se sentent incomprises, beaucoup de personnes préfèrent laisser de côté leurs idéaux et faire partie entière de la société qui les entoure. Ceci est-il mieux que de s’accrocher fermement à ses opinions et de vivre avec une certaine solitude face aux autres ?

l'incompréhension

L’ordre des choses

« Avant de donner aux prêtres, soldats et enseignants, il serait intéressant de savoir s’ils meurent de faim ».

A quoi sert cette idéologie, la foi, la religion ou la patrie si vous n’avez rien à manger ? Avant de parler de philosophie, de littérature et d’autres sujets similaires, ne serait-il pas mieux d’alimenter correctement tout le monde ? C’est le point de vue qu’adoptait Tolstoï.

Question de priorités

« Les écoles ne civiliseront jamais notre peuple. Le peuple a besoin d’un système économique où il puisse augmenter sa richesse, avoir davantage de temps libre, et ensuite viendront les écoles ».

C’est une phrase qui coïncide facilement avec la précédente. Pour Tolstoï, l’égalité et la répartition équitable des richesses était très importantes. Si nous souhaitons des personnes cultivés et préparées, nous devons d’abord nous assurer du fait que leurs besoins fondamentaux sont satisfaits. Ainsi, leur intérêt sera basé sur autre chose que l’envie des les satisfaire.

Le mariage

« Le mariage est un bateau qui emporte deux personnes sur une mer agitée. Si l’un des partenaires fait un mouvement brusque, le bateau coule ».

Pour Tolstoï, le mariage parfait et idéal est celui où les partenaires rament dans la même direction. Une fois que quelqu’un a fait une erreur de parcours ou a modifié le rythme, il peut causer le naufrage de ce qui a été construit avec tant de tendresse.

La gloire

« Il n’y a pas de gloire où la simplicité, la bonté et la vérité manquent ».

Finissons avec l’une des plus belles phrases de Tolstoï. Bien que cela puisse vous paraître banal de nos jours, cela n’enlève en rien la raison à ce grand homme de lettres. La gloire ne s’obtient pas à base de pouvoir ou d’argent, mais par le biais de l’humilité, de la générosité et de la sincérité.