Les 4 types de paresse et comment les vaincre

Il est important que nous arrêtions de voir la paresse simplement comme un défaut ou un vice. Dans tous les types de paresse, il y a des réalités plus complexes que nous ignorons peut-être.
Les 4 types de paresse et comment les vaincre

Dernière mise à jour : 14 mars, 2022

Il existe plusieurs types de paresse et chacune d’elles nous affecte d’une manière différente. Ce sentiment de ne pas vouloir exercer une activité est plus complexe qu’il n’y paraît à première vue. Bien souvent, on l’étiquette automatiquement comme quelque chose de négatif ; or, cela ne devrait pas être le cas. Là où il y a de la paresse, il y a aussi quelque chose d’autre qui peut être important.

Les différents types de paresse ont des causes, des caractéristiques et des intensités différentes. Leur point commun est cette résistance à l’action, même si l’on pense que la meilleure chose à faire est d’agir. La mauvaise réputation de la paresse vient de la religion, dans laquelle on ne la considère pas comme un état psychologique qui obéit à de multiples raisons mais comme un péché capital.

La paresse est souvent liée à la procrastination. Le manque d’intérêt à faire quelque chose conduit généralement au report indéfini d’une activité. Si cela se produit trop souvent, cela finit évidemment par affecter le rendement et la vie en général. Pour mieux comprendre cet état, voyons quels types de paresse existent.

« Ne cédez pas au fatalisme. Il vous conduira à l’inertie et à la paresse. Reconnaissez les Grands Pouvoirs de la Pensée. Faites des efforts. Recherchez un destin grandiose à travers la pensée droite. »

-Sivananda-

Femme paresseuse au lit

1. La paresse physique

C’est l’un des types de paresse les plus courants. Comme son nom l’indique, elle est liée à la résistance face aux activités physiques. Le plus courant est que ce type de paresse naisse de trois facteurs : la fatigue antérieure, l’immédiateté ou le manque d’intérêt. Le cas le plus typique est celui de quelqu’un qui veut commencer une routine d’exercice et qui n’y parvient jamais car le manque d’envie finit toujours par l’emporter.

Parfois, cela se produit parce que l’envie existe mais l’énergie disponible n’est pas suffisante pour mener à bien cette activité. Dans d’autres cas, on n’accorde pas beaucoup d’importance aux bénéfices futurs de l’exercice et on choisit le confort immédiat. Ceci peut aussi être dû à un manque d’intérêt. En fait, le bien-être physique ne représente pas une motivation suffisante.

Dans ces cas, le mieux est une réflexion approfondie pour déterminer si cela vaut vraiment la peine de commencer la routine d’exercices. Si l’on détecte que les bénéfices seront suffisamment importants, cette même conviction conduira à surmonter cette résistance. Il en va de même pour les autres types d’activités physiques.

2. La paresse mentale, l’un des types de paresse

La paresse mentale est liée à l’utilisation de nos facultés cognitives. C’est l’un des types de paresse qui naît principalement d’un manque de motivation. Le plus courant est qu’une personne ne trouve pas de bénéfice concret dans les activités intellectuelles et se résiste donc à les faire.

Souvent, la personne a l’impression que l’activité est trop complexe. Cela diminue donc sa motivation. De même, comme dans le cas précédent, il n’y a pas de bénéfice immédiat pour ce type de tâche. Une réflexion à ce sujet est peut-être nécessaire.

L’activité intellectuelle protège non seulement notre cerveau mais augmente également nos aptitudes et compétences quotidiennes. Elle a même un effet très positif sur nos émotions. Le cerveau est là pour travailler et s’il ne le fait pas, la sensation d’ennui apparaît. L’activité intellectuelle éveille, excite et améliore la vie.

3. La paresse existentielle

Parmi les types de paresse, la paresse existentielle est celle qui est le plus étroitement liée à un état dépressif. Elle se manifeste par un manque d’intérêt et d’enthousiasme pour la vie en général. Il n’y a pas assez d’énergie pour prendre des initiatives, planifier ou fixer des objectifs.

La paresse existentielle est une indication claire qu’il existe un obstacle psychologique que vous n’avez pas identifié. Il est possible que vous traversiez ou ayez traversé des situations émotionnelles très exigeantes qui ne sont toujours pas résolues. De plus, il est probable que cela ait provoqué un épuisement dont vous devez vous remettre.

Le plus courant est que la paresse existentielle résulte d’un poids psychologique qui n’a pas été traité. On le porte ensuite sur nos épaules et cela ne laisse aucune place à une nouvelle énergie disponible. Ce type de paresse est habituel chez ceux qui ont l’habitude de ruminer des pensées et n’ont pas confiance en eux.

Homme assis pensant comment apprendre de son erreur

4. La paresse spirituelle

La paresse spirituelle est souvent associée à la paresse existentielle. Ce qui les différencie, c’est que, dans le cas de la paresse spirituelle, le point essentiel est un sentiment de désintérêt pour les aspects transcendants de la vie.

Une personne est atteinte de paresse spirituelle lorsqu’elle décide de s’adapter à des routines et de les suivre mécaniquement, sans chercher à aller plus loin. Elle ne croit pas que l’existence soit autre chose que cet ensemble d’obligations quotidiennes, qu’elle accomplit sans grand enthousiasme et sans véritable objectif.

Dans tous les cas, il est important de noter que la paresse peut être un symptôme positif. Elle vous parle de fatigue ou d’excès, et c’est pourquoi vous devez y prêter attention. Lorsque ce n’est pas le cas, la bonne chose à faire est d’apprendre à vous motiver. Il y a des choses qui, au début, nécessitent des efforts mais qui en valent la peine. Si le cas est plus critique, une aide professionnelle est probablement nécessaire.

This might interest you...
Ce qui se cache derrière la paresse et ce que le cerveau sait
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Ce qui se cache derrière la paresse et ce que le cerveau sait

Savez-vous ce qui se cache derrière la paresse ? Cet état peut en réalité en cacher un autre, tel que la peur. Nous abordons ici le sujet.



  • Maier, C., & de Torres Burgos, Z. (2004). Buenos días, pereza. Península.