L’éjaculation féminine selon la science

· 5 juillet 2018

L’éjaculation féminine ou squirting ne suscite pas seulement la controverse parmi les experts. En fait, depuis que Whipple et Perry (1981) ont publié un article sur le sujet, beaucoup de progrès ont été réalisés en essayant de répondre aux questions les plus courantes liées à ce sujet : les femmes peuvent-elles vraiment éjaculer comme les hommes ? Si oui, d’où vient exactement le fluide, est-ce le cas uniquement de quelques femmes ?

La discussion sur l’éjaculation féminine découle des confessions d’un groupe important de femmes (selon certaines études, entre 40-54% de la population féminine). Beaucoup de femmes ont commencé à reconnaître qu’elles expulsaient du liquide au moment de leur orgasme, comme dans le cas de l’éjaculation masculine.

Comme le montre Gilliland (2009), cet événement peut avoir une grande influence sur la vie sexuelle des femmes qui en font l’expérience. Pour certains, c’est embarrassant et humiliant, et pour d’autres, c’est une source d’intérêt et de fierté. Sans doute, le manque d’information est un obstacle majeur à la compréhension et à l’assimilation de cet événement, voire à sa définition.

Existe-t-il une éjaculation féminine ?

Un laboratoire de biochimie de l’hôpital Van Buren a lancé des recherches indispensables dans le domaine de l’orgasme féminin. Rappelons que le substrat fœtal dans son origine est féminin. C’est-à-dire que la femme doit posséder une structure prostatique embryonnaire pour que l’homme puisse développer la prostate masculine correspondante.

éjaculation féminine et orgasme

Les résultats suggèrent que l’existence de tissus prostatiques féminins peut produire un écoulement génital non urinaire et induit sexuellement pendant l’orgasme (Venegas, Carmona Mena, Alvarez, & Arévalo, 2006). Cette décharge est appelée « éjaculation féminine ».

La plupart des experts s’accordent à dire que le fluide expulsé n’est pas de l’urine, comme on le pensait auparavant. On s’entend également sur le fait que le tissu prostatique féminin (ou glandes de Skene) est le principal responsable de cette expulsion. Les glandes de Skene sont homologues de la prostate masculine et ont donc été appelées « prostate féminine ». Elles sécrètent l’antigène spécifique de la prostate, et leur fonction est liée à la lubrification urétrale et à l’éjaculation féminine.

Chaque femme est un monde, tout comme sa sexualité. Il n’y a pas de type spécifique de liquide éjaculé. Dans la pratique, certains prétendent n’expulser que quelques gouttes tandis que d’autres expulsent une quantité équivalente à plusieurs tasses de café. Certains le décrivent comme épais et blanchâtre, tandis que d’autres le considèrent comme transparent et aqueux.

« Chez certaines femmes, la stimulation du point G, l’orgasme et l’éjaculation féminine sont liés. Entre-temps, chez d’autres femmes, cette relation n’existe pas. Certaines femmes ont rapporté l’orgasme avec éjaculation par stimulation clitoridienne et d’autres ont éjaculé sans orgasme. »

-Whipple et Komisaruk-

L’éjaculation féminine et le point G

Masters et Johnson (1966) ont fait valoir que le seul organe érogène primaire chez les femmes est le clitoris. Il est maintenant admis que le vagin et le clitoris sont des zones érogènes primaires (Zwang, 1987).

Anatomiquement, le point G ne fait pas partie du vagin, mais de l’urètre (la prostate féminine). Il peut être stimulé par les mouvements du pénis ou des doigts. Il peut être perçu par l’augmentation du volume d’une zone de quelques centimètres dans la paroi antérieure du vagin, produisant des orgasmes féminins intenses (Arango de Montis, 2008).

Ces conclusions signifient qu’une stimulation adéquate de l’un ou l’autre de ces deux organes féminins peut mener à l’orgasme.

« Le point G n’est pas un point spécifique mais une structure fonctionnelle. C’est une zone érectile, diffuse et érogène, qui constitue le fascia du Halban. »

-Tordjman-

Une étude a révélé que 72,7 % des femmes atteignent l’orgasme en stimulant les différentes zones des parois vaginales. 90,9% des femmes présentent une érogénicité par stimulation digitale de ces zones. Lorsque le clitoris est stimulé avec les doigts, les proportions sont les mêmes. Notamment, les chercheurs ont observé la durée des orgasmes générés par la stimulation digitale du clitoris et du vagin.

Grâce aux résultats, ils ont découvert que le clitoris a environ deux fois plus de sensibilité érogène que le vagin (Useche, 2001). En fait, une étude a montré que la plupart des femmes n’ont besoin que d’une stimulation clitoridienne pour éjaculer (Álvarez, n. f.).

Beaucoup de sexologues et de féministes s’accordent sur l’absurdité de réduire la sexualité féminine au point G. En 1950, Ernest Grafenberg lui-même (qui prête son nom au fameux point G) a déclaré qu’il n’y a aucune partie du corps d’une femme qui n’apporte pas de réponse sexuelle. C’est-à-dire que le sexe se développe dans de nombreux endroits, à commencer par nos propres pensées (García, 2005).

éjaculation féminine et plaisir

L’éjaculation : similitudes et différences entre les sexes

Il ne fait aucun doute que l’orgasme s’accompagne de contractions rythmiques dans les organes sexuels internes, tant féminins que masculins. Contrairement aux hommes, l’éjaculation féminine n’accompagne pas toujours l’orgasme et, dans la plupart des cas, elle se produit aux premiers stades de la réponse sexuelle. Principalement dans la première phase, l’excitation.

Une autre différence constatée par Amy Gilliland (2009) est que le volume de l’éjaculation féminine augmente avec le nombre d’orgasmes qu’une femme éprouve pendant les rapports sexuels. Cela peut être influencé par le stade du cycle menstruel dans lequel vous êtes et par la stimulation dont vous avez besoin pour que cela se produise.

Tout comme le fœtus dans ses premières années de formation est féminin, l’éjaculation féminine contient des substances que l’on retrouve également dans le sperme : fructose, antigène spécifique de la prostate et phosphatase acide (Álvarez, n. f.).

Briser les mythes sur l’éjaculation féminine

Dans l’Antiquité, on croyait que sans éjaculation, il n’y aurait pas de fécondation. Cela s’appliquait à la fois aux hommes et aux femmes dans le but d’uniformiser la réponse sexuelle. D’autre part, certains psychanalystes de l’époque considéraient que l’orgasme vaginal chez la femme était « l’orgasme mature » (García, 2005). Mais sans aucun doute, les plus grandes erreurs sont celles commises par les personnes qui affirment que plus une femme éjacule, plus sa satisfaction sexuelle est grande (Álvarez, n. f.).

Le fait de rendre visible le plaisir féminin à travers une éjaculation inverse la convention par rapport au genre (García, 2005). En bref, les progrès de la connaissance scientifique brisent les mythes et élargissent les esprits, libérant les femmes des anciennes normes sexuelles.

Références bibliographiques :

Venegas, J. A., Carmona Mena, C. A., Alvarez, A., & Arévalo, M. (2006). Contribution à la discussion sur la prostate féminine et l’éjaculation chez les femmes. Rev. chil. urol, 71(3), 217-222.

Álvarez, P. M. (n.d.). Notes sur l’éjaculation féminine. Archivos Hispanoamericanos de Sexología, 17(1).

Arango de Montis, I. (2008). La sexualité humaine.
García, M. I. G. (2005). Valeurs d’une science impure. Arbor, 181(716), 501-514.

Useche, B. (2001). Examen sexologique dans les dysfonctionnements excitateurs et orgasmiques féminins. Rev Terap Sex Clinic. Pesquisa e Aspectos Psicossociais, 1, 115-31.