L'écriture en miroir : causes et solutions

L'écriture en miroir est courante chez les enfants, qu'ils soient gauchers ou droitiers, mais aussi chez les adultes ayant subi un AVC. Dans cet article, nous identifierons ses principales caractéristiques et les facteurs qui augmentent la probabilité de son apparition.
L'écriture en miroir : causes et solutions

Dernière mise à jour : 04 avril, 2022

L’écriture dite en miroir ou spéculaire fait référence à ce que fait une personne (en particulier les enfants) lorsqu’elle écrit les caractères (lettres ou chiffres) de manière inversée, comme s’ils se reflétaient dans un miroir. Ainsi, lorsqu’on veut écrire un “d”, on écrit un “b”.

Au cours des années de recherche, l’hypothèse selon laquelle cette difficulté n’était présente que chez les enfants gauchers avait été acceptée comme valide. Cependant, nous savons aujourd’hui que les causes de l’écriture en miroir sont cognitives et comportementales.

Petite fille faisant l'écriture de miroir

Causes cognitives de l’écriture en miroir

Fischer et Koch affirment que l’origine de cette difficulté peut être trouvée dans la soi-disant symétrisation ou généralisation miroir. Ce processus est responsable de la capacité des personnes à reconnaître un objet, quelle que soit son orientation.

Cette symétrisation nous aide à identifier un objet orienté vers la gauche aussi rapidement que s’il était orienté vers la droite. Ceci est vraiment utile pour apprendre à distinguer les visages, quel que soit le côté qu’ils regardent.

Cependant, selon ces auteurs, il a également été découvert que lors de l’enregistrement d’images, le cerveau élimine des informations sur l’orientation (gauche ou droite) de ces images. Cela fait que les petits apprennent par mémoire la forme des lettres et des chiffres, mais pas leur orientation.

Causes comportementales de l’écriture en miroir

Une autre cause qui peut être attribuée à l’écriture en miroir est plutôt de nature comportementale et est liée à la culture dans laquelle les enfants se développent linguistiquement. Comme nous l’avons déjà expliqué, les enfants mémorisent la forme des caractères, mais pas leur orientation. Or, lors de leur rédaction, ils doivent leur donner une orientation.

Dans les pays où les langues s’écrivent de gauche à droite, les enfants ont tendance à pointer vers la droite. Cela fait que les caractères qui s’inversent sont ceux orientés vers la gauche (J, 7, 9…).

Ainsi, les recherches actuelles permettent de savoir que lorsque les enfants qui ont tendance à inverser les chiffres et les lettres regardent vers la gauche (1, 3, J, Z…), la probabilité qu’ils le fassent est réduite. En revanche, dans les pays dont la langue s’écrit de droite à gauche, c’est l’inverse qui se produit. Les enfants ont tendance à inverser les caractères orientés à droite (C, D, 6…).

Autres causes

Au-delà de ces causes que l’on peut trouver à l’origine de cette difficulté, il en existe d’autres qui peuvent expliquer l’écriture en miroir. Parmi elles, des problèmes de mémoire (consolidation et récupération d’informations), de perception, d’attention, de vision ou d’acquisition de la latéralité. De même, on considère que cela peut être le signe d’un problème d’écriture ou de langage.

Cependant, il faut tenir compte du fait que l’écriture en miroir ne se produit pas chez tous les enfants, ni systématiquement. Il peut s’agir d’un processus de plus dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, et on peut le considérer comme tel. Avec un peu de soutien parental, ceci peut être résolu. Cependant, si le problème persiste, il est conseillé de se rendre chez un professionnel afin qu’il puisse écarter les causes neurologiques.

Père aidant sa fille

Solutions pour l’écriture en miroir

L’écriture en miroir peut être horizontale (caractères tournés autour de leur axe horizontal) ou verticale (caractères tournés autour de leur axe vertical). Peu importe le type de rotation, ces activités peuvent aider à régler le problème. Dans un premier temps, il est nécessaire que l’enfant développe sa latéralité, sa coordination visuo-motrice et son organisation spatio-temporelle. Par exemple, lancer des balles d’une main et de l’autre, jouer au “cache-cache anglais”, imiter des mouvements d’animaux ou d’objets, faire des tours, des boucles, des formes avec le corps…

L’approche multisensorielle est l’une des approches les plus complètes de l’écriture en miroir. Elle permet à l’enfant d’intégrer l’orthographe, la forme de chaque caractère et leur orientation grâce à l’utilisation de ses multiples sens.

Pour ce faire, nous pourrions écrire une lettre ou un chiffre sur le sol avec un gros morceau de craie. Demandez-lui de le suivre des yeux, puis de l’imiter avec sa main. Et, plus tard, de parcourir la lettre à pied. Le pointillé et la coloration des caractères creux peuvent également être utiles. Et, bien sûr, il faut superviser et modéliser, avec patience. De même, vous pouvez fournir des aides visuelles et des astuces mnémotechniques-perceptives à l’enfant pour lui faciliter la tâche (« pour faire celui-là, il faut d’abord mettre le crayon un peu à gauche et monter »).

Si l’écriture en miroir se prolonge excessivement dans le temps ou si vous pensez qu’il peut y avoir une cause sous-jacente, n’hésitez pas à consulter un spécialiste. Il sera en mesure de faire une évaluation rigoureuse du cas et de planifier une intervention qui permette de régler le problème.

Cela pourrait vous intéresser ...
La graphologie, ou ce que votre écriture dit de vous
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
La graphologie, ou ce que votre écriture dit de vous