Le syndrome de Calimero : la plainte en tant que manière d'être

18 juillet, 2020
Le syndrome de Calimero fait référence aux personnes qui n'arrêtent pas de se plaindre de la gravité de tout ce qui se passe pour elles. Cependant, derrière la plupart de ces plaintes se cache une douleur plus profonde.
 

Nous connaissons tous ces gens qui expriment des plaintes au quotidien. Rien ne leur semble juste et tout les dérange. Après avoir lu ces lignes, vous avez sûrement quelqu’un en tête. Le psychanalyste Saverio Tomasella en parle dans son livre Le Syndrome de Calimero. Il fait donc référence à ce poussin grincheux avec la coquille cassée sur la tête. Bien qu’il utilise un clin d’œil comique dans ses explications, le contenu de ce livre est très sérieux.

Pour l’auteur, le fond de toutes les plaintes est encadré dans un contexte. Une situation socio-économique très sensible associée à une histoire de vie très difficile. C’est le déclencheur des plaintes. En fait, il déclare que derrière ces plaintes se cachent généralement de vraies souffrances, une revendication émotionnelle qui a été négligée à plusieurs reprises.

Ainsi, de nombreuses personnes peuvent être particulièrement irritantes pour leurs proches. Leur tendance à tout voir en noir montre un pessimisme irréductible. Cependant, il existe également d’autres cas dans lesquels les réclamations s’inscrivent dans un besoin constant d’attention qui peut être difficile à gérer.

 
Une femme qui a le syndrome de Calimero

Syndrome de Calimero

Le syndrome de Calimero est un phénomène contemporain dans une société au bord de l’implosion. Selon Tomasella, « les injustices sont de plus en plus évidentes. Il y a un parallèle à faire avec le monde qui a précédé la Révolution de 1789. »

Les privilèges accordés à certains et les abus sont légion. Ainsi, ces rigidités dans la société font que beaucoup de gens ressentent l’injustice et le besoin de se plaindre.

Des plaintes qui cachent quelque chose de pire

La plupart du temps, ceux qui se plaignent beaucoup ont connu de réelles injustices et craignent d’être à nouveau victimes. Par exemple, certains « calimeros » peuvent avoir subi une profonde honte, de l’humiliation, une sensation de rejet et d’abandon.

 

De graves traumatismes généalogiques (problèmes de succession, ruine, exil, migrations économiques) peuvent également marquer un enfant, qui sera en position de porte-parole et se plaindra de manière significative à la place de sa famille. Par conséquent, les plaintes exprimées couvrent généralement des questions beaucoup plus profondes que nous ne le pensons.

Car oui, au lieu de parler d’une préoccupation trop intime, la plainte est dirigée vers des questions superficielles comme le retard du train ou le café trop chaud. De cette façon, une expression cachée de douleur ou de honte est liée à quelque chose de bénin et quotidien qui peut être exprimé librement et publiquement sans conséquences sociales ou émotionnelles. Cependant, ce sont toujours des plaintes qui, répétées encore et encore, affaiblissent la patience des autres.

Quand la plainte devient un moyen d’être et de créer du lien

Si la plainte est ponctuelle, elle est généralement positive car elle attire l’attention. Cela peut être un moyen de changer une situation quand il y a un problème au travail, dans une relation, dans la famille. Cependant, il y a des gens qui se sentent désolés pour leur destin à plusieurs reprises.

 

On devient un « calimero » quand on fait des plaintes un monologue et un schéma général de relation avec les autres.

La plupart de ces personnes ont besoin de se faire entendre pour que l’on reconnaisse leur souffrance. Chez d’autres, il y a une forme de paresse qui consiste à laisser la situation pourrir pour continuer à se plaindre. Et enfin, il y a une minorité qui cherche simplement à attirer l’attention.

Mieux vaut ne pas se moquer de la plainte

Un enfant, un adolescent ou même un adulte qui n’a pas été entendu alors qu’il a subi une injustice va sûrement entamer un processus de répétition de sa plainte. Ce qui se passe, c’est que lorsque la douleur et la plainte sont moquées, une nouvelle injustice se produit.

Si vous vous moquez d’une personne qui exprime de la souffrance, vous risquez de renforcer sa propension à se plaindre.

Des plaintes comme épuisement et un appel à l’aide

Il y a ceux qui se plaignent tout le temps d’être la star et qui sont en constante théâtralisation. C’est une manière de dominer les autres et la situation. Ces personnes pourraient également être appelées « calimeros », mais en réalité, leur coquille n’est pas cassée. Par conséquent, nous devons être intelligents pour les détecter.

 

Cependant, chez la plupart de ceux qui se plaignent beaucoup, il y a quelque chose qui est vraiment cassé et détruit. Ils ne savent pas non plus comment aller de l’avant ni comment se reconstruire. Pour cette raison, nous devons être patients avec eux car ils ne cherchent pas vraiment à nous nuire, bien qu’ils puissent nous fatiguer.

Cette attitude découle souvent d’une blessure infantile qui n’a pas été perçue par la famille . Fondamentalement, ces gens ne disent pas « prends soin de moi » mais « écoute-moi« . Pris dans leurs plaintes, ils ont besoin d’être entendus, pour montrer combien ils souffrent.

Le syndrome de Calimero et les plaintes

Syndrome de Calimero : il existe une solution face aux appels au secours

L’empathie est nécessaire car beaucoup ont connu une injustice réelle et objective. Ainsi, si l’autre personne se sent respectée et écoutée, elle peut avancer.

 

Pour ceux qui ne veulent pas explorer leur passé et plonger dans leur histoire familiale, vous pouvez commencer par faire régulièrement de l’activité physique ou de la méditation, ce qui contribuera à réduire les tensions. Ainsi, petit à petit, vous pouvez vous préparer à un métier thérapeutique.

Il est possible de transformer les plaintes en une expression émotionnelle, ainsi que de changer les contingences qui les renforcent et les empêchent d’avancer. Par conséquent, vous devez écouter l’histoire derrière la plainte, creuser plus profondément et aller plus loin.