Le stress peut vous tuer

· 25 juin 2015

Une nouvelle étude scientifique affirme qu’il existe un gêne du stress qui augmenterait la probabilité de souffrir d’une crise cardiaque, ou de tout autre type de maladies cardiaques.

Cette étude révèle que le stress peut directement aggraver le risque de souffrir d’un trouble cardiaque. Selon les calculs des chercheurs, les patients qui souffrent de problèmes cardiaques et qui disposent de ce gêne, ont 38% de chances supplémentaires de souffrir d’un ictus, ou de mourir à cause d’un problème de cœur.

Une équipe de scientifique de l’Université de Duke a étudié le changement d’un seul gêne de l’ADN du génome humain, qui serait lié à une plus grande vulnérabilité au stress.

Les patients qui souffraient de ce changement génétique, et qui ont été étudiés par les chercheurs, avaient 38% de plus de risques de souffrir d’une attaque cardiaque, ou de toute autre maladie cardiovasculaire.

Les résultats se sont maintenus même une fois que les chercheurs ont retiré d’autres facteurs comme l’âge, l’obésité ou le tabagisme.

Après avoir obtenu ces résultats, les scientifiques estiment que les techniques de gestion du stress, et une thérapie médicamenteuse, peuvent permettre de réduire les maladies cardiaques, et les décès dont elles sont responsables.

Selon le Dr Redford Williams, directeur du Centre de Recherches Médicales de l’Ecole de Médecine de l’Université de Duke, cette étude représente un premier pas dans la découverte des variantes génétiques spécifiques qui soumettent des personnes à avoir plus de probabilités de développer une maladie cardiovasculaire.

Selon ses propres paroles, « c’est un premier pas pour que nous soyons un jour capables d’identifier les personnes qui ont plus de risques de développer des maladies cardiaques, sur la base de ce génotype ».

L’identification des personnes qui souffrent de cette modification génétique pourrait conduire à des interventions chirurgicales plus précoces, qui pourraient sauver des vies.

Dans le groupe d’étude concerné, d’environ 6000 personnes souffrant de maladies cardiaques, 10% des hommes et 3% des femmes souffraient de ce changement génétique associé à la mauvaise gestion du stress émotionnel.

En découvrant qu’il existait un possible mécanisme derrière cette relation, les scientifiques ont suggéré une solution à ce problème, par l’intermédiaire d’un changement d’habitudes de vie, et par la méditation.

Certains changements de comportements peuvent aider à réduire le stress, comme un régime équilibré et une activité physique régulière, qui peuvent aider les personnes touchées à se sentir mieux, et à être davantage capables de faire face aux exigences de la vie.

Dans ce sens, le professeur Jeremy Pearson, de la Fondation Britannique du Coeur, invite toutes les personnes qui se sentent nerveuses et qui sont préoccupées par leur niveau de stress, à consulter leur médecin.