Le spectre bipolaire : découvrez les types de bipolarité

Le trouble bipolaire est une entité clinique grave qui génère souvent de la confusion et de la peur. De plus, il existe jusqu'à 9 formes différentes de trouble bipolaire. Aujourd'hui, nous allons vous expliquer comment se compose le spectre bipolaire.
Le spectre bipolaire : découvrez les types de bipolarité

Dernière mise à jour : 20 décembre, 2022

Le trouble bipolaire est une entité clinique grave et invalidante. Son apparition se situe généralement vers l’âge de 20 ans. Cette entité clinique est constituée d’épisodes dépressifs (de tristesse intense) qui alternent avec des épisodes d’euphorie (épisodes maniaques).

Les sautes d’humeur provoquent d’immenses souffrances chez les personnes qui les subissent et chez les personnes qui les entourent. De plus, divers sous-types du trouble ont été décrits, et c’est pourquoi dans cet article nous allons parler du spectre bipolaire.

Nous considérons qu’il est important, avant de commencer à expliquer en quoi consiste le spectre bipolaire, de clarifier certains doutes. Pour ce faire, nous allons d’abord définir en quoi consiste la maladie maniaco-dépressive et quels en sont les symptômes.

femme atteinte de trouble bipolaire
Selon Belloch, on estime que 10 à 13 % des personnes qui ont vécu un épisode dépressif majeur auront un épisode maniaque ou hypomaniaque à un moment donné de leur vie, ce qui entraînera un changement de diagnostic en trouble bipolaire.

Trouble bipolaire

Le trouble affectif bipolaire (ci-après TAB) commence généralement par un épisode dépressif. C’est lorsqu’un épisode hypomaniaque, maniaque ou mixte apparaît que le diagnostic est finalement posé. Ainsi, nous pouvons distinguer les épisodes hypomaniaques, maniaques et mixtes.

Le trouble bipolaire a également reçu le nom de maladie maniaco-dépressive pour présenter des périodes d’euphorie alternant avec des périodes de profonde tristesse.

L’hypomanie

L’épisode hypomaniaque est loin d’être aussi grave que sa grande sœur : la manie. Pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’hypomanie consiste en un état d’esprit euphorique et extrême qui dure au moins une semaine. Parmi ses symptômes, on retrouve l’euphorie mais aussi l’irritabilité.

L’activité motrice et mentale augmente et le niveau d’énergie ressenti par la personne est plus élevé. En conséquence, la personne peut avoir besoin de moins de sommeil. En plus d’autres symptômes, le langage est rapide (c’est-à-dire verbeux)

La manie

Contrairement à sa petite sœur, la manie nécessite une hospitalisation. Elle est plus grave et donc plus observable par l’entourage de la personne. Pour l’OMS, il s’agit d’une humeur élevée et expansive qui dure plusieurs jours et se caractérise par l’euphorie et l’activation psychomotrice.

Parmi ses symptômes les plus caractéristiques, on retrouve une idée de grandiosité, une haute estime de soi et l’impression d’être invulnérable. Un brainstorming, c’est-à-dire des pensées décousues qui se succèdent rapidement et prennent plusieurs directions, peut se produire. De plus, le comportement maniaque est souvent impulsif.

« De brefs épisodes maniaques sont un facteur de bon pronostic. »

-Belloch-

L’épisode mixte

Les épisodes mixtes sont des mélanges. Pour l’OMS, cela implique une alternance rapide de symptômes maniaques et dépressifs pendant la majeure partie de la journée sur une période d’au moins deux semaines.

L’inconfort causé par les épisodes mixtes est généralement sévère et interfère avec la vie quotidienne. Parfois, cela peut nécessiter une hospitalisation.

Le spectre bipolaire

Maintenant que nous savons ce qu’est le trouble bipolaire, nous pouvons mieux comprendre les différentes façons dont il peut se présenter.

Le premier d’entre eux est le trouble bipolaire subsyndromique. Cette forme de TB survient lorsque le cadre clinique, bien qu’il ait un impact clinique et fonctionnel sur la vie de la personne, est loin de répondre aux critères requis pour le diagnostic.

« Un épisode d’une durée inférieure à celle décrite dans les manuels de diagnostic ou qui ne respecte pas tous les symptômes mais qui a un impact négatif sur la qualité de vie du patient serait un exemple de présentation sous-syndromique ou sous-seuil. »

-Belloch-

La proposition d’Akiskal

Comment une personne peut-elle développer un trouble bipolaire ? Quels sont les types de troubles bipolaires qui existent ? Afin de répondre à ces inconnues, Akiskal a proposé en 1980 une classification qui différencie la maladie maniaco-dépressive selon son apparition ou sa forme :

Bipolaire 1/4 (0,25)

Ce sous-type de TB consiste en l’apparition d’épisodes maniaques en réponse à la prise d’antidépresseurs. Pour mieux le comprendre : nous avons expliqué que, dans la plupart des cas, le trouble bipolaire commence par le développement d’un épisode dépressif.

Si, face à un tel cadre clinique, un antidépresseur est prescrit, dont l’objectif est d’améliorer et d’augmenter l’humeur, mais que la personne a en réalité un trouble bipolaire, l’antidépresseur fera apparaître l’épisode maniaque plus tôt.

« Ce sous-type de trouble bipolaire répond rapidement, mais pas de manière durable, aux antidépresseurs : une réponse souvent appelée “poop-out” ou épuisement professionnel. »

-Stahl-

Bipolaire 1/2 (0,5) et trouble schizo-affectif

Ce sous-type de trouble bipolaire est un trouble schizo-affectif. Il s’agit de symptômes de psychose alternant avec des épisodes maniaques, hypomaniaques et dépressifs. Dans ce sous-type de bipolarité, les symptômes psychotiques sont moins graves que dans d’autres troubles psychotiques (comme la schizophrénie), mais les symptômes liés à l’humeur le sont.

« Le trouble schizo-affectif se caractérise par la présence de psychose et de manie, en plus d’autres symptômes de l’humeur. »

-Stahl-

Bipolaire I et 1/2 (1,5)

Ce sous-type de TB se caractérise par la présence d’épisodes hypomaniaques en l’absence d’épisodes dépressifs. Ce sont des patients souffrant d’hypomanie prolongée.

« Ces patients peuvent être traités pour l’hypomanie tout en surveillant l’apparition future d’un épisode dépressif. »

-Stahl-

Bipolaire II et 1/2 (2.5)

Le TAB 2.5 consiste en la présence d’épisodes dépressifs avec un tempérament cyclothymique. Pour mieux la comprendre, la cyclothymie est un cadre clinique similaire au TAB, moins sévère mais plus chronique. Il est important d’être conscient de ce cadre car le traitement de la cyclothymie, lorsqu’il est effectué uniquement avec des antidépresseurs, peut avoir l’effet boomerang d’augmenter les sautes d’humeur et finalement induire un épisode maniaque.

« De nombreux patients cyclothymiques sont simplement considérés comme “de mauvaise humeur” et ne consultent pas de professionnels jusqu’à ce qu’ils connaissent un épisode dépressif à part entière. »

-Stahl-

Bipolaire III (3)

Ce sous-type consiste en l’existence d’épisodes dépressifs auxquels s’ajoutent des épisodes hypomaniaques provoqués par la consommation d’antidépresseurs. Dans les manuels de diagnostic, on parle de trouble bipolaire induit par une substance. C’est un nom très approprié car il rappelle aux professionnels que les patients bipolaires sont loin d’être de bons candidats pour ne prendre que des antidépresseurs dans le cadre de leur traitement.

« Les patients qui développent un épisode maniaque ou hypomaniaque avec un antidépresseur sont souvent appelés bipolaires III. »

-Stahl-

Bipolaire III 1/2 (3.5)

Le trouble bipolaire trois et demi consiste en l’apparition d’épisodes dépressifs et hypomaniaques à la suite de l’usage de drogues. Selon les mots de Stahl, « la combinaison du trouble bipolaire avec l’abus de substances est une voie directe vers le chaos ».

L’utilisation de drogues pour moduler nos états affectifs est quelque chose que nous connaissons tous. Ainsi, lorsque nous sommes fatigués, nous pouvons boire du café. Lorsque nous prenons des drogues plus dures (cocaïne, marijuana, ecstasy) dans le cadre du TB, les répercussions peuvent être beaucoup plus importantes.

« Bien que certains patients puissent utiliser des substances d’abus pour traiter des épisodes dépressifs, d’autres ont déjà souffert de manie induite par la drogue ou spontanée et prennent des substances d’abus pour induire et vivre une manie. »

-Stahl-

Bipolaire IV (4)

Ce sous-type est formé par la présence d’épisodes dépressifs avec un tempérament hyperthymique. L’hyperthymie fait paraître les gens excessivement joyeux, optimistes et productifs. Ce sont des gens qui réussissent et dont la personnalité est restée stable dans le temps mais qui, sans avertissement, souffrent de dépression sévère.

« Même s’ils n’ont pas de trouble bipolaire formel, ces patients répondent mieux aux stabilisateurs de l’humeur qu’aux antidépresseurs. »

-Sthal-

Femme prenant une pilule
Les patients atteints de TAB IV répondent mieux aux stabilisateurs de l’humeur qu’aux antidépresseurs.

Bipolaire V (5)

On retrouve ici la présence d’une dépression avec hypomanie mixte, c’est-à-dire la présentation d’un cadre complet de dépression et seulement quelques symptômes de manie.

« La question de savoir si ces patients peuvent être traités avec des antidépresseurs seuls ou s’ils ont besoin de stabilisateurs de l’humeur tels que le lithium ou les antipsychotiques est toujours en cours. »

-Stahl-

Bipolaire V (6)

Les personnes atteintes de démence peuvent-elles avoir un trouble bipolaire ? Malheureusement, la réponse est oui. Ainsi, le dernier sous-type est constitué par la présence de TB dans le cadre de la démence. Cela peut rendre difficile le diagnostic des deux entités cliniques.

« La bipolarité peut être attribuée à tort aux symptômes de la démence au lieu d’être reconnue comme un trouble distinct et traitée avec des stabilisateurs de l’humeur. »

-Stahl-

Cela pourrait vous intéresser ...
Le trouble bipolaire : quand vivre est une montagne russe
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le trouble bipolaire : quand vivre est une montagne russe

Le trouble bipolaire est un trouble qui se manifeste à différents degrés et qui nécessite une prise en charge avant tout psychologique, pour aider ...



  • Stahl, S. M. (2014). Psicofarmacología esencial de Stahl: bases neurocientíficas y aplicaciones prácticas (4a ed.). UNED. Universidad Nacional de Educación a Distancia.
  • Belloch, A. (2022b). Manual de psicopatología, vol II.
  • American Psychiatric Association. (2022). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fifth Edition, Text Revision (Dsm-5-Tr(tm)) (5.a ed.). American Psychiatric Association Publishing.
  • Akiskal, H. S., Hirschfeld, R. M., & Yerevanian, B. I. (1983). The relationship of personality to affective disorders: A critical review. Archives of general psychiatry, 40(7), 801-810.
  • Akiskal, H. S., & Pinto, O. (1999). The evolving bipolar spectrum: prototypes I, II, III, and IV. Psychiatric Clinics of North America, 22(3), 517-534.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.