Le sourire de ceux qui ne sont plus sera notre meilleur souvenir

· 7 avril 2016

Si nous voulons conserver un grand souvenir de ceux qui ne sont plus de ce monde, la clé est de penser à leur sourire.

C’est une manière de générer des sentiments positifs qui, même s’ils nous rendent triste et mélancoliques, peuvent nous aider à ne pas ternir l’image de ces personnes.

Cependant, notre deuil comporte certaines phases qui sont nécessaires pour gérer les pensées, les comportements, les sentiments et les émotions provoqués par la perte des personnes que nous aimons ou qui sont importantes dans notre vie.

Ainsi, ce dont nous devons tenir compte, c’est que nous ne pouvons pas nous habituer à la mort des personnes que nous aimons, et que chaque perte sera une épreuve qui demandera beaucoup d’efforts de notre part pour surmonter la situation.

Femme-avec-une-feuille-dans-la-main

Le deuil, les adieux de ceux qui ne sont plus

Dire adieu à ceux qui ne sont plus est un processus qui d’une manière ou d’une autre ne demande pas qu’un « au revoir ».

C’est compliqué à comprendre et souvent, nous pensons que nous devons nous confronter à la perte en arrêtant de « penser, de sentir ou même de vivre ». Mais tout cela fait partit d’un processus. Voyons-en les étapes :

La négation

Selon l’expert en deuil Elisabeth Klüber-Ross, au début, nous avons tendance à agir en niant la réalité et en essayant de nous convaincre que « tout va bien » ou que « la mort de cette personne est une erreur ».

Nous pourrions dire que cette négation est aussi normale que passagère lorsque nous perdons quelqu’un, car nous avons besoin d’encaisser le choc.

Disons que nous avons besoin d’accorder une trêve à notre esprit pour qu’il accepte une réalité qui  s’avère extrêmement douloureuse.

Ce mécanisme de défense nous procure une distance émotionnelle dont nous avons besoin pour nous figurer de manière sereine un schéma qui nous permette de nous adapter à cet événement.

La colère

Il arrivera un moment où nous verrons que la réalité est que nous avons perdu cette personne. Cela nous fait souvent ressentir le besoin de « nous venger » de cette perte car nous avons la sensation d’avoir un couteau planté dans la poitrine qui nous empêche de respirer.

Enfant-gouttes-de-lune

La négociation

Il est aussi habituel de se confronter à l’idée consciente ou inconsciente qu’il faut “tout faire pour retrouver une vie qui soit digne d’être vécue malgré l’absence de l’autre ».

On peut même penser à se réunir avec les êtres aimés ou toute autre manière de reporter le véritable deuil. Ici, on essaie de négocier avec l’idée d’une puissance supérieure (Dieu ou autre), nous implorons plus de temps ou la possibilité de dire tous les « je t’aime » que l’on n’a pas pu dire auparavant.

La dépression

Il arrive finalement un moment où nous comprenons la mort uniquement à travers la sensation d’être coincé ou ralenti, ainsi que terriblement triste.

C’est l’étape où nous pleurons toutes les larmes de notre corps et où nous ne sommes pas capables de surmonter cette épreuve et de continuer notre vie.

L’acceptation

Il est probable qu’avec le temps, nous finissions par comprendre que la mort est irrémédiable et que la meilleure manière de se souvenir de ceux qui ne sont plus là et que nous aimions tant est de penser à leur sourire. 

Ombre-de-l'union-des-ames-de-deux-personnes

Porter dans son cœur le sourire de ceux qui ne sont plus là

Une perte ne peut se négocier en termes de dépassement ou pas, car cela supposerait un renoncement à la réalité et une résignation à l’autre.

Il faut accepter la mort comme une partie de la vie. Il est nécessaire de pouvoir s’autoriser à ressentir les choses et de ne pas se forcer à « se rétablir » rapidement.

Prendre un moment, donner du sens à cette perte et mettre des rituels est indispensable pour nous permettre de continuer notre vie.

Pour chaque perte, nous devons nous permettre de ressentir de bons souvenirs et de les assimiler de manière personnelle.

Il arrivera un moment où naturellement, le sourire de ces personnes ne perturbera plus notre esprit, mais nous aidera à comprendre qu’ils ne sont plus là physiquement mais que nous les porterons pour toujours dans notre cœur.