Le rapport d’expertise psychologique : en quoi consiste-t-il ?

5 avril 2019
Qu'est-ce que le rapport d'expertise psychologique ?

Les personnes qui se spécialisent en psychologie médico-légale ont un  devoir très important à remplir. Elles aident les juges des tribunaux à prendre les meilleures décisions. Pour cela, elles doivent présenter un rapport d’expertise psychologique. Il s’agit d’un document que l’on remet au juge ou au procureur (toute autorité l’ayant sollicité) pour qu’il puisse le prendre en compte au moment du procès. Il est donc indispensable de savoir comment l’élaborer avec la plus grande précision et le plus grand professionnalisme possibles.

Le rapport d’expertise psychologique peut être demandé lorsque l’accusé est soupçonné d’abus sexuels sur mineurs, quand il est question de garde d’enfants ou pour vérifier si une personne souffre d’un quelconque trouble mental qui l’aurait poussée à commettre un délit. Comme nous le voyons, ces types de rapports sont très importants. Nous allons donc nous intéresser à ce qu’ils doivent contenir.

psychologue et rapport d'expertise psychologique

Le contenu du rapport d’expertise psychologique

Comme le signale l’article L’évaluation psychologique médico-légale face à l’évaluation clinique : propositions et défis du futur, un rapport d’expertise psychologique doit être documenté, justifié et inclure des conclusions. Par ailleurs, en dépit de la rigueur demandée, et étant donné qu’il est destiné à des personnes qui n’ont aucune connaissance en psychologie, il est nécessaire d’utiliser un langage adapté. Si des mots techniques apparaissent, ils doivent être expliqués. On doit toujours chercher à éclaircir les zones d’ombre.

Dans un rapport d’expertise psychologique, on doit aussi exposer tous les détails importants pour le cas qui sera traité au tribunal. On ne doit négliger aucun point. Si l’on n’est pas sûr de l’importance d’un détail, il vaut mieux que ce dernier soit présent dans le rapport.

Un rapport d’expertise psychologique doit être précis, cohérent et argumenté. Il ne doit contenir aucune sorte d’opinion personnelle de la part du professionnel qui l’élabore. Ceci pourrait être une raison d’invalidité du rapport.

La structure du rapport

Maintenant que nous savons un peu plus ce qu’un rapport d’expertise psychologique doit contenir, il est important de connaître la structure de ce dernier. Ceci fait partie de la formation que doit suivre n’importe quel expert en psychologie. Or, bien souvent, on oublie des parties qui sont fondamentales pour la validité du rapport.

  • Données de l’expert. L’expert doit s’identifier par son nom et son numéro de carte d’identité. Par ailleurs, s’il est lié à une Association ou à un Ordre, il doit inclure le numéro d’identification de ce dernier.
  • Raisons du rapport. Les motifs pour lesquels on requiert l’élaboration et l’émission du rapport doivent être expliqués de façon concise. On ne doit pas s’attarder sur les détails.
  • Méthodologie. Le professionnel doit exposer toutes les techniques et tous les outils qu’il a utilisés au cours du processus d’évaluation. Par exemple, l’utilisation de certains tests, l’observation directe ou tout autre type de méthode qui aurait servi à réaliser ce rapport.
  • Antécédents. Ici, on doit inclure les données historiques familiales, sociales et personnelles qui peuvent révéler des antécédents psychologiques et constituer des informations importantes pour le rapport.
  • Résultats. On expose les trouvailles réalisées grâce aux méthodes utilisées. Il est important de souligner les détails et de les exposer avec clarté.
  • Conclusions. Il s’agit de la dernière partie du rapport d’expertise psychologique. On y expose, de façon cohérente, les réponses pertinentes qui peuvent aider le juge ou le procureur à prendre la meilleure décision possible. Après la conclusion, on referme le rapport avec la date, le lieu et la signature de l’expert.

« Les conséquences importantes tirées du rapport d’expertise psychologique obligent l’expert en psychologie à faire extrêmement attention aux aspects techniques et déontologiques de son intervention ».

-Michal J. Ackerman-

signature de rapport d'expertise psychologique

Conclusion

On archive ensuite les rapports d’expertise psychologiques pour pouvoir les utiliser dans d’autres cas. C’est pour cela qu’il est nécessaire d’utiliser la bonne méthodologie mais aussi d’analyser tous les détails de l’affaire pour qu’il n’y ait plus la moindre zone d’ombre.

Si vous suivez une formation pour devenir expert dans ce domaine, nous espérons que cette brève introduction au rapport d’expertise psychologique vous aura aidé. Le rédiger de façon claire et détaillée facilitera sa lecture aux personnes non spécialisées et favorisera un verdict plus juste.

 

  • Muñoz, J. M. (2013). La evaluación psicológica forense del daño psíquico: propuesta de un protocolo de actuación pericial. Anuario de psicología jurídica23(1), 61-69.
  • Rodríguez-Domínguez, Carles, Jarne Espacia, Adolfo, & Carbonell, Xavier. (2015). Informe pericial psicológico en tribunales de familia: análisis de su estructura, metodología y contenido. Escritos de Psicología (Internet)8(1), 44-56. https://dx.doi.org/10.5231/psy.writ.2015.1203
  • Rodríguez-Domínguez, C., & Jarne Espacia, A. (2015). Valoración del Informe Pericial sobre la Custodia de Menores en Sentencias Judiciales: estudio comparativo entre informes privados y oficiales. Escritos de Psicología (Internet)8(3), 11-19.