Psychologue médico-légal : quelles sont ses fonctions ?

· 7 décembre 2018
La psychologie médico-légale est une branche de la psychologie. Son étude se base sur les processus mentaux sous-jacents à un sujet et qui finissent par orienter leur conduite. On peut par conséquent en déduire que la première des matières va vers l'évaluation des capacités mentales d'un sujet dans le domaine judiciaire.

Le psychologue médico-légal est le professionnel qui joue le rôle de conseiller technique auprès des procureurs, des juges, des avocats, etc. Son travail s’oriente vers l’étude de l’esprit des sujets par rapport au système et aux administrations de justice.

Fonctions du psychologue médico-légal

Le psychologue médico-légal participe aux différents processus judiciaires dans le cadre desquels on sollicite sa présence. Il se charge de compiler les informations nécessaires. D’examiner le sujet. D’élaborer des enquêtes, etc. Et finalement, de présenter les preuves et les résultats obtenus. Tout cela dans le but de répondre aux questions posées par le juge.

psychologue médico-légal

Leur fonction principale consiste à tenter de résoudre ces doutes qui surgissent chez les professionnels de la justice. Tous les acteurs qui participent à un processus judiciaire ne contrôlent pas les connaissances dans toutes les matières sociales, relationnelles, scientifiques, etc. C’est pourquoi les experts sont là pour les aider à éclaircir les éléments importants pour une correcte résolution de chaque cas.

Nous ne pouvons pas oublier que nous vivons dans une société organique : il existe une grande division du travail. Les individus se spécialisent dans un domaine bien particulier, mais ont besoin des connaissances du reste de la société. S’établit alors un système de relations fonctionnelles entre les différents professionnels. La coopération mutuelle se base sur les capacités que chacun peut apporter pour aider à couvrir les besoins de l’autre.

Domaines dans le cadre desquels le psychologue médico-légal participe

Le psychologue médico-légal, comme nous l’avons déjà dit précédemment, collabore dans le système de justice. Généralement, on l’associe à des processus pénaux, et à une action menée dans le domaine criminel. Cependant, il y a bien d’autres disciplines dans le cadre desquelles on a besoin de lui :

  • Droit de la famille : déterminer si les parents sont capables de prendre soin de l’enfant dans une procédure de divorce ; orienter dans le régime de visites ; analyser les dysfonctionnements existants, etc.
  • Droit civil : incapacités légales liées principalement à la libre disposition de biens patrimoniaux.
  • Droit pénal : imputabilité pénale (si le sujet savait ce qu’il faisait et qu’il a agi en connaissance de cause) ; effets de la violence sur la victime ; existence d’un possible trouble, etc.
  • Droit du travail : incapacité professionnelle ; situations de harcèlement au travail, etc.
  • Mineurs : crédibilité du témoignage ; séquelles psychologiques, etc.

Elaborations de rapports

Les rapports sont des documents élaborés par les experts où ils répondent aux questions formulées par le juge. Ils servent de preuve d’expertise. Le psychologue médico-légal devra réaliser un rapport lorsqu’on lui demandera son opinion sur une affaire judiciaire.

Le contenu du rapport doit être précis et concret, et mettre de côté chaque détail qui résulte superflu. Il doit être directement lié à l’affaire. D’autre part, il doit être clairement rédigé, et éviter de passer par un jargon très spécifique. Il est important de savoir également que ce type de documents se destine à des personnes extérieures au monde de la psychologie ou du champ scientifique. Par conséquent, le psychologue médico-légal ne doit pas être extrêmement technique, auquel cas ce qu’il veut transmettre ne serait peut-être pas compris.

rapport du psychologue médico-légal

Ainsi, il ne peut pas sortir des paramètres de l’objectivité et de la rigueur scientifique. Chaque test psychologique qui sera entamé devra être dûment mené. Il faudra signaler son utilité, le processus, les résultats obtenus, leur fiabilité, etc.

Profil professionnel

Il est bien évidemment nécessaire que le psychologue médico-légal ait une formation universitaire en psychologie. Il lui faudra être spécialisé dans cette branche. Mais cela n’est pas suffisant. Il doit également avoir une formation continue et être au fait des nouveautés qui surgissent dans ce champ grâce à différents articles scientifiques.

D’un autre côté, non seulement la connaissance en psychologie est nécessaire, mais elle doit aussi être complétée par des connaissances en droit. Evidemment, le psychologue médico-légal travaillera au sein des administrations. Par conséquent, il devra savoir comment se déroule le processus ainsi que connaître les différentes lois qui le régissent et qui, de la même manière, déterminent les sanctions qui peuvent s’imposer du fait d’une mauvaise praxis.

Mais tout ne se base pas sur la formation universitaire. Le psychologue médico-légal ne peut pas s’impliquer émotionnellement dans le cas qu’il traite. Il se chargera donc uniquement d’assurer la mission pour laquelle on aura fait appel à lui en tant qu’expert. L’empathie est également un trait de caractère valorisé, de même que la tolérance à la frustration. L’assertivité ainsi qu’une bonne éloquence seront des caractéristiques essentielles.

Finalement, le psychologue médico-légal rompt avec l’idée véhiculée par les séries et les films selon laquelle il occupe la profession du psychologue stéréotypé. La psychologie juridique et médico-légale est un champ parfois méconnu mais nécessaire pour résoudre des questions qui nécessitent un point de vue plus scientifique.