Le principe de Pollyanna ou la capacité à ne se concentrer que sur les choses positives

15 septembre 2018 dans Psychologie de la personnalité 0 Partagés
pollyanna

Le principe de Pollyanna est tiré des romans d’Eleanor H. Porter. La protagoniste, une jeune fille du nom de Pollyanna, a la faculté de se concentrer uniquement sur le côté positif des choses. Cet optimisme de fer et déterminant a servi d’inspiration pour définir le biais qui nous permettrait de vivre plus heureux et connectés avec les autres.

Est-ce réellement une bonne chose de tourner notre regard vers la positivité qu’énonce ce principe psychologique? Il est très probable que la majorité de nos lecteurs en doutent sérieusement et affichent un certain scepticisme. Parfois, comme nous le savons, ces lunettes colorées peuvent nous faire perdre certains points de notre environnement, certaines nuances très importantes qui ôtent du réalisme et de l’objectivité à notre vision.

« Le jeu consiste à trouver quelque chose dont vous serez toujours contents. »

-Pollyanna-

Le fleurissement de la psychologie positive menée par Martin Seligman vit actuellement des reformulations importantes. Des organismes comme l’Université de Buckingham (la première institution mondiale à entraîner et former des élèves dans les fondements de cette perspective) sont en train de changer certaines de leurs bases. L’une d’elle concerne la définition du bonheur.

D’une certaine façon, nous pouvons dire que la « nouvelle » psychologie positive a abandonné la prétention de nous apprendre à être plus heureux. La célèbre culture du bonheur et tous ces livres ou travaux d’aide personnelle laissent place à un nouveau format, à une nouvelle perspective. Une perspective qui nous fournit des outils pour faire face aux choses négatives et à l’adversité. Car dans la vie, nous ne pouvons pas toujours nous concentrer sur ce côté lumineux et optimiste comme le faisait Pollyanna…

pollyanna

Le principe de Pollyanna : en quoi consiste-t-il ?

Après être devenue orpheline, la petite Pollyanna fut envoyée dans la maison de sa tante Polly, une femme stricte et amère. Au lieu de sombrer dans la tristesse, la jeune fille n’hésita pas à appliquer, jour après jour, cette philosophie de vie que lui avait inculquée son père quand elle était toute petite. Une perspective qui lui permettait de transformer sa vie en jeu et de ne voir que les choses positives. Quelle que soit la difficulté d’une situation. Pollyanna était capable de résoudre et d’affronter n’importe quelle circonstance avec l’optimisme le plus ferme et la détermination la plus joyeuse.

Il est également important de souligner l’influence qu’avait Pollyanna sur les autres. Tôt ou tard, le caractère le plus avare, apathique ou triste finissait par changer devant cette personnalité lumineuse et étincelante. Les livres d’Eleanor H. Porter transmettaient, comme nous le voyons, une sublimation absolue du positivisme. Deux psychologues s’en sont inspirés dans les années 70 : Margaret Matlin et David Stang.

Comment sont les personnes qui appliquent le principe de Pollyanna ?

  • Dans une étude publiée dans les années 80, Matlin et Slang ont pu voir, par exemple, que les personnes avec un biais de positivité évident mettaient beaucoup plus de temps à identifier les stimulus désagréables et dangereux ou ces faits négatifs qui se produisaient autour d’eux.
  • Le principe de Pollyanna nous dit qu’après avoir pris pleinement conscience des faits et des réalités négatives de la vie, une personne choisit de se concentrer uniquement sur les aspects positifs. Le reste importe peu. Qui plus est, même en étant impliquée dans un événement négatif, la personne s’efforcera de changer la situation pour lui redonner une teinte positive.

positivisme et principe de pollyanna

Une mémoire biaisée et centrée sur le positif

Le docteur Steven Novella, célèbre neurophysiologiste de l’Université de Yale, a effectué de nombreux travaux et études sur ce que l’on connaît sous le nom de fausse mémoire ou sur ces erreurs de stockage si communes chez les personnes. Ainsi, un fait plus que curieux sur le principe de Pollyanna ou biais de positivité est que les personnes optimistes ne se souviennent pas bien des événements négatifs de leur passé.

La qualité de leur mémoire est optimale, voire parfaite, avec tous les événements considérés comme « positifs ». En revanche, elles ne stockent pas les faits douloureux et complexes de la même façon car elles ne les considèrent pas comme significatifs.

Biais de positivité et langage: nous sommes tous Pollyanna

Cette donnée est vraiment curieuse. En 2014, l’Université de Cornell, à New York, a réalisé une étude pour déterminer si notre langage, en général, tendait vers l’agressivité ou vers le biais de positivité/principe de Pollyanna. Le professeur Peter Dodds et son équipe ont analysé plus de 100000 mots en 10 langues différentes, en réalisant même de profondes analyses des interactions sur les réseaux sociaux.

Ainsi, notre langage et les messages que nous envoyons ont un poids émotionnel clairement positif. Ces conclusions coïncident avec celles établies par les psychologues Matlin et Stang dans les années 70, à savoir que les personnes font preuve de « pollyannisme ».

Critiques du principe de Pollyanna

Certains psychologues préfèrent parler du syndrome de Pollyanna au lieu du principe de Pollyanna. À travers ce changement de terminologie, ils cherchent à attirer l’attention sur les limitations ou des aspects préoccupants de cette dimension psychologique poussée à « l’extrême ».

Par exemple, si nous choisissons de nous concentrer uniquement sur le côté le plus positif de la vie, nous pourrons faire preuve d’une certaine incompétence au moment de gérer des situations difficiles. Le principe de Pollyanna aide lors de certains moments, c’est vrai. Avoir une vision joyeuse et lumineuse des choses nous aide à être motivés, cela n’en fait aucun doute, mais pour avancer dans la vie, nous devons aussi savoir traverser les moments négatifs et en tirer des enseignements.

Notre réalité inclut de la lumière et de l’ombre et nous ne pouvons pas toujours choisir le côté le plus ensoleillé.

Alors, quelle perspective choisir ? Est-il recommandé de suivre la philosophie du principe de Pollyanna ? La clé de tout cela, comme toujours, réside dans l’équilibre. Dans ce regard intermédiaire qui se fixe sur le côté lumineux de la vie mais ne se ferme pas face aux difficultés. La psychologie positive, en fin de compte, est toujours inspirante. Or, parfois, réussir ou échouer ou éviter que certaines choses ne nous arrivent ne dépend pas à 100% de notre attitude.

Tout ce qui brille n’est pas d’or. Nous devons par conséquent être prêts à affronter n’importe quelle situation de la meilleure façon possible, en sachant mêler la lumière, l’obscurité et toutes les échelles de gris…

A découvrir aussi