Le phénomène de l'allumage - prise de conscience : ce qui ne vous tue pas, vous affaiblit

Selon cette théorie, si nous avons plus d'épisodes dépressifs, il est plus facile pour les pensées négatives de se renforcer et de rechuter.
Le phénomène de l'allumage - prise de conscience : ce qui ne vous tue pas, vous affaiblit
Cristina Roda Rivera

Rédigé et vérifié par Psychologue Cristina Roda Rivera.

Dernière mise à jour : 01 février, 2023

Le phénomène d’allumage- sensibilisation décrit par Teasdale explique pourquoi certaines personnes sont plus faibles après plusieurs épisodes dépressifs. Curieusement, cette explication contredit un des mythes de la sagesse populaire qui dit que « ce qui ne vous tue pas, vous rend plus fort ».

Cet effet explique que face à de nouveaux facteurs de stress, nous sommes toujours conditionnés par l’expérience interne et l’expérience externe antérieure. Par exemple, après divers échecs au travail, chaque fois que nous essayons de bien faire un travail et que nous échouons, nous nous sentirons plus frustrés et moins motivés que la première fois que nous avons essayé.

Ce “nœud d’informations négatives sur l’emploi” sera facilement activé par toute nouvelle expérience de travail. Comme ce nœud, il existe de nombreuses similitudes et différentes chez chaque personne.

Ainsi, nous avons tous des nœuds d’informations négatives qui sont activés par des facteurs de stress et des informations très différentes. Teasdale essaie d’expliquer avec le phénomène d’allumage – sensibilisation comment ces nœuds négatifs sont activés chez les êtres humains.

Femme avec dépression accablé

Théorie de l’hypothèse différentielle de la dépression de Teasdale

Le phénomène d’allumage-sensibilisation s’inscrit dans une théorie plus large : l’hypothèse d’activation différentielle de Teasdale dans la dépression. Cette théorie a été proposée comme explication de la vulnérabilité cognitive à la dépression.

Influencé par Beck et Bower, Teasdale postule que chaque émotion est représentée en mémoire par un nœud spécifique. Ce nœud est connecté à des cognitions ou des traits associés. Dans le cas de la dépression, les cognitions sont négatives. Lorsqu’un nœud est activé, l’émotion correspondante est ressentie et l’activation se propage à travers les connexions du nœud.

L’auteur soutient que les facteurs qui déterminent si la dépression initiale devient plus persistante sont le degré d’activation et le contenu des schémas de ces nœuds. Cela a conduit à la spécification de deux concepts clés : allumage – sensibilisation.

Modèle diathèse-stress

La théorie de Teasdale est un modèle de vulnérabilité au stress dans lequel on suppose que le type d’événements qui provoque la dépression clinique chez certains individus est capable de produire une humeur dysphorique ou douce chez d’autres.

L’apparition des symptômes dépressifs résulte de l’activation du nœud dépressif après la survenance d’un événement stressant. Cette activation se propage aux nœuds ou constructions cognitifs (négatifs) associés. Si cette activité cognitive réactive les nœuds dépressifs par un mécanisme cyclique, un cercle vicieux s’établit qui fait que la dépression initiale s’intensifie et perdure.

Contrairement à la théorie de Beck, il ne pense pas que la correspondance entre le type d’événement (type de facteur de stress) et le type de nœuds ou de constructions cognitives soit une exigence nécessaire. Pour lui, à mesure que l’expérience personnelle des épisodes de dépression majeure augmente, des facteurs de stress environnementaux de moindre ampleur sont nécessaires pour provoquer une rechute.

La recherche sur les modèles cognitifs de la dépression a souvent négligé les relations entre les différents niveaux de variables cognitives et de personnalité, l’interaction avec la personne et les facteurs événementiels. Cependant, la théorie de Teasdale est un parfait exemple d’explication de la façon dont la personne reçoit une expérience, mais en même temps la construit.

Allumage – sensibilisation : la douleur se déclenche de moins en moins et se propage plus rapidement

L’hypothèse classique de l’activation différentielle (Teasdale, 1988) a été revue par Segal, Williams, Teasdale et Gemar en 1996. Ils ont proposé une élaboration plus poussée de cette hypothèse, suggérant l’application des concepts d’allumage et de sensibilisation.

  • Le phénomène d’allumage suppose que la réactivation continue des structures cognitives négatives renforce les réseaux associatifs entre les constructions déprésotypiques. Ainsi, un large éventail de stimuli peut favoriser l’activation du réseau en activant simplement un élément.
  • L’effet de sensibilisation s’explique par une diminution du seuil d’activation des constructions dépresotypiques produites par l’activation répétée de ces structures.

Ces aspects ajoutent des difficultés à la définition déjà problématique du facteur de stress dans le modèle vulnérabilité-stress. Selon cette théorie, l’importance du facteur de stress diminuerait à mesure que la conscience cognitive d’une personne augmente. Par conséquent, un stimulus minimal pourrait provoquer une activation du réseau déprésogène chez une personne, sans devoir être un grand facteur de stress.

Femme avec dépression au lit

Dépression : la sensibilisation à l’allumage

La vulnérabilité à la rechute dépressive est déterminée par le risque accru d’activation de schémas d’information négatifs dans les états dépressifs. Les études de sensibilisation à l’allumage expliquent la raison de ce risque accru d’activation de schémas de pensée négatifs.

D’une part, l’apparition d’un épisode dépressif facilite leur familiarité cognitive, qu’ils peuvent recourir à des traitements négatifs déjà connus face à un nouveau facteur de stress. Cette dépendance vis-à-vis des nœuds négatifs pour leur force et leur accessibilité serait le phénomène d’ allumage.

À son tour, cette dépendance facilite que son activation future soit réalisée sur la base de signaux de moins en moins intenses, c’est-à-dire qu’elle facilite la prise de conscience. Le seuil de douleur nécessaire est abaissé.

Ce modèle suggère que les processus liés à la rechute/récidive et au début de l’épisode peuvent ne pas être isomorphes. C’est précisément la raison d’être de la recherche et des interventions psychologiques visant à optimiser les stratégies de prévention des rechutes.

Il convient de préciser que la forme de traitement négatif suppose une tendance, mais pas une permanence et une immutabilité. Certaines expériences peuvent l’accentuer ou l’atténuer malgré leur relative résistance au changement.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment le stress chronique et la dépression sont-ils liés ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Comment le stress chronique et la dépression sont-ils liés ?

Une situation de stress sur une longue période peut conduire à la dépression. Il s'agit d'une réalité de plus en plus courante.



  • Beck, A.T. (1983). Cognitive therapy of depression: New perspectives. En P. Clayton (Ed.), Treatment of depression: Old controversies and new approaches. New York: Raven Press.
  • Butler, A.C., Chapman, J.E., Forman, E.M. y Beck, A.T. (2006). The empirical status of cognitive-behavioral therapy: A review of meta-analyses. Clinical Psychology Review, 26:17-31
  • Lewinsohn, P. M., Joiner, T. E., Jr., y Rohde, P. (2001). Evaluation of cognitive diathesis-stress models in predicting major depressive disorder in adolescents. Journal of Abnormal Psychology, 110, 203–215.
  • Teasdale, J.D. (1988). Cognitive vulnerability to persistent depression. Cognition and Emotion, 2, 247-274.
  • Teasdale, J.D., & Green, H. A. C. (2004). Ruminative self-focus and autobiographical memory. Personality and Individual Differences, 36, 1933–1943.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.