Le passé n’a pas le pouvoir d’entacher votre présent

· 7 septembre 2016

Le passé n’existe pas dans la réalité, il n’existe que dans notre esprit, dans notre mémoire.

Si nous nous en souvenons consciemment, il affectera nos émotions, positivement ou négativement.

Mais il les affectera d’une manière ou d’une autre, en fonction de comment nous l’évaluons, nous le valorisons ou de sa signification pour nous.

Combien de fois avons-nous pensé que la manière dont nous nous sentons aujourd’hui est de la faute du passé ?

Ce manque de responsabilité émotionnelle est traître car il nous empêche de prendre les rennes de notre présent et nous retient dans une réalité qui n’existe plus et que malheureusement, nous ne pouvons modifier.

C’est comme se cogner la tête contre le mur. Plus nous exigeons de notre passé d’être différent, plus cela nous fait du mal.

Changer le prisme : accepter le passé

Chacun choisit et décide s’il veut être malheureux toute sa vie ou s’il préfère, au contraire, profiter du temps qui lui reste pour profiter de la vie.

Ce n’est rien de plus qu’un choix personnel que l’on réalise dans le présent, qui n’a rien à voir avec ce qui nous a affecté dans le passé.

Ne vous est-il pas venu à l’esprit que chaque personne a une vision totalement différente de la réalité ?

Nous pouvons facilement voir des personnes qui ont vécu des choses graves ou tristes, mais qui ont choisi de profiter de la vie et du présent.

Cependant, dans la même situation, d’autres personnes décident de rester dans une position de victimes toute leur vie, s’isolent, s’énervent contre leur malchance et ne peuvent pas se concentrer sur autre chose qui ne soit pas leur passé.

Longue-vue-observer-la-mer

La différence entre ces personnes est, évidemment, le prisme avec lequel elles observent ce qui leur est arrivé.

Les premières ont accepté ce passé, mais elles ne se sont pas faites influencer par lui dans leur présent, alors que les secondes n’acceptent pas ce qui leur est arrivé, continuent à s’en délecter, et passent à côté de nombreuses choses de la vie.

Si vous lisez cela, vous êtes vivant

Si vous pensez faire partie de ces personnes qui rejettent la faute de leur mal être sur leur passé, que ce soit à cause de l’éducation que vous avez reçue, les mauvais traitements, les abus, les viols ou les accidents traumatisants, vous devez vous rendre compte que vous en êtes sorti et qu’aujourd’hui, vous êtes vivant.

C’est vrai que vous avez été confronté à la malchance et que cela aurait été bien mieux si tout cela n’était pas arrivé, mais c’est ainsi et vous n’avez aucune possibilité de le modifier.

Alors, vos plaintes, vos pleurs ou vos colères sont improductifs, arrêtez de les utiliser !

Concentrez-vous sur le présent, vous êtes assez vivant pour sortir dans la rue, rencontrer des gens, danser, avoir une conversation intéressante, prendre soin d’un animal domestique, écrire un livre… et pour faire toutes les choses merveilleuses que la vie vous réserve.

Elles sont là, elles vous attendent, vous n’avez qu’à accepter votre passé, à le prendre dans vos bras et lui dire : c’est fini, je te dis au revoir, je vais profiter de mon nouvel ami le présent !

Femme-bras-ouverts-dans-un-champ

La culpabilité ne sert à rien

Nous nous efforçons, régulièrement, à chercher des coupables de ce qui s’est déroulé dans notre vie.

Nous nous culpabilisons nous-même, nous culpabilisons les autres, nos parents, notre culture… mais pensez-y : à quoi bon ?

Ne croyez-vous pas que quand les choses n’ont plus de solution ou ne sont plus sous notre contrôle, il est préférable de les laisser se dérouler ?

Ce besoin de chercher des coupables ne fait que nous faire perdre du temps.

Nous retournons le passé dans tous les sens et nous n’avons pas le temps de prendre les rennes du présent.

Arrêtez de rejeter la faute sur les autres, ce n’est ni important ni fonctionnel.

Ce qui est véritablement important, c’est de changer votre puce, de remercier la vie, qui vous a rendu plus fort grâce à votre passé.

À partir de maintenant, vous décidez de profiter de votre présent comme il le mérite et de ne pas gaspiller une minute de plus dans votre passé. Oserez-vous ?