Le lithium, un stabilisateur de l'humeur

09 octobre, 2020
Le lithium fut le premier stabilisateur de l'humeur à être découvert et est encore aujourd'hui le traitement de premier choix du trouble bipolaire. Découvrez ici pourquoi.

Le lithium est un ion : un élément chimique simple du groupe des métaux alcalins. C’est l’élément solide le plus léger de tous. Il est présent dans de nombreux minéraux, l’eau de mer, de sources, tissus végétaux et animaux, etc.

Il a été découvert en 1817 et a été utilisé pour traiter différentes conditions humaines, telles que la goutte ou des maladies psychiatriques. Pendant longtemps, il a été le responsable de nombreux empoisonnements graves lors de son utilisation comme substitut à d’autres médications dans le cadre d’une maladie cardiaque.

Certains de ses sels, tels que le carbonate de lithium ou le citrate, sont actuellement utilisés comme traitement de choix du trouble bipolaire.

À quoi sert le lithium ?

En Espagne, le carbonate de lithium est actuellement commercialisé sous le nom de Plenur. Il est utilisé comme stabilisateur de l’humeur ou eutimiseur. Il est indiqué dans les cas suivants :

  • prophylaxie des troubles bipolaires
  • traitement des troubles bipolaires
  • dépression majeure récurrente

C’est le traitement de choix du trouble bipolaire ou psychose maniaco-dépressive. Cette maladie alterne des épisodes d’euphorie extrême et des états de dépression pouvant conduire au suicide.

Suite à un épisode maniaque, il y a 90 % de chance que le patient ait un autre épisode similaire ou bien un épisode dépressif. C’est pourquoi l’administration d’un traitement pendant l’épisode est considérée comme aussi importante que la prophylaxie une fois la maladie contrôlée.

Le lithium est également utilisé chez les patients souffrant de dépression majeure récurrente. Autrement dit, chez ceux qui ne montrent pas d’amélioration avec les antidépresseurs conventionnels ou ne répondent que partiellement.

Par ailleurs, le chlorure de lithium est commercialisé en tant que solution injectable à usage diagnostique pour la détermination in vivo du débit cardiaque.

Le lithium s’est avéré efficace pour fournir une stabilité émotionnelle, atténuer les épisodes de manie et de dépression et prévenir les idées suicidaires. Certaines études l’appellent “le médicament anti-suicide”.

Quelle est l'action du lithium ?

Son mécanisme d’action

Malgré sa large utilisation et son efficacité prouvée, le mécanisme d’action du lithium n’est pas exactement connu. Une enquête plus approfondie est nécessaire.

Cet ion est rapidement et complètement absorbé après administration orale. Il est distribué dans tout le corps et ne se lie pas aux protéines plasmatiques. Il a un petit volume de distribution et est excrété dans l’urine sans être métabolisé. Le lithium peut être retiré par dialyse.

Son action thérapeutique prend environ une semaine pour être symptomatique.

Étant un cation monovalent, il entre en compétition avec d’autres ions tels que le sodium à divers endroits du corps. Dans le système nerveux central (SNC), il semble inhiber la dépolarisation causée par les neurotransmetteurs :

  • Il existe une hypothèse selon laquelle le lithium diminue les concentrations d’AMP cyclique. Ccela diminuerait la sensibilité des récepteurs de l’adécylcylase hormono-sensibles.
  • Et selon une autre hypothèse, le lithium interfère avec le métabolisme lipidique de l’inositol, une substance importante pour la régulation des processus métaboliques du SNC.

Ses effets secondaires

Le lithium est un médicament à marge thérapeutique étroite. Autrement dit, la dose thérapeutique et la dose toxique sont très proches. Il n’est alors pas étonnant que des effets secondaires apparaissent fréquemment. Pour cette raison, il est important d’évaluer chaque cas et d’ajuster la dose pour chaque patient.

Ces effets secondaires sont surtout des réactions indésirables au niveau du SNC, des réactions gastro-intestinales et rénales. Au cours des premiers jours de traitement, les symptômes suivants apparaissent généralement : tremblements légers des mains, soif, polyurie, des nausées et malaise général. Ces symptômes devraient diminuer pendant les 10-15 premiers jours.

Les effets secondaires du lithium les plus fréquents sont :

  • Somnolence
  • Fatigue
  • Faiblesse musculaire
  • Maux de tête
  • Confusion
  • Polyurie
  • Polydipsie
  • Hypercalcémie
  • Anorexie
  • Nausées
  • Vomissements
  • Diarrhée
  • Douleur abdominale
  • Constipation
  • Hypothyroïdie
  • Goitre

Chez les patients traités au lithium, les taux de drogue dans le sang doivent être surveillés. Les fonctions thyroïdienne et rénale doivent être particulièrement contrôlées.

Aussi, il est recommandé de boire une quantité adéquate de liquides pendant le traitement et d’éviter les situations de déshydratation possibles.

Quels sont les effets du lithium ?

L’intoxication au lithium

L’empoisonnement au lithium peut être une complication fréquente et grave si des mesures appropriées ne sont pas prises. Un empoisonnement aigu dû à une dose élevée ou à une toxicité chronique peut résulter d’un traitement continu de plusieurs années. C’est le cas le plus courant.

Aussi, les interactions médicamenteuses peuvent provoquer des altérations du niveau de lithium et ainsi le rendre toxique. Par exemple, certains diurétiques, anti-inflammatoires ou même antipsychotiques influencent le lithium.

Les premières manifestations apparaissent généralement deux heures après l’ingestion. Des nausées, des vomissements ou une diarrhée peuvent survenir. Une syncope cardiovasculaire, une insuffisance rénale, une neuropathie périphérique, etc. peuvent également survenir.

Les symptômes les plus importants d’empoisonnement au lithium se produisent au niveau du SNC :

  • Conscience altérée
  • Fatigue
  • Apathie
  • Désorientation
  • Hallucinations

Suite à une intoxication au lithium, la séquelle la plus importante est le syndrome de neurotoxicité irréversible au lithium (NAS-L).

En somme, le lithium est un médicament assez efficace, mais à manipuler avec soin. En cas d’effet indésirable significatif, il faut consulter rapidement un spécialiste. Seul ce dernier peut décider d’arrêter le traitement, d’ajuster la dose ou proposer d’autres alternatives.

  • Agencia Española de Medicamentos y Productos sanitarios (2015). Ficha técnica. Plenur. [Online] Disponible en: https://cima.aemps.es/cima/dochtml/ft/48932/FT_48932.html
  • Chokhawala, K., Saadabadi, A. Lithium. StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2019-2018 Oct 27.
  • Correa, E., & Martínez, J. C. (2005). El Litio como antisuicida. Trastornos del Ánimo, 58.
  • Domínguez Ortega, L., Medina Ortiz, O., & Cabrera García-Armenter, S. (2006). Intoxicación con litio. Anales de Medicina Interna (Vol. 23, No. 9, pp. 441-445). Arán Ediciones, SL.