L'alcoolisme et ses habitudes selon Jellinek

17 juillet, 2020
Les habitudes de consommation selon Jellinek nous aident à comprendre que tous ceux qui boivent ne sont pas forcement alcooliques et que tous ceux que nous appelons alcooliques sont des personnes malades.
 

Elvin Morton Jellinek était un physiologiste et biostatisticien américain, considéré comme le père des études scientifiques sur l’alcoolisme. En fait, ses recherches ont contribué à une meilleure compréhension de cette maladie.

Jellinek est né à New York en 1890. Entre 1908 et 1910, il a étudié la biostatistique et la physiologie à l’université de Berlin. Ensuite, pendant deux ans, il a étudié la philosophie, l’anthropologie, la philologie et la théologie à l’université Joseph Fourier de Grenoble. En outre, il a également étudié la linguistique, l’histoire culturelle et diverses langues. En fait, Jellinek parlait même 9 langues.

Dans les années 1930, le physiologiste a travaillé dans un hôpital du Massachusetts. Lors de cet emploi, il a été chargé d’étudier le thème de l’alcoolisme par le Conseil de recherche sur les problèmes liés à l’alcool. De cette recherche, son premier livre est sorti en 1942, intitulé L’addiction à l’alcool et l’alcoolisme chronique.

 

En 1941, il a travaillé à l’université de Yale où il était rédacteur en chef du « Quarterly Journal of studies on alcohol ». Plus tard, il a été engagé par l’OMS comme consultant en alcoolisme en 1952 à Genève. Pendant cette période, il a apporté d’importantes contributions sur l’alcoolisme aux comités d’experts sur la santé mentale.

À la fin des années 1950, il se retire de l’OMS et retourne vivre aux États-Unis. Il y travaille dans les universités de Toronto, d’Alberta et de Stanford. En 1952, Jellinek a déclaré que l’alcoolisme était une maladie qui évoluait par étapes. En outre, celles-ci pouvaient être identifiées avec une certaine facilité.

Jellinek et l'alcoolisme

Une trace écrite des recherches de Jellinek

Son livre le plus célèbre est La maladie de l’alcoolisme (1960). Il y décrit différents types d’alcooliques selon les différents types de modes de consommation. Cependant, Jellinek n’a pas essayé d’inclure le plus grand nombre de personnes possible dans la catégorie des maladies alcooliques. Il a plutôt essayé le contraire, puisqu’il a déclaré que ceux qui peuvent être regroupés dans sa classification sont des alcooliques. Cependant, il rappelle qu’ils ne sont pas tous malades de l’alcoolisme.

 

Ainsi, pour qu’un alcoolique soit considéré comme malade, il doit présenter une incapacité à s’abstenir ou souffrir d’une perte de contrôle. Cependant, ces circonstances n’existent pas dans tous les cas.

Les schémas de consommation d’alcool de Jellinek

Jellinek a déclaré que l’alcoolisme se développe en 4 phases distinctes. Ce sont les phases pré-alcoolique, prodromique symptomatique, cruciale ou critique et chronique. Chacune d’entre elles présente un ensemble de symptômes caractéristiques.

L’alcoolisme alpha selon Jellinek

Il s’agit de personnes qui souffrent d’une maladie physique ou psychologique. Leur alcoolisme en est donc une conséquence de cette situation. Il s’agit de buveurs symptomatiques qui consomment pour atténuer les effets d’une maladie mentale ou médicale. Il s’agirait principalement de personnes souffrant d’épilepsie, de schizophrénie, de paranoïa ou de personnes très peu sûres d’elles, entre autres.

Ainsi, ce type d’individus présente une dépendance psychologique continue pour neutraliser la douleur corporelle ou émotionnelle. D’autre part, ils ont tendance à être indisciplinés dans leur consommation d’alcool. Par exemple, ils ne suivent pas les règles sociales concernant le moment, l’occasion, le lieu, la quantité et l’effet de la consommation d’alcool.

 

Ils ne montrent pas de manque de contrôle ou d’incapacité à s’abstenir. Ils ne présentent pas non plus de signes d’un processus progressif ou de perturbations dues à la suppression de l’alcool. Cependant, si c’est le cas, ils peuvent évoluer en gamma.

L’alcoolisme alpha est également connu sous le nom d’évitement ou de consommation problématique de l’alcool.

L’alcoolisme de type bêta

Les personnes atteintes de l’alcoolisme bêta n’ont pas de réelle dépendance physique ou psychologique. Par conséquent, la suspension de la boisson toxique ne provoque pas un syndrome de sevrage. Bien qu’il soit vrai qu’elles présentent des répercussions organiques de l’habitude (alcoolisation) et des complications telles que la polyneuropathie, la gastrite ou la cirrhose du foie.

Ce type d’alcoolisme peut conduire à un gamma ou un delta. Ainsi, il présente une détérioration générale de la santé et une réduction de l’espérance de vie.

Jellinek décrit l’alcoolisme d’Epsilon

 

C’est aussi l’alcoolisme périodique ou la dipsomanie. Il s’agit de personnes qui résistent à de longues périodes d’abstinence jusqu’à ce que, de manière inattendue, elles se tournent vers la consommation excessive d’alcool.

L’alcoolisme d’Epsilon est associé à des états crépusculaires, à des comportements semi-automatiques et à une amnésie subséquente. On le rencontre également dans les cas de dysthymie épileptique ou cyclothymique.

L’alcoolisme gamma d’après Jellinek

Ce mode de consommation d’alcool présente les caractéristiques suivantes :

  • Une tolérance tissulaire progressive
  • L’adaptation du métabolisme cellulaire
  • La dépendance physique enregistrée sous forme de signes d’abstinence ou de manque de contrôle

Le trait caractéristique est le besoin d’ivresse. En fait, il y a un problème de contrôle lorsque la consommation d’alcool commence. En effet, les épisodes ne se terminent généralement pas avant l’apparition de problèmes de santé ou financiers qui empêchent de continuer à boire.

 

Dans l’alcoolisme gamma, il y a des périodes d’ivresse quotidienne pendant des mois ou des semaines entre lesquelles il y a abstinence ou consommation modérée. Ce type d’alcoolisme est courant dans les pays où l’on boit de la liqueur, comme aux États-Unis et en Grande-Bretagne. C’est pourquoi on l’appelle aussi l’alcoolisme anglo-saxon.

L’alcoolisme de type delta selon Jellinek

Dans ce type d’alcoolisme, il y a tolérance, dépendance physique et sevrage. Il se caractérise par un volume élevé de consommation quotidienne d’alcool, mais sans intoxication et sans contrainte de dépassement de la quantité.

La capacité à contrôler la quantité de boisson n’est généralement pas altérée. Il présente les caractéristiques du type gamma plus l’incapacité de s’abstenir.

Cet alcoolisme diffère du gamma en ce qu’il ne peut pas se passer de boire. En outre, il présente généralement des symptômes d’abstinence.

Les modes de consommation gamma et delta sont les seuls qui sont considérés comme des maladies, qui présentent une dépendance physiologique, une tolérance et une abstinence.

 
Un homme avec des problèmes d'alcool

Les schémas de consommation d’alcool d’Alonso Fernandez

D’autre part, le professeur Alonso Fernández a établi une autre classification. Dans cette classification nous avons trouvé une correspondance avec les schémas de consommation d’alcool de Jellinek.

Première étape

  • Le grand buveur régulier : il boit plusieurs fois par jour des quantités d’alcool dangereuses pour la santé, mais ne s’enivre jamais ou presque jamais. Il n’y a ni envie de boire ni manque de contrôle sur la consommation. C’est le type de buveur qui développe le plus souvent une dépendance biologique. Elle correspond aux types bêta (bien qu’elle ne connaisse pas de dépendance) et delta de la classification de Jellinek
  • Le buveur malade psychiquement : il s’agit de personnes atteintes de maladie mentale qui se livrent à la boisson afin de modifier les expériences et les tensions émotionnelles provoquées par leur maladie. Il coïncide avec les types alpha et epsilon de Jellinek (sur une base régulière)
 
  • Le buveur alcoolique dépendant : il s’agit des personnes ayant un penchant irrésistible pour l’alcool. Ils ont des intervalles de temps irréguliers pour boire. Ils peuvent même atteindre une ivresse totale. Il s’agit souvent d’une apparition précoce lors de l’adolescence, voire de l’enfance, avec des intervalles de consommation de plus en plus courts. Il coïncide avec l’alcoolisme gamma dans la classification de Jellinek

Deuxième étape

Il s’agit d’un buveur alcoolique chronique dont la consommation de cette substance a des conséquences organiques. À ce stade, n’importe laquelle des trois étapes précédentes peut converger ici. Il serait similaire au type bêta de Jellinek en raison des complications physiques.

Les traitements de l’alcoolisme

Il existe différents types de traitements de l’alcoolisme car ils impliquent des interventions à différents niveaux. Ainsi, l’intervention thérapeutique vise à la fois la dépendance à l’alcool et l’abstinence. On y associe souvent une psychothérapie, tant au niveau individuel que collectif, avec une intervention psychopharmacologique (disulfirame ou naltrexone, entre autres).

 

Les programmes de thérapie se distinguent par leur caractère multidisciplinaire. En outre, le traitement se réalise à long terme pour parvenir à une abstinence satisfaisante. Dans la mesure du possible, ils ne se concentreront pas seulement sur la personne qui a un problème d’alcool, mais aussi sur sa famille et son partenaire.

Selon le modèle cognitivo-comportemental, on suppose que l’alcool est un puissant stimulant, ce qui dépend du contexte historique mais aussi de la disponibilité actuelle de la substance. Toutefois, cette perspective ne recherche pas nécessairement l’abstinence complète à vie, selon la situation.

Le traitement psychologique se concentre sur la modification des comportements qui sont directement liés à la consommation d’alcool. De cette manière, la responsabilité de son problème incombe à l’individu. En outre, l’individu reçoit des instructions sur les compétences sociales et la prévention des rechutes.

Les différentes phases

  • Dans une première phase, l’objectif est que la personne apprenne à gérer les situations qui peuvent déclencher son envie de boire. Cela se fait à travers une formation aux compétences sociales et une préparation au changement.
 
  • Ensuite, on travaille sur la prévention des rechutes. Dans cette phase, une distinction est faite entre le concept de chute (boire pour une occasion) et de rechute (rétablir l’habitude de boire). De cette manière, l’effet de la violation de l’abstinence est évité

Comme on peut le voir, le traitement vise à diminuer l’intérêt qu’a la personne pour l’alcool. En parallèle, on augmente sa préférence pour d’autres activités et la gestion de situations compliquées ou difficiles.

Ce type de thérapie conçoit un continuum dimensionnel entre la consommation et l’abus de substances. Par conséquent, chez certains individus, il peut être approprié de préconiser une stratégie de consommation contrôlée plutôt que l’abstinence complète.

D’autre part, les traitements ne s’effectuent généralement pas dans un cadre hospitalier. De préférence, ils se réalisent dans l’environnement de l’individu. Cependant, lorsque la personne décide d’arrêter de boire et qu’elle a beaucoup consommé, elle souffre de sevrage. Pour cette raison, il peut être nécessaire de procéder à une désintoxication en milieu hospitalier ou ambulatoire dans un premier temps, généralement à l’aide de tranquillisants.

 

Un aspect important est le soutien du partenaire et/ou de la famille en cas de désintoxication ambulatoire, tant pour les symptômes physiques que pour la sensation de manque.

 

 
  • Alvira- Martin F. Pautas de consumo de bebidas alcohólicas entre los jóvenes Españoles. Ministerio de Sanidad y Consumo. Madrid; 1982. 220 p.
  • Londoño C. Construcción de un modelo cognitivosocial integrado para la prevención del abuso en el consumo de alcohol en universitarios bogotanos. Tesis [Grado]. Programa de Maestría en Psicología de la Universidad Nacional de Colombia; 2004. 254 p.
  • Reinaldo AMS, Pillon SC. Alcohol effects on family relations: a case study. Rev. Latino-Am. Enfermagem. 2008;16(esp):529-34.