L'affirmation de soi chez les enfants : comprendre et gérer les comportements difficiles

L'affirmation de soi des petits n'est pas un comportement contre l'adulte. Leur intention n'est pas de blesser, mais d'avertir qu'ils viennent de commencer le chemin de l'indépendance.
L'affirmation de soi chez les enfants : comprendre et gérer les comportements difficiles

Dernière mise à jour : 05 janvier, 2022

Vers l’âge de deux ans, les enfants entrent dans une étape caractérisée par l’opposition. Si vous avez un petit de cet âge, vous le trouverez probablement en train de dire « non » à tout, vous défiant constamment et s’exprimant avec colère ou larmes lorsqu’il n’y arrive pas. Ces comportements sont typiques de l’affirmation de soi, un processus naturel que les parents doivent comprendre et suivre.

La chose la plus importante à savoir est que rien de mal n’arrive à votre enfant. Cette attitude nouvellement libérée dans laquelle il est rebelle, désobéissant et peu accommodant fait partie de son évolution et il est très positif qu’il soit présent. Bien que cela soit épuisant, agaçant ou exaspérant pour les adultes, c’est un signe que l’enfant construit sa propre identité de manière saine. Nous vous en dirons plus ci-dessous.

Qu’est-ce que l’affirmation de soi et pourquoi se produit-elle chez les enfants?

L’affirmation de soi est présente chez tous les êtres humains et est la caractéristique qui nous permet de nous comprendre et de nous exprimer en tant qu’individus. Grâce à elle, nous pouvons défendre nos intérêts, défendre nos droits, exprimer nos opinions et exprimer nos émotions avec sincérité.

Sans l’affirmation de soi, composante fondamentale de l’estime de soi, il est fort probable que nous devenions des êtres passifs, soumis et dépendants.

Enfant stressé

Dans le cas des enfants, deux phénomènes se produisent qui nous amènent à percevoir ce besoin d’affirmation comme négatif. D’une part, il est courant de croire que les mineurs doivent obéir aux ordres des adultes sans aucun doute. En revanche, avant l’âge de deux ans, les enfants ne montrent pas ce type d’attitude provocante, leur apparition soudaine peut donc surprendre et dérouter les parents.

En réalité, l’enfant n’a pas changé de personnalité ou n’a pas de problème de comportement, il traverse simplement une étape de développement naturel. C’est à ce moment, entre 24 et 36 mois, que les nourrissons commencent à se percevoir comme des êtres individuels (jusqu’à présent ils ne percevaient pas clairement la distinction entre eux et l’extérieur).

Ce constat les amène à vouloir s’affirmer en tant que personnes différentes et à essayer, en ce sens, de faire valoir leurs opinions, leurs désirs et leurs propres points de vue. L’opposition aux adultes est l’un des principaux outils qu’ils trouvent pour y parvenir et pour cette raison, il est courant qu’ils refusent toute demande ou suggestion de leurs parents.

Les crises de colère : une manifestation d’affirmation de soi

Dans ce processus d’affirmation de soi, les crises de colère sont courantes. En définitive, il s’agit d’une expression émotionnelle qui est aussi naturelle et saine ; par conséquent, ils se trouvent dans la grande majorité des nourrissons de cet âge. La difficulté survient lorsque les adultes en charge ne savent pas comment les gérer.

Si les nerfs sont perdus, les enfants sont grondés et obligés d’obéir et de se conformer de manière inflexible, le plus courant est que ces crises de colère augmentent en fréquence, en durée et en intensité. Au contraire, si nous comprenons leur rôle et la nécessité qui le sous-tend, nous pouvons diriger cette énergie dans une direction positive pour tous.

Clés pour gérer les comportements difficiles

À ce stade, nous savons déjà que la gestion intelligente de l’affirmation de soi des enfants va au-delà de la combattre ou de lui résister de manière systématique. Cependant, les crises de colère sont sans aucun doute douloureuses et inconfortables pour les enfants et les adultes.

Comment, alors, pouvons-nous réduire son occurrence ? Voici quelques clés :

  • Au mieux de vos capacités, laissez votre enfant prendre des décisions. Par exemple, vous pouvez lui permettre de porter cette chemise estivale qu’il aime s’il accepte de porter une veste par-dessus en retour. De cette façon, vous sentirez que vous avez le choix et que votre voix est entendue et vous n’aurez pas besoin de vous affirmer par opposition.
  • Fixez les limites qui sont strictement nécessaires et soyez flexible avec les autres. Bien sûr, il y a des situations dans lesquelles il n’est pas possible de négocier et les adultes doivent se lever et montrer la voie ; mais en bien d’autres occasions, il est possible de tenir compte de l’opinion de l’enfant.
  • Autorisez l’expression émotionnelle de votre enfant. Bien que les limites que vous vous êtes fixées soient nécessaires et doivent être respectées, le petit a le droit de ressentir de la colère, de la rage, du dégoût ou de la tristesse lorsqu’elles l’empêchent de satisfaire ses désirs. Vous pouvez utiliser des phrases telles que : « Il est normal que vous vous sentiez en colère ; cependant, il n’est pas acceptable que vous cassiez ou jetiez des objets. Lorsque vous vous sentez ainsi, vous pouvez me parler et nous pouvons aller nous promener. ” Validez-les, faites-lui savoir que vous comprenez pourquoi il ressent cela et accompagnez-le avec compréhension et respect.
Mère parlant à sa fille dans la cuisine

Bref, n’oubliez pas que les enfants peuvent et doivent avoir des opinions, des décisions et des émotions. Ne faites pas semblant d’obéissance aveugle ou de soumission constante, ne prenez pas personnellement leurs attitudes rebelles et provocantes. Le nourrisson ne le fait pas pour vous ennuyer ou vous manquer de respect, il ne fait qu’affirmer son identité.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’affirmation de soi chez les enfants : comprendre et gérer les comportements difficiles
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’affirmation de soi chez les enfants : comprendre et gérer les comportements difficiles

L'affirmation de soi est un processus naturel et nécessaire que les enfants traversent et cela les amène à être provocants. Découvrez comment le gé...



  • Naranjo, M. L. (2007). Autoestima: un factor relevante en la vida de la persona y tema esencial del proceso educativo. Revista Electrónica” Actualidades Investigativas en Educación”7(3), 0.
  • Díaz, P., & Bonet, C. (2005). Las rabietas en la infancia: qué son y cómo aconsejar a los padres. Revista Pediatría de Atención Primaria7(25).