La valeur de la reconnaissance

13 décembre 2019
La reconnaissance des autres est très importante pour la construction de notre moi. Une preuve de cela : à la naissance, notre processus d'acculturation commence à partir de la dynamique relationnelle que nous construisons avec l'autre.

La reconnaissance est un élément très important pour notre construction, et ce, en raison de sa contribution à notre bien-être. La vie en société fait que nous attendons que l’autre reconnaisse notre référence (source d’informations) et notre manière d’agir, de penser ou de réagir face à une situation (attitude).

Dans le processus de constitution d’un individu, l’autre conditionne l’image que cet individu se fait de lui-même, notamment au cours des premières années de vie. En plus d’encouragements, l’enfant a besoin de se sentir protégé face aux inclémences du temps, mais aussi d’amour, de tendresse et de respect.

Grâce à ces éléments, le psyché de l’enfant peut se développer sainement à court et à long termes. Le monde extérieur sera un régulateur essentiel de ses désirs et de ses besoins, un écosystème auquel il devra s’adapter pour survivre au sein de la société.

Comme vous le voyez, l’autre joue un rôle essentiel au cours des différentes étapes de vie. À la naissance, les parents/tuteurs jouent un rôle fondamental. Lors des étapes suivantes, le cercle d’influence s’agrandit. Nous ne cessons alors jamais d’être sensibles aux agissements des autres. Dans ce que les autres nous donnent ou enlèvent, nous pouvons reconnaître la reconnaissance qui, dans de nombreux cas, renforce notre comportement et l’idée que nous nous faisons de nous-mêmes.

Des parents avec leur enfant manifestant de la reconnaissance

Quels sont les bienfaits de la reconnaissance ?

La reconnaissance apporte plusieurs bienfaits.

  • Elle favorise le développement sain de l’estime de soi

La reconnaissance, dans la mesure où elle sert de médiateur pour la conception de soi, influe sur notre perception de nous-même (estime de soi). L’estime de soi, telle un disciple fidèle, sera une référence continue qui nous suivra partout.

Rappelons-nous que les émotions sont de l’énergie. L’estime de soi conditionne nos choix à l’heure de définir nos projets ainsi que l’attitude que nous adoptons à l’heure de réaliser ces projets.

  • Elle renforce les relations sociales

La reconnaissance renforce les relations sociales. Que ce soit au niveau personnel ou au niveau professionnel, la personne qui jouit de la reconnaissance des autres se sentira plus forte.

  • Elle améliore le niveau de satisfaction personnelle

Le niveau de satisfaction personnelle ou professionnelle s’améliore sensiblement lorsque nous jouissons de la reconnaissance des autres, notamment lorsqu’il est question de travail et d’attitude.

  • Elle diminue l’autocritique destructive

Les personnes exigeantes peuvent se retrouver coincées dans leurs propres pensées critiques si elles manquent de reconnaissance. La reconnaissance est donc fondamentale pour éviter les dialogues internes négatifs, cette maltraitance envers nous-mêmes.

  • Elle augmente la confiance en soi

Lorsqu’un individu jouit de la reconnaissance extérieure, il peut construire une meilleure estime de lui-même et ainsi renforcer sa propre confiance en lui. Cette assurance le rendra plus courageux à l’heure d’affronter de nouvelles situations.

Un cœur sur des mains représentant la reconnaissance

Que se passe-t-il lorsque nous ne jouissons pas de la reconnaissance des autres ?

La reconnaissance des autres est très importante pour la construction de notre moi. Une preuve de cela : à notre naissance, notre processus d’acculturation commence à partir de la dynamique relationnelle que nous construisons avec l’autre.

Par conséquent, le lien qu’un nouveau-né entretient avec les personnes chargées de prendre soin de lui sera essentiel pour qu’il se développe sainement. À partir de ses désirs et de ses besoins, la relation dynamique entre le « moi » et l’extérieur commence. L’individu commencera alors à se réguler et parviendra à définir a posteriori ce que Sigmund Freud désigne par le principe de réalité dans Au-delà du principe de plaisir (1920).

Le postulat de Freud renvoie aux processus animiques qui, selon lui, sont automatiquement régulés par le principe du plaisir. Une tension désagréable se met alors en marche, laquelle finira par diminuer afin d’éviter le déplaisir, le déplaisir correspondant au manque de reconnaissance.

« Dans la théorie psychanalytique, nous admettons sans hésiter que le cours des processus animiques est automatiquement régulé par le principe de plaisir. »

-Sigmund Freud-

En guise de conclusion

En somme, pour bien vivre en société, nous avons besoin de contrôler nos pulsions. De cette manière, l’individu ne renonce pas à ses désirs, il les reporte à plus tard afin de les satisfaire lorsque le moment sera approprié.

Lorsque nous ne jouissons pas de la reconnaissance des autres, l’estime de soi peut s’effriter et ainsi provoquer une sensation de mal-être chez l’individu. L’influence de l’autre est spécialement puissante pendant l’enfance et peut s’avérer un outil très puissant pour éduquer sans punir.

En somme, savoir qu’il existe quelqu’un capable de reconnaître notre existence ou notre travail de manière positive renforce les parties les plus positives de notre moi. Cela augmente, qui plus est, la probabilité que nous répétions ces comportements.