La paranoïa et la schizophrénie sont plus fréquentes dans les villes

Saviez-vous que l'environnement dans lequel vous viviez pouvait affecter votre bien-être psychologique ? La science dit même que les maladies mentales les plus graves, comme la schizophrénie, sont plus nombreuses dans les zones urbaines.
La paranoïa et la schizophrénie sont plus fréquentes dans les villes
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 10 janvier, 2023

L’écrivain Kate Milford a déclaré que « dans une ville, il y a plus d’espaces cachés, plus de vies cachées et de solitudes cachées, et plus de fenêtres sombres à travers lesquelles les ombres des gens se faufilent ». La vérité est qu’il y a quelque chose de dévastateur de l’autre côté de nos villes, caché dans cette vie trépidante et bruyante qui nous entraîne avec ses routines et sa hâte.

Certains les appellent des jungles d’asphalte et s’il est vrai qu’elles nous donnent accès à plus d’opportunités de travail et de loisirs, il y a quelque chose qui ne va pas. Quelque chose qui nous enlève notre santé. Il suffit de regarder l’architecture de nombreux bâtiments qui, bigarrés comme des ruches se faisant face, reçoivent à peine la lumière du soleil. Beaucoup ressemblent à des barricades en béton à côté des routes ou des autoroutes.

Peu importe qu’il s’agisse de zones périphériques plus défavorisées ou de zones à revenu plus élevé. Chaque zone urbaine finit par être oppressante pour l’esprit et le corps, soit en raison de ses charges de stress élevées, soit en raison de sa pollution environnementale et sonore. Tout cela affecte chacun d’entre nous, quel que soit notre statut et notre classe sociale.

Les villes symbolisent l’essence du progrès et, dans de nombreux cas, la marque la plus distinctive du développement d’un pays. Nous avons là comme exemple des références telles que Tokyo, Séoul, Londres, Copenhague ou Singapour. Cependant, au-delà d’être des centres économiques ou culturels mondiaux, elles recèlent une autre réalité. Les zones urbanisées ont un niveau plus élevé de maladies mentales graves.

À quoi cela est-il dû ? Qu’est-ce qui explique qu’il y ait un plus grand nombre de cas de schizophrénie dans une ville du sud de Londres que dans la région du Pembrokeshire au Pays de Galles, par exemple ?

La dépression apparaît de manière égale dans les zones urbaines et rurales. Cependant, des conditions comme la schizophrénie sont plus courantes dans les grandes villes.

Villes polluées favorisant l'apparition de la paranoïa et de la schizophrénie
Les grandes villes augmentent le stress et ce facteur peut déclencher des troubles mentaux plus graves.

Paranoïa et schizophrénie dans les villes

La suspicion que le taux de troubles mentaux tels que la paranoïa et la schizophrénie était plus important dans les centres urbains que dans les zones rurales est un fait depuis longtemps considéré. Tout au long du XXe siècle, les experts ont émis l’hypothèse que les villes causaient de la « folie ». Bien que ce dernier terme soit quelque peu stigmatisant, il y a une explication derrière.

Les troubles mentaux les plus graves sont beaucoup plus fréquents dans les villes. Cependant, des troubles tels que l’anxiété ou la dépression (plus gérables) apparaissent de manière égale chez ceux qui vivent à la campagne, à la plage ou au centre de New Delhi. Par conséquent, il y a quelque chose de frappant qui a toujours attiré l’attention du domaine de la psychiatrie, de la psychologie et des neurosciences.

Nous pouvons maintenant donner quelques éléments de réponse à cette énigme singulière. Analysons cela.

Selon diverses études, les espaces verts pourraient réduire le risque de psychose grâce à un niveau de stress et de pollution moindre.

Villes, stress et prédisposition génétique

L’Université de Londres a mené des recherches en 2019 pour clarifier cette question. À ce jour, les études épidémiologiques continuent d’associer la vie en ville à un risque élevé de psychose. De schizophrénie aussi. Ces données ne varient pas au fil des ans. Si nous savons une chose de ces conditions, c’est qu’elles ont une composante génétique.

Il a été démontré que l’héritabilité de la schizophrénie était d’environ 50 %. À tel point que toute personne dont un membre de la famille immédiate a eu cette maladie présente un risque jusqu’à dix fois supérieur à celui de toute personne sans antécédents génétiques. Cependant, et voici le point pertinent, il existe des facteurs qui peuvent beaucoup plus augmenter le risque de la développer.

Le stress agit comme un déclencheur et peut activer ce gène qui nous prédispose à la paranoïa et à la schizophrénie. Comme nous le savons bien, les villes et les environnements urbains sont des cadres dans lesquels le mode de vie a un autre rythme. Il y a plus de pressions, d’angoisses, d’incertitudes… Tout cela nous inocule un stress quasi chronique qui agit comme déclencheur de ces états mentaux.

La solitude dans les centres urbains suscite des idées paranoïaques

S’il y a bien une chose que vit une personne atteinte de schizophrénie, c’est un sentiment de déconnexion de son environnement et, surtout, de solitude. Il semble que les villes encouragent et renforcent très tôt cette perception chez l’être humain : celle de se sentir seul. Peu importe à quel point une société est animée et combien de personnes y sont présentes, il semble que la déconnexion et l’isolement soient récurrents.

Fabian Lamster, de l’Université de Marburg, a fait des recherches intéressantes sur cette variable. Le sentiment de solitude est plus évident dans les villes que dans les zones rurales et, lorsque ce sentiment devient constant, un autre apparaît : la méfiance. Lorsque les gens se sentent isolés de leur environnement, ils développent des idées plus paranoïaques.

Évidemment, cela ne veut pas dire que quelqu’un qui vit dans un village à la campagne ne se sente pas seul également. Cela peut arriver. Cependant, les taux de solitude sont accablants dans les grands centres urbains. Ce sentiment est dévastateur pour le cerveau et peut également être un déclencheur de paranoïa et de schizophrénie.

Il semble avéré que vivre dans une grande ville aggrave notre mal-être mental dans de nombreux cas, au point d’apparaître comme la formule la plus dangereuse pour l’apparition de paranoïa ou de psychose.

Triste homme assis dans son lit souffrant de paranoïa et de schizophrénie
On se sent de plus en plus seuls dans nos villes et cela a un coût pour la santé mentale.

Conclusion

S’il est vrai que la paranoïa et la schizophrénie sont plus fréquentes dans les villes, nous avons encore besoin de connaître davantage de données et de variables expliquant cette relation. Par exemple, il nous reste à comprendre le rôle de la pollution dans ce cause à effet. De même, il faudrait considérer un autre aspect : savoir si les troubles mentaux sont diagnostiqués ou non en milieu rural.

Quoi qu’il en soit, il y a un fait incontestable : la façon dont les villes réduisent notre santé psychologique. Il semble que dans l’atmosphère que nous respirons, il n’y ait pas que des niveaux plus élevés de CO2. Le stress, la pression, la peur et la solitude se collent également à nous de manière toxique dans les grandes villes.

Il est évident que nous devrions reformuler de nombreux domaines. Nos jungles d’asphalte ne devraient pas seulement être plus naturelles et moins bétonnées : d’autres éléments très pertinents que nous ne pouvons ignorer sont les aspects psychologiques et sociaux. Il est nécessaire d’avoir plus de ressources en matière de santé mentale, ainsi que de renforcer nos liens sociaux de qualité pour éviter l’isolement.

Nombreux sont ceux qui quittent leur village natal pour chercher un meilleur emploi dans une grande ville. Il n’est pas juste que, pour se tailler un avenir, on doive perdre notre santé. Nous avons encore beaucoup à changer et à reformuler.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce-que la paranoïa et pourquoi nous fait-elle du mal?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Qu’est-ce-que la paranoïa et pourquoi nous fait-elle du mal?

La paranoïa correspond à un état mental et émotionnel complexe à interpréter et à comprendre. On la mentionne depuis l'époque d'Hippocrate.



  • Fett AJ, Lemmers-Jansen ILJ, Krabbendam L. Psychosis and urbanicity: a review of the recent literature from epidemiology to neurourbanism. Curr Opin Psychiatry. 2019 May;32(3):232-241. doi: 10.1097/YCO.0000000000000486. PMID: 30724751; PMCID: PMC6493678.
  • Lamster F, Nittel C, Rief W, Mehl S, Lincoln T. The impact of loneliness on paranoia: An experimental approach. J Behav Ther Exp Psychiatry. 2017 Mar;54:51-57. doi: 10.1016/j.jbtep.2016.06.005. Epub 2016 Jun 21. PMID: 27362838.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.