La paralysie du sommeil, une expérience terrifiante

19 novembre 2017 dans Psychologie 5 Partagés
Paralysie du sommeil

Avant d’approfondir le thème de la paralysie du sommeil, si nous vous demandions ce qu’est le sommeil, comment le définiriez-vous ? Il n’est pas facile de répondre à cette question, du moins d’un point de vue non académique. Même ainsi, nous pouvons dire que le sommeil est une fonction physiologique fondamentale.

De même, il peut être défini comme un « état fonctionnel, réversible et cyclique, assorti de certaines manifestations caractéristiques, telles qu’une immobilité relative et/ou une augmentation du seuil de réponse aux stimuli externes. Des variations des paramètres biologiques se produisent au niveau organique, accompagnées d’une modification de l’activité mentale qui caractérise le sommeil »(Buela-Casal, 1990a).

Pendant le sommeil se produisent de grands changements dans le fonctionnement de l’organisme, y compris des changements dans la pression sanguine, le rythme cardiaque et respiratoire, la température corporelle et la sécrétion hormonale, entre autres. En outre, il a également été observé qu’il existe un grand nombre de variables, à la fois physiques et comportementales, qui sont en grande partie responsables de nombreux troubles du sommeil.

Les troubles du sommeil

La classification internationale des troubles du sommeil comprend quatre catégories (Buela-Casal et Sierra, 1996a) :

  • Dyssomnies : troubles de l’apparition et du maintien du sommeil, somnolence excessive et sommeil liés au rythme circadien.
  • Parasomnies : troubles de l’éveil, de l’association sommeil-veille et ceux associés au sommeil des mouvements oculaires rapides (REM ou ROM).
  • Les troubles associés avec altérations médicales ou psychiatriques.
  • D’autres troubles possibles pour lesquels nous ne disposons pas de suffisamment d’informations pour les considérer comme spécifiques au sommeil.

Dans cet article, nous allons nous concentrer sur un type de parasomnie : la paralysie du sommeil.

paralysie du sommeil

Qu’est-ce que la paralysie du sommeil ?

Les événements paranormaux dont certaines personnes prétendent avoir souffert (attaques diaboliques, visites d’esprits et enlèvements par des extraterrestres, entre autres) couvrent probablement des épisodes de ce que nous appelons la paralysie du sommeil.

La paralysie du sommeil pourrait expliquer les histoires de fantômes et d’extraterrestres ; pendant l’attaque, les victimes perçoivent avec intensité cette présence, généralement nuisible. De plus, elles relatent l’existence de sensations kinesthésiques inhabituelles : être traîné-e-s hors du lit, vibrer, voler ou tomber.

De tels épisodes peuvent conduire à des expériences extracorporelles dans toute leur extension. La paralysie du sommeil peut terrifier, mais elle ne sera jamais dangereuse. Heureusement, ces épisodes ne durent que quelques secondes.

Cependant, ces événements ne sont en rien paranormaux. La paralysie du sommeil est une incapacité temporaire pour effectuer un mouvement volontaire qui se produit pendant la période de transition entre l’état de rêve et la veille.

paralysie du sommeil

Cela peut se produire au moment de commencer à dormir ou au réveil, et s’accompagne généralement d’un sentiment de grande angoisse. Cela dure généralement entre une et trois minutes, après quoi la paralysie disparaît spontanément. La paralysie disparaît habituellement automatiquement si la personne est touchée ou secouée. Bien que la personne affectée ne puisse pas bouger, elle est capable de voir et d’entendre normalement. Elle peut même émettre des sons dans certains cas.

Comme nous pouvons le constater, un épisode de paralysie du sommeil est terrifiant pour la personne qui en souffre, laquelle tend à s’en souvenir avec beaucoup d’anxiété.

La paralysie du sommeil est une incapacité transitoire à effectuer tout type de mouvement volontaire qui se déroule pendant la période de transition entre l’état de rêve et l’état de veille.
Partager

Les symptômes de la paralysie du sommeil

Il existe plusieurs symptômes qui se produisent lors de ces épisodes, la plupart d’entre eux terrifiants pour celleux qui en souffrent :

  • Les hallucinations visuelles : nous trouvons des personnes qui prétendent avoir vu quelqu’un dans la pièce où elles dorment, bien qu’elles ne puissent pas le reconnaître. Cette présence est généralement perçue à la périphérie du champ de vision ou camouflée dans les ombres de la pièce.
  • Les hallucinations auditives : les personnes tendent à percevoir des sons élémentaires, mécaniques et intenses, tels qu’un bourdonnement, des bruits, un sifflement, des pas, un rugissement, des carillons, des coups, des vibrations, des cris ou des gémissements. Dans d’autres cas, il s’agit de sons identifiables, comme des sonneries de téléphone, des sirènes, des outils, un moteur électrique, des coups de porte, des meubles déplacés, des bris de verre ou de vaisselle, de la musique étrange, etc.
  • Difficultés respiratoires : les personnes souffrant de paralysie du sommeil peuvent ressentir une pression thoracique, un essoufflement ou une suffocation. Ces symptômes provoquent une grande angoisse ainsi qu’une grande panique : intervient la peur de mourir étouffé-e.
  • Sensation de présence : la personne peut ressentir la sensation que dans la maison où elle vit se trouve d’étranges « présences ». Elles peuvent même percevoir comment ladite présence se déplace, entre dans la pièce et s’approche du lit. Certaines personnes déclarent avoir l’impression d’être surveillées, mais ne savent pas d’où.

paralysie du sommeil

Pourquoi cette paralysie se produit-elle ?

La paralysie du sommeil est parfois liée à d’autres troubles tels que l’apnée du sommeil et, principalement, la narcolepsieCependant, elle se produit habituellement de manière isolée lorsque la personne vit un moment de stress important ou de forte pression.

Il se passe qu’au moment de se coucher certains circuits neuronaux restent surexcités à cause de ce stress. Cela se traduit par des cauchemars et la personne se réveille brusquement. Néanmoins, le corps ne réagit pas aussi rapidement dans la mesure où il se trouve dans la phase REM, rendant les muscles dépourvus de tonicité. Il s’agit de la raison pour laquelle la personne ne peut pas bouger, même si elle est consciente de ce qui se passe autour d’elle.

Si vous avez déjà souffert d’un épisode de ce type, ne vous inquiétez pas, cela n’a rien d’inhabituel. Il est important que vous n’ayez pas peur, même si ce n’est pas facile. Lorsque vous vous souvenez de l’épisode, répétez-vous qu‘il s’agit simplement d’un mauvais rêve, quelque chose comme un cauchemar mais dans lequel vos yeux étaient ouverts. Cela vous rassurera.

Bibliographie:

  • Chóliz, M. (1994). Comment surmonter l’insomnie. Madrid : Pyramide.
  • Buela-Casal, G. (2002). Troubles du sommeil. Madrid : Synthèse.

A découvrir aussi