La nécessité d'une synergie entre la thérapie psychologique et les médicaments

14 avril, 2020
Le doute éternel : pilules ou consultation chez le psychologue ? La vérité est que la thérapie psychologique a prouvé qu'elle avait des résultats plus durables que les médicaments. La raison en est que la thérapie apprend au patient à faire face à la situation.
 

L’utilisation de la thérapie psychologique et des médicaments pour traiter les troubles psychologiques a toujours suscité des débats. Il a été démontré que la thérapie psychologique a des résultats plus durables que les médicaments. La raison en est qu’en thérapie, on apprend au patient à faire face à la situation. Nous les aidons à identifier les pensées inexactes ou négatives et leur donnons ensuite les outils nécessaires pour remettre en question et remplacer ces croyances.

En outre, ces méthodes permettent d’acquérir des compétences qui durent toute la vie. Cela permet à la personne de se sentir mieux. Mais cela lui donne aussi un point d’appui si ses facteurs de stress réapparaissent à un moment donné dans l’avenir.

Contrairement au potentiel de certains médicaments, la thérapie psychologique ne crée pas de dépendance. En outre, certaines études ont montré que la thérapie cognitivo-comportementale pourrait être plus efficace que les médicaments pour soulager l’anxiété et la dépression.

Cependant, il y a des cas qui, en raison de leur gravité ou de leur particularité, nécessitent une bonne synergie entre la thérapie psychologique et la médication. Il a également été démontré que les médicaments, la psychothérapie et leur combinaison aident les personnes souffrant de problèmes émotionnels ou comportementaux. Le choix du traitement doit se fonder sur les preuves scientifiques disponibles. Mais aussi sur la volonté du patient lui-même d’essayer et de suivre ces traitements.

 
Une thérapie psychologique en cours

Thérapie psychologique et médicaments : preuve de leur « bonne relation »

Actuellement, un effort est fait pour systématiser l’association entre la TCC et la psychopharmacologie. Voici les avantages de cette combinaison pour le traitement dans sa globalité :

  • Les synergies positives entre les deux options ont été débloquées, grâce à la vitesse pharmacologique, aux capacités de communication, à la motivation, à la concentration et à la mémoire. Le patient est installé dans une position comportementale et cognitive qui lui permet d’assumer les tâches proposées par le TCC
  • La TCC peut augmenter la conformité pharmacologique dans les maladies somatiques et mentales. La TCC peut « fixer » l’adhésion et même neutraliser les « signaux de sécurité » pharmacologiques qui interfèrent avec les effets positifs de la TCC.
  • De Pablo propose une « prescription comportementale du médicament » avec des implications à deux niveaux
    • a) lorsque l’on considère la pharmacologie comme un acte thérapeutique dans le cadre plus large du traitement global. Il faut dès lors éviter de considérer la psychopharmacologie comme fondamentale et la TCC comme secondaire
    • b) lorsque la psychopharmacologie s’utilise comme une procédure au service du changement, elle nécessitera éventuellement d’autres mesures, telles que des variations cognitives et comportementales, qui faciliteront la compréhension de la signification intégrale du traitement
 
  • La TCC permet le « retrait » du médicament dans des conditions plus appropriées que le simple effilement sans filet de protection. Cela réduit les risques de rechute. Lles rechutes après retrait ou effilement inadéquat des psychotropes étaient moins fréquentes chez les patients subissant une TCC en tant que traitement séquentiel ou associé
  • Dans les cas où il existe un trouble de la personnalité, toutes ces hypothèses peuvent être compliquées :
    • Les paranoïaques rejettent les médicaments
    • Les évitants ou les personnes dépendantes adhèrent excessivement aux deux types de traitement
    • La suggestibilité de l’histrionique et l’omnipotence des narcissiques compliquent les deux propositions

Preuves des bons résultats de la combinaison de la thérapie psychologique et des médicaments

  • Pour la dépression, deux types de psychothérapie appelés thérapie cognitivo-comportementale et psychothérapie interpersonnelle, ainsi que certaines pharmacologies, se sont révélées utiles. Il est prouvé que la combinaison de la psychothérapie et des médicaments peut être plus efficace que l’un ou l’autre traitement seul, bien qu’à long terme, il semble que ce soit la thérapie psychologique qui donne la meilleure garantie de succès. Les personnes suicidaires peuvent avoir besoin d’intégrer un hôpital
  • Pour les troubles anxieux, la thérapie cognitivo-comportementale, les antidépresseurs et les médicaments contre l’anxiété se sont avérés utiles. La majeure partie de la recherche recueille des données qui soutiennent l’hypothèse selon laquelle la psychothérapie est plus efficace que la médication. L’ajout de médicaments n’améliore pas de manière significative les résultats de la psychothérapie seule
 
  • Pour les troubles liés à la consommation d’alcool et de drogues, les thérapies cognitivo-comportementales et les programmes de soutien basés sur l’environnement se sont révélés utiles. Les personnes souffrant de graves problèmes de toxicomanie peuvent également bénéficier de l’ajout de certains médicaments qui réduisent les envies de fumer ou les effets de l’intoxication
  • Pour les troubles alimentaires, une prise en charge médicale peut être nécessaire pour maintenir la sécurité physique. La TCC, la psychothérapie interpersonnelle et les médicaments antidépresseurs se sont avérés utiles. Certaines données suggèrent qu’une combinaison de psychothérapie et de médicaments peut être plus efficace que l’un ou l’autre traitement seul
  • En cas de schizophrénie ou de trouble bipolaire, la plupart des personnes auront besoin d’un traitement avec des médicaments antipsychotiques ou stabilisateurs de l’humeur. Les recherches suggèrent que l’ajout d’une psychothérapie cognitivo-comportementale ou familiale au traitement peut améliorer les résultats fonctionnels
  • Pour les problèmes liés à la parentalité, au mariage ou à l’adaptation, la psychothérapie est souvent la première recommandation. Ce traitement peut aider au développement des compétences et à réagir de manière plus appropriée aux facteurs de stress
Une pilule libérant une substance dans le cerveau
 

Traitement psychologique et pharmacologique personnalisé

  • Chaque personne réagit différemment aux traitements. Par conséquent, si un traitement n’est pas efficace, il faut essayer d’ajouter l’autre. Les recherches montrent que la psychothérapie peut être utile même pour les personnes qui ne répondent pas bien aux médicaments
  • La psychothérapie et les médicaments nécessitent une application et un suivi rigoureux. Les résultats n’arrivent généralement pas du jour au lendemain. Par conséquent, le patient ne doit commencer le traitement que s’il est prêt à le poursuivre suffisamment longtemps
  • Les patients sont plus susceptibles de s’impliquer dans un traitement qui a du sens pour eux. Il est donc important de discuter le traitement en profondeur avec le praticien, qui doit l’expliquer afin que le patient puisse le comprendre

Conclusion

Selon plusieurs auteurs, le traitement combiné serait supérieur à n’importe laquelle des thérapies isolées si...

  • Il augmentait l’ampleur de la réponse favorable du patient
  • Il augmentait la probabilité et l’amplitude de la réponse en fonction des synergies des deux modalités

Ainsi, la thérapie combinée pourrait être plus acceptable, à la fois en termes de promotion de l’observance (TCC) et d’accélération de la réponse (psychopharmacologie).