La fierté, le piège de l'amour-propre

13 mai, 2020
Dans la fierté, il y a de la grandeur, de l'arrogance, et de l'égocentrisme. Mais aussi des insécurités, des peurs et des lacunes. C'est un piège d'amour-propre qui aveugle ceux qui entrent dans votre jeu.

Il y a des gens qui pensent qu’ils sont tous puissants. Bien au-dessus des autres et qui croient toujours qu’ils ont raison. Ce sont ceux qui sont tellement passionnés par eux-mêmes que tout est trop petit pour eux. Personne ne peut leur enseigner ou leur montrer quoi que ce soit, car ils “le savaient”. C’est la marque de la fierté.

Leurs oreilles sont fermées et leurs yeux sont aveugles à tout ce qui n’a rien à voir avec eux. Ils sont tellement concentrés sur eux-mêmes qu’ils ratent tout le reste, même s’ils n’en sont pas conscients.

Son apparence est une question de sécurité. Mais il n’y a personne de plus incertain que celui qui se croit détenteur de la vérité. En réalité, ce qui leur arrive, c’est qu’ils sont pleins de fierté. Creusons plus profondément.

Les personnes envahies par la fierté ne voient pas la réalité en face

Qu’est-ce que la fierté ?

Selon le psychiatre Enrique Rojas, l’orgueil est la passion débridée de soi. Le piège de l’amour-propre. Le manque d’humilité et de lucidité.

C’est un sentiment d’appréciation dans lequel la personne concentre son attention sur elle-même parce qu’elle se considère excellente, unique et bien au-dessus des autres.

On considère l’orgueil comme l’un des péchés les plus graves du christianisme. De plus, dans la Grèce antique, on en parlait sous le terme hybris. Cela désignait une personne qui avait grandi et défié la volonté des dieux, donc essayé de transgresser les limites de son humanité et reçu une punition divine pour cela. Comme exemple d’attitudes arrogantes, nous pouvons citer Œdipe ou Prométhée.

Celui qui a de la fierté se vénère, s’idolâtre, mais ignore également que la fierté est la source et l’origine de nombreux problèmes.

Dans les domaines de la psychologie et de la philosophie, une distinction floue s’établit entre l’orgueil et la fierté. Certains conçoivent ces derniers avec un sens plus positif et émotionnel à partir duquel nous pouvons nous valoriser nous-mêmes et les autres, et c’est parfois facile à cacher. Tandis que l’orgueil se conçoit comme supérieur aux autres par le fait d’être soi-même, c’est pourquoi ils lui doivent aussi respect et admiration.

Dans l’orgueil, les autres n’existent pas. Maintenant, celui qui ne fait pas attention à sa fierté peut aller plus loin et finir par cultiver des attitudes arrogantes.

Ainsi, la fierté est un ami de l’orgueil, de la vanité, de la soif de pouvoir, du narcissisme et de l’égocentrisme. Tout est trop petit pour lui. Celui qui a de la fierté est non seulement égocentrique, ne valorise pas les opinions des autres parce qu’il est aveugle. Cependant, vous avez besoin d’un retour constant sur l’image que vous projetez aux autres. Ce qui se passe, c’est que les stratégies que vous mettez en place pour le recevoir sont très subtiles.

L’insécurité de la fierté

La fierté se caractérise par le fait qu’en plus d’être illusoire et explosif, c’est un déguisement qui culmine dans l’insécurité, le manque de confiance en soi et un sentiment d’infériorité. Bien qu’à plusieurs reprises, il se produit également de manière masquée.

Tant dans l’un que dans l’autre, la personne reste aveugle à ses erreurs car elle est prise au piège par ses airs de grandeur. Une excellence qui cache une peur profonde du manque et d’être moins que les autres et qui essaie de survivre et d’être aimée.

Ainsi, derrière l’orgueil, il y a la peur. La peur de ne pas être capable, de ne pas être bon, suffisant ou reconnu. Et avant l’incapacité de l’assumer, d’accepter ces peurs et ces blessures, ils se réconcilient. Pour cette raison, la fierté sert à “équilibrer” ces lacunes et à servir de mécanisme de défense parce qu’elle aide à rejeter plutôt qu’à être rejeté.

Ainsi, quelqu’un qui est fier n’admet généralement pas ses erreurs parce que cela lui rappelle qu’il n’est pas aussi parfait qu’il le pensait et en conséquence il lui sera très difficile de demander pardon car il considère qu’il n’a jamais tort. Tout comme il pense également avoir raison, car il encourt l’erreur de l’autorité.

Cependant, l’arrogant se soucie beaucoup de l’opinion et de l’attention des autres, même s’il est indifférent. Il mène donc certains comportements pour les obtenir.

Comme on le voit, l’estime de soi de la personne arrogante est dégonflée. Elle est très faible, car elle est pleine d’insécurité, mais elle la cache sous un déguisement hautain. Pour cette raison, lorsqu’elle se sent attaquée, elle se met souvent en colère, perd le contrôle, se disqualifie, se met sur la défensive ou arrête de parler pendant un certain temps. Elle a la maturité émotionnelle d’un enfant.

L’orgueil n’est rien de plus qu’une barrière défensive pour empêcher les autres de ressentir les peurs, les insécurités et les faiblesses de caractère.

Une jeune femme pensant à la fierté et l'orgueil

L’antidote à l’orgueil : l’humilité

Face à l’orgueil, l’humilité est de mise. Apprendre à mener une vie plus simple dans laquelle prévaut la valeur de ce qui est important. Comme l’amour, la simplicité et la générosité. Cependant, il y a une étape précédente et c’est le fait de reconnaître et d’accepter que l’on est fier. Sinon, il est impossible que l’orgueil se dissipe.

Une fois accepté, il s’agit d’être honnête avec vous-même : de quoi ai-je peur ? Qu’est-ce qui me fait mal ? Qu’est-ce qui me fait souffrir ? Pourquoi dois-je être reconnu comme le meilleur ou le plus valide ?

De plus, il est également important de changer la direction de la mise au point. Il n’y a plus seulement soi, mais aussi les autres. Vous devez relativiser votre propre importance et savoir comment regarder les autres.

Pour cela, il est important de faire preuve d’empathie, de savoir se mettre à la place de l’autre, d’apprendre à recevoir des critiques et à accepter ses propres erreurs et défauts.

Il s’agit, petit à petit, de se débarrasser de ce déguisement protecteur porté depuis tant d’années. Mais qui, à son tour, a fait tant de dégâts. C’est abaisser votre garde. Reconnaître vos propres limites. Et oublier de devenir si grand, car en réalité vous n’êtes pas si petit.