La dramaturgie sociale : comment nous changeons de masque pour interagir

· 20 juillet 2018

Il est possible d’analyser notre interaction avec les autres comme s’il s’agissait d’une pièce de théâtre, comme si la vie sociale était une succession de mascarades. Nous appelons dramaturgie sociale l’approche microsociologique centrée sur l’étude de ce qu’elle a à faire avec le comportement humain et les règles qui contrôlent nos interactions quotidiennes.

« La vie est une représentation théâtrale. » Socrate a débattu, dans le dialogue Le Banquet, que le genre théâtral – comédie ou tragédie – était le plus proche de la vie réelle (il pariait sur la tragédie). Cependant, la phrase précédente n’est pas la sienne et son argument ne suit pas le même chemin : son auteur est Erving Goffman, créateur du courant de l’interactionnisme symbolique, qui soutient que, dans chaque interaction sociale dans laquelle nous nous engageons, nous essayons (consciemment ou inconsciemment) de projeter une image concrète de nous-mêmes, manipulant la façon dont les autres nous perçoivent.

Pour Goffman, notre personnalité n’est pas un phénomène interne, mais la somme des différents  » masques  » que nous portons tout au long de notre vie : une dramaturgie sociale.

Expliquer la dramaturgie sociale

Les acteurs théâtraux et sociaux ont comme objectif principal le maintien de la congruence dans leur interaction avec ceux qui les entourent. Pour transmettre une impression positive, nous devons avoir des compétences dramatiques (sociales) et les costumes et accessoires nécessaires. Mais tout cela n’est pas pertinent si les acteurs présents sur scène ne parviennent pas à se mettre d’accord sur la « définition de la situation », sur les attentes et les limites de l’interprétation qui nous indiquent implicitement comment s’insérer dans un certain cadre (environnement social).

dramaturgie sociale et masques

Se déplacer dans cette dramaturgie sociale – c’est-à-dire savoir se déplacer entre la scène (les moments où l’on projette une image pour les autres) et les coulisses (notre vie privée, qui est parfois aussi un masque que nous nous mettons devant nous-mêmes), ainsi que la facilité à passer d’un lieu à un autre, et avoir une garde-robe appropriée à tout moment – sont des conditions essentielles pour réussir socialement : pendant le spectacle, celui qui ne sait pas comment agir est un danger pour les acteurs et finit par être laissé de côté.

Et, en agissant, nos commentaires et expressions de surprise, d’approbation, d’ironie ou de déplaisir façonnent l’opinion que les autres ont de nous : nous en sommes conscients et donc nous gérons notre discours, nous pesons nos gestes et surveillons nos réactions. Nous agissons tous, à tout moment, et nous définissons nos rôles en fonction de l’environnement dans lequel nous évoluons, en cherchant à nous y intégrer.

Cette adaptation au rôle, cette définition devant les autres, c’est quelque chose qui se fait à chaque instant, à chaque interaction. Comme les acteurs d’une série, nous pouvons commencer l’épisode pilote (un emploi, une relation, notre première année au collège) avec un personnage qui n’est pas clair, ou du moins ouvert à un changement d’approche une fois que nous entendons la réaction du public. Dès lors, nous consacrons nos vies à nous adapter au personnage, au moins jusqu’à ce qu’ils suspendent cette série et que nous devions jeter ce masque (nous sommes virés d’un travail, nous divorçons, nous obtenons un diplôme, etc.).

Image, dissimulation et moralité

Pour Goffman, dans cette dramaturgie sociale, nous essayons de présenter une image idéalisée à chaque fois que nous agissons, pour la simple raison que nous sommes convaincus qu’il peut être bénéfique de cacher des parties de nous-mêmes :

  • Nous cachons le processus de préparation de notre rôle. Comme le professeur qui, après avoir préparé une leçon pendant des heures, la récite en prétendant la connaître toute sa vie, nous préférons offrir aux autres seulement le « résultat final » de notre performance. Plus besoin de projeter les faux plans ou de répéter le scénario plusieurs fois jusqu’à ce qu’on le mémorise ; tout cela se passe dans les coulisses.
  • Nous avons caché le sale boulot fait pour obtenir le rôle. Notre personnage est peut-être incompatible avec tout ce que nous avons fait pour  » faire honneur  » aux producteurs qui nous l’ont donné. Pensez à un politicien qui devient un candidat qui vend de l’honnêteté…après s’être frayé un chemin jusqu’au sommet de l’île.
  • Nous cachons ce qui nous empêcherait de continuer à agir. Nous gardons le silence sur nos affronts et évitons de réagir aux humiliations qui peuvent affecter l’image que nous avons choisi d’offrir.
dramaturgie sociale et rôles

Comme l’a dit Ervin Goffman lui-même : « En tant qu’acteurs, les individus sont soucieux de maintenir l’impression qu’ils suivent de nombreuses règles qui peuvent leur être appliquées pour les juger, mais un individu, en tant qu’acteur, n’est pas préoccupé par le problème moral de se conformer à ces règles, mais par le problème amoral de faire une impression convaincante du fait qu’il les respecte. Notre activité es basée, principalement, sur la morale mais, malgré cette réalité, en tant qu’acteurs, nous n’y portons aucun intérêt. Comme acteurs, nous sommes des marchands de Moralité ». Qu’en dites-vous ?