La crise, l'occasion d'identifier ce qui est important

14 octobre, 2020
Les crises nous mettent face à face avec la réalité, nettoient l'horizon, ne laissant que ce qui est important et essentiel sous nos yeux. Il nous reste à ramener cette clarté dans la vie quotidienne pour faire mieux.

Savez-vous ce qui est important ? La psychologie, ou plutôt les investigations menées dans ce domaine, montrent que la réalité conditionne notre ressenti. Cependant, elle ne le fait pas dans le vide : nous ne sommes pas de simples spectateurs. Ainsi, nous ne travaillons pas avec la réalité, mais avec ce que nous comprenons de la réalité.

Nous avons ainsi tous une échelle de priorités subjectives et individuelles, avec laquelle nous pouvons travailler dans le cadre de cette crise pour identifier ce qui est important.

Pourquoi cette crise est-elle si spéciale sur le plan mental ? D’un coup, sans planification, sans organisation préalable, notre routine change. L’état d’alarme et la quarantaine nous ont obligés à modifier notre vie quotidienne d’une manière sans précédent.

Quels changements ? De tout type : dans la sphère intime, au travail, au sein de la famille, les changements sociaux… Nous parlons de variations, de combinaisons ou de permutations qui nous affectent à plusieurs niveaux. Nous sommes confrontés à des scénarios que nous n’avons pas anticipés.

Prenons l’exemple des couples qui, dans un processus de séparation, n’ont d’autre choix que de prolonger la coexistence pour une durée indéterminée. Ou encore ceux qui venaient de faire un investissement important et qui se retrouvent désormais endettés ; un scénario qui dépasse même la pire situation qu’ils avaient imaginée.

Il existe de nombreux exemples qui, malheureusement, découlent des mesures prises pour lutter contre l’épidémie COVID-19. Ainsi, dans ces circonstances, éliminer le brouillard et identifier ce qui est important peut être un bon point de départ. Il est question d’identifier des certitudes solitudes, même petites, avec lesquelles commencer à travailler.

La crise permet de valoriser ce qui est important.

Gérer ces changements

De nombreux professionnels de la psychologie se sont déjà précipités pour fournir des directives et des conseils afin de faire face à cette situation de la meilleure façon possible. Certaines des recommandations vont dans le sens d’une restructuration ou d’une reformulation de nos routines afin de ne pas tomber dans une sorte de chaos temporaire.

D’autres recommandent également de faire de l’exercice autant que possible. Pour lutter contre le mode de vie sédentaire qui s’est si facilement établi dans nos vies. Ils recommandent même de prendre conscience de nos pensées, plus concrètement du type de pensées, de leur fréquence, de leur ampleur et de la façon dont elles nous affectent.

En plus de ces directives, il est très important de prendre conscience de sa propre situation. À certaines occasions, les différences entre acceptation et démission ont été débattues et la situation actuelle est une bonne occasion de mettre en pratique une bonne acceptation, et pas tant une démission.

Il est normal d’essayer de grandir, d’essayer de s’améliorer autant que possible en profitant du fait que nous avons plus de temps à la maison. Mais il y a également d’autres options tout aussi valables.

Vous pouvez ainsi vous autoriser à passer une journée triste et mélancolique. Il est également normal de freiner les pensées obsessionnelles en continuant à vous entraîner, à étudier ou en suivant un rythme de vie trépidant ou en apprenant à vous détendre.

Il est temps d’apprendre ce qui est vraiment important

Dans un océan d’émotions et de pensées mélangées, nous avons la possibilité de choisir quoi ressentir et comment interpréter ce qui se passe. Et si nous essayions de tirer des leçons de cette situation ? Et si nous évaluions ce qui est important pour nous et ce qui est important maintenant ?

Pendant le confinement, il y a eu des comportements sans précédent d’union et de solidarité. Du jour au lendemain, nous avons fait la connaissance de nos voisins qui vivaient de l’autre côté du mur.

Nous avons également poussé à l’extrême ce vieux diction qui dit que  “nous ne savons pas ce que nous avons jusqu’à ce que nous le perdions”. Si nous apprécions déjà les câlins de nos proches, maintenant, ces câlins prennent une nouvelle dimension.

Les temps de crise permettent de voir ce qui est important.

Avant cette quarantaine, nous avions tous, très certainement, des inquiétudes. Un bon nombre d’entre elles sont maintenant parvenues à occuper une position moins importante dans cette liste symbolique.

Maintenant, ce qui est important, c’est que notre frère ou notre sœur aille bien, que nos parents prennent bien soin d’eux, que cet être cher qui est seul à la maison se sente le moins seul possible.

Maintenant, nous craignons que notre fils ou notre fille ne soit pas submergé par le fait d’être à la maison si longtemps, qu’il soit heureux, qu’il n’arrête pas d’apprendre et continue de jouer.

Si nous prenons conscience de ce qui se passe, tout cela peut se traduire par un grand changement à la fin de la quarantaine : la révolution de la vie simple.

La révolution de n’avoir besoin que d’une conversation et de quelques rires pour se sentir rassasié. D’apprécier les sorties pendant une journée ensoleillée. De profiter d’un après-midi en famille ou de sortir votre chien dans la rue.

Les crises sont une excellente occasion d’identifier ce qui est important, et de définir notre échelle de priorités, celle dans laquelle les urgences superflues et amères se glissent souvent.