La congruence avec soi-même est le meilleur signe d'honnêteté

Lorsque l'on est congruent, il n'y a pas de manque d'harmonie entre ce que l'on ressent et ce que l'on extériorise. Comment réussir à l'être ?
La congruence avec soi-même est le meilleur signe d'honnêteté

Dernière mise à jour : 07 juillet, 2022

Vous avez sûrement entendu parler de congruence à plusieurs reprises et de ce que cela signifie d’être quelqu’un de congruent. Ou peut-être avez-vous entendu le commentaire typique de « Il est incongru ! Il fait une chose et en dit une autre, personne ne le comprend ! »

Eh bien… il semble qu’être congruent soit lié à une certaine transparence, à la fois interne (d’une personne avec elle-même) et externe (dans laquelle ce que l’on reflète est ce que l’on EST). On ne montre que sa vérité, sans camouflage ni masque.

D’autre part, les personnes qui agissent de manière incongrue sont celles qui génèrent certains casse-têtes, à la fois pour elles-mêmes et pour les autres. Elles s’éloignent de ce qu’elles SONT et se comportent différemment de ce qu’elles ressentent ou de ce qu’elles pensent.

La congruence est la correspondance entre ce que l’on ressent et ce que l’on exprime

Dès lors, on peut définir la congruence comme cet équilibre qui existe entre son état le plus viscéral (ce que l’on ressent dans ses « tripes ») et l’extériorisation que l’on en fait dans son comportement, tant verbal que non verbal. C’est-à-dire que lorsque l’on est congruent, il n’y a pas de manque d’harmonie entre ce que l’on ressent et ce que l’on extériorise.

Est-il vrai que nous avons un deuxième cerveau ?

« Quiconque est authentique assume la responsabilité d’être ce qu’il est et se reconnaît libre d’être ce qu’il est »

-Jean Paul Sartre-

Par exemple, si je me sens trahie par mon amie, je ne vais pas le camoufler ou prétendre que rien ne s’est passé. Je vais refléter ce que je ressens car elle m’a fait très mal et j’aimerais qu’elle voie ce que cela m’a fait ressentir. Je serai en harmonie avec ma douleur et avec mes sentiments.

Les personnes congruentes génèrent de la confiance envers les autres

Les personnes congruentes ont tendance à générer de la confiance envers les autres, car elles ne montrent pas un autre visage différent de celui qu’elles ressentent, et ne font pas non plus d’effort pour simuler ou cacher leur état intérieur. Elles savent écouter ce qu’elles ressentent à l’intérieur et sont capables de l’accepter, sans se tromper ni tromper les autres.

Elles se montrent tels qu’elles sont, sans donner d’autres nuances différentes de ce qu’elles ressentent. Ce sont des personnes courageuses, puisque nous vivons dans une société dans laquelle on ne nous a pas appris précisément à montrer ce que nous ressentions. Au contraire, à de nombreuses reprises depuis l’enfance, on nous a encouragés à cacher nos véritables émotions, à les masquer ou même à les cacher derrière d’autres mieux tolérées dans cette société.

Deux personnes sur le terrain

Parfois, nous couvrons la tristesse avec une joie excessive… ou nous utilisons la tristesse pour obtenir ce que nous désirons et ce qu’on ne nous donne pas. Vous connaissez sûrement quelqu’un qui avait l’air très joyeux peu de temps après avoir subi une perte (par exemple, une rupture sentimentale). Elle ne se permet pas de subir la perte parce qu’« elle doit être forte » et parce qu’« aucun homme ne mérite ses larmes ».

Et quand elle aura besoin de pleurer, elle rira. Et chaque fois, elle accumulera plus de poids sur sa véritable émotion. Elle la recouvrira jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de lambeaux. De cette façon, on finit par devenir un expert dans l’art de faire semblant et on devient incapables de se laisser être et de se sentir tel qu’on est.

La congruence parle de la correspondance entre les pensées et les actions

On parle aussi de congruence quand on se réfère à cette harmonie qui existe entre nos actions ou comportements et notre façon de penser. Nous nous sommes probablement déjà rendu compte à plusieurs reprises que nous agissions d’une manière qui contredisait nos pensées et nos valeurs. Cela produit un mélange d’étrangeté et de honte.

Si je mets en avant combien je suis tolérant et patient avec les autres mais qu’au premier changement, je suis incapable d’assumer d’autres points de vue différents du mien ; si je me mets en colère et que je me crispe… je dois probablement repenser cette idée de moi-même. Car croire que l’on est de telle ou telle façon, mais finir par agir d’une manière contraire à ce que l’on croit produit une sensation désagréable. Par conséquent, cette incongruité tend à être éliminée : en faveur d’un côté ou de l’autre.

Pour cette raison, s’engager sur le chemin de la congruence n’est pas un « non-sens » : cela implique un pacte d’honnêteté très important avec soi-même.

aime toi toi-même

Le problème de l’incongruité réside avant tout dans la méfiance que l’on finit par générer chez les autres. Il est difficile de faire confiance à quelqu’un qui agit différemment de ce qu’il pense, et il est difficile de faire confiance à quelqu’un qui se montre différemment de ce qu’il ressent réellement.

L’intuition nous montre qui est congruent avec nous et qui ne l’est pas

Il y a des gens très intuitifs qui sont capables de percevoir ces dissonances et, en même temps, qui sont capables de percevoir quand quelqu’un est congruent. Et c’est quelque chose qui est digne de gratitude, car il est plus facile et moins téméraire d’être soi-même en compagnie de personnes qui sont elles-mêmes – sans aucun masque que d’être en compagnie de personnes qui donnent la sensation d’être à un bal masqué.

« Chacun de nous est sur Terre pour découvrir son propre chemin et nous ne serons jamais heureux si nous suivons celui d’un autre. »

-James Van Praagh-

femme touchant son coeur

Pour toutes ces raisons, il est très important de continuer à se connaître, sans avoir peur ni hésiter à observer ce qui est à l’intérieur de nous. Si nous acceptons ce que nous sommes, nous n’aurons pas besoin de le cacher ou de le nier. Dites-vous que vivre avec un masque est épuisant et ne crée aucune relation authentique avec l’autre.

Trouver l’équilibre entre ce que l’on ressent, pense et fait est tout un exploit qui rendra nos relations plus vraies et authentiques ; à commencer par la relation que nous entretenons avec nous-mêmes, puisque nous sommes nos seuls compagnons de vie depuis notre naissance jusqu’à notre mort, que cela nous plaise ou non.

Cela pourrait vous intéresser ...
La dramaturgie sociale : comment nous changeons de masque pour interagir
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
La dramaturgie sociale : comment nous changeons de masque pour interagir

Et si le monde n'était qu'une vaste pièce de théâtre dans laquelle tout le monde fait semblant, même dans sa vie privée ?