La belle métaphore de la libellule et des cycles de la vie

13 juin, 2020
La libellule véhicule toute une série de métaphores et de symbolismes à propos de notre vie. En effet, tout comme la libellule, nous avons la capacité de nous transformer, mais aussi cette faculté extraordinaire de nous adapter à différents situations.
 

La symbolique de la libellule est une métaphore très pertinente qui permet d’illustrer les cycles de la vie. Nous avons souvent besoin de ce genre de métaphore littéraire à la fois mystique et anthropologique qui nous viennent du règne animal afin de mieux appréhender certains concepts de notre vie.

Qu’il s’agisse du loup, du chat, du papillon ou encore de l’éléphant… Grâce aux caractéristiques qui leur sont propre, les animaux nous livrent bien souvent un enseignement qui peut nous servir d’inspiration.

Parmi eux, il y a la libellule. Cette dernière symbolise habituellement deux concepts fondamentaux. A savoir, l’adaptabilité et la transformation. Cet insecte a depuis toujours attiré l’attention des êtres humains car cette petite créature interagit avec trois éléments de ce monde : la terre, l’eau et l’air.

En effet, ses processus de transformation, qui la font passer de larve à libellule, lui permettent de côtoyer ces trois milieux naturels essentiels.

C’est aussi un animal d’une grande beauté et d’une certaine fragilité. En outre, elle existe sur notre planète depuis bien avant notre apparition en tant qu’espèce. En effet, nous savons qu’il y avait déjà des libellules à l’époque du Carbonifère. Soit, il y a plus de 300 millions d’années. Cependant, leur aspect était quelque peu différent. Elles avaient une grande envergure puisque leurs ailes atteignaient 90 cm.

Ce gigantisme a laissé place à l’insecte que nous connaissons aujourd’hui. Ce sont des créatures délicates et presque magiques qui bordent de nombreuses zones où se trouvent un plan d’eau. La libellule a de nombreuses choses à nous enseigner.

 
Une libellule sur une fleur violette

 

La métaphore de la libellule : le changement, l’adaptation et le progrès

Les anisoptères, ou libellules, figurent parmi les insectes les plus fascinants du royaume des invertébrés. Elles sont incroyablement rapides puisqu’elles peuvent atteindre la vitesse de 85km/h. Mais c’est leurs yeux qui constituent un des aspects les plus fascinants pour les scientifiques et les curieux qui s’intéressent à elles.

En effet, elles possèdent environ 30 000 yeux à facettes hexagonales. Chaque œil possède ainsi son propre cristallin et sa propre rétine. Tout cela a un seul but : offrir l’une des vues les plus parfaites du règne animal. Ainsi, la libellule est capable de voir à tout moment, en un seul coup d’œil, tout son environnement à 360º.

Toutefois, au-delà de son anatomie, de ses couleurs éclatantes ou de son vol extraordinaire, il y a la symbolique. La métaphore de la libellule est présente dans de multiples cultures qui ont observé dans son cycle de vie des similitudes avec notre propre existence. Analysons cela en détail.

Une vie de transformation

Le cycle de vie de la libellule est très particulier. Au cours d’une métamorphose, elle passe en effet par trois phases très spécifiques. Il s’agit de la phase de l’éclosion de l’œuf, puis de la phase de larve, avant de devenir une superbe libellule. Ces transformations successives durent entre 3 et 6 ans. Curieusement, l’étape la plus courte est la dernière.

 

Ainsi, la vie d’une libellule en tant que telle ne dure que quelques semaines. Elle passe en effet la plus grande partie de son existence sous la forme d’une créature aquatique. La larve possède des branchies et se nourrit de vers et de têtards. Ce n’est que plus tard qu’elle commence à se transformer. Au cours de ce processus, elle subit près d’une quinzaine de mues jusqu’à ce que ses ailes finissent par émerger.

Tout comme les libellules, nous nous adaptons à ce rite vital de changement où presque rien n’est statique. La libellule sait que pour survivre dans n’importe quel nouvel environnement, il faut changer, changer de peau et se défaire de ses anciennes habitudes. Ce n’est qu’alors que nous parvenons à être ce que nous sommes vraiment et ce dont nous rêvons.

Vivre pleinement au jour le jour

La libellule nous enseigne une précieuse leçon. Il s’agit de la nécessité de tirer le meilleur parti de notre vie quotidienne. Lorsque la larve perd sa dernière peau et que ses ailes émergent, elle est consciente que son existence est éphémère. Il est alors temps d’embrasser le vent, de voyager, d’explorer, de connaître un monde qui va au delà de l’eau, sa zone de confort antérieure.

Nous devons nous aussi être capables d’apprécier la vie avec la même passion et avec la même délicatesse.

Une libellule rouge
 

 

La métaphore de la libellule: l’équilibre

A travers les âges, il y a quelque chose qui a toujours fasciné toutes les cultures à propos des libellules. Il s’agit de leurs ailes. Elles ont des couleurs et des nuances extraordinaires et elles permettent aux libellules d’effectuer des manœuvres de vol surprenantes. Les libellules sont puissantes et gracieuses dans l’air. Pourtant, elles ont passé la plus grande partie de leur vie dans l’eau.

Il est intéressant de noter qu’elles battent des ailes environ 30 fois par minute (contrairement aux moustiques qui le font environ 600 fois). Elles déploient 20 fois plus de force sur leurs ailes que le font les autres insectes et leurs manœuvres de vol sont très surprenantes tout en étant précises.

C’est au Japon qu’on vénère le plus cet insecte. En effet, dans cette culture, la libellule symbolise précisément l’équilibre de la vie.

Le dernier voyage vers l’au-delà

Pour les Amérindiens, la libellule est une métaphore très puissante. Pour eux, cet insecte symbolise le voyage final de chaque être humain. Ce voyage qui nous permet de quitter le monde de la terre et de l’eau après une longue vie, pour devenir une créature de l’air. Un être ailé qui monte finalement vers les cieux sous forme d’esprit et d’âme libre.

Comme nous avons pu le voir, la libellule évoque des concepts intéressants et évocateurs. Des métaphores imaginées par des cultures qui voient dans la nature un miroir dans lequel se refléter. Des métaphores où le symbolisme s’inspire de la magie du monde animal. Cela vaut bien la peine d’être considéré.