Je ne suis bon à rien : qu'y a-t-il derrière cette idée ?

Parfois, derrière l'idée qu'on n'est bon à rien, il peut y avoir n'importe quoi, d'une éducation autoritaire à l'hyper exigence. Que pouvons-nous faire dans ces cas ? Nous analysons une série de clés qui peuvent nous aider.
Je ne suis bon à rien : qu'y a-t-il derrière cette idée ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 30 septembre, 2022

“Je ne suis bon à rien, peu importe ce que je me propose de faire, à la fin j’échoue toujours à tout.” Ce type de perception de soi est comme une ombre persistante qui habite l’univers psychologique de nombreuses personnes. C’est la voix de la faible estime de soi, le murmure qui anéantit les objectifs de vie, les projets et même les relations.

La vérité est qu’il serait glorieux de toujours se sentir bien, d’être sûr de soi à 100% et de se percevoir comme compétent 24h/24 et 7j/7. Cependant, il y a des moments comme celui-ci, des moments où nous cessons de faire confiance à notre valeur, nos vertus et nos capacités. La cause? En réalité, de nombreux facteurs orchestrent cet affaiblissement de la confiance en soi, des expériences passées à l’hyper-demande.

Nous avons tous été dans ce territoire à un moment donné. Dans cette sphère où nous nous sentons le plus faible et où le sol tremble sous nos pieds. Nous n’osons pas avancer car nous avons peur de tomber, d’échouer, de nous ridiculiser et de nous tromper de chemin. Nous savons que vivre, c’est assumer des erreurs, mais parfois nous étiquetons une erreur comme le signe indéniable que nous sommes inutiles.

“Que pouvons-nous faire dans ces situations ? Comment nous montrer que nous valons bien plus que nous ne le pensons ? Il faut regarder le monde droit dans les yeux.”

-Helen Keller-

bon à rien

Je ne suis bon à rien : qu’y a-t-il derrière cette pensée ?

Se sentir inutile, peu ou pas doué du tout est une expérience courante chez les êtres humains. C’est parce que nous sommes nos pires juges et jurys, parce que nous nous fixons des normes très élevées et que nous avons été éduqués pour être parfaits, efficaces et talentueux. De plus, si vous jetez un œil à vos réseaux sociaux, la seule chose que vous verrez souvent est un univers absolu de perfection.

Par exemple, il est courant que les adolescents sentent très tôt qu’ils ne sont bons à rien. Toujours en train d’apprendre et de se développer, certains supposent déjà qu’ils ne seront jamais aussi compétents, attirants et brillants que ces célébrités qu’ils suivent sur Instagram ou TikTok. Nous vivons dans une société où quiconque n’excelle pas dans quelque chose se perçoit comme un raté.

Ce phénomène s’explique avant tout par la comparaison sociale facilitée par des moyens tels que les réseaux sociaux. Ainsi, des travaux de recherche tels que ceux menés à l’Université de Californie affectent la même chose. Des médias comme Facebook fournissent des scénarios accessibles et proches pour observer et se comparer à d’innombrables personnes.

Cela peut avoir un impact important sur l’estime de soi de certaines personnes, en particulier les plus jeunes. Au point de fausser complètement la vision qu’ils ont d’eux-mêmes.

Beaucoup d’entre nous se concentrent uniquement sur nos faiblesses, nos échecs et nos lacunes. La raison? Parce qu’il est plus facile de découvrir ce que nous n’avons pas en nous comparant aux autres, que d’apprécier les vertus et le potentiel que nous avons toujours eus.

Quand vous sentez que vous ne vous démarquez pas… Pourquoi ?

La personne qui ne se perçoit pas comme compétente en quoi que ce soit renforce un récit mental médiatisé par une faible estime de soi. Nous le savons. Cependant, quelle est la racine de la faible estime de soi ? C’est la clé que nous devons comprendre et ce sont les facteurs qui doivent être pris en compte pour comprendre cette réalité psychologique commune.

  • Nous avons déjà évoqué la première cause : la comparaison sociale. Nous avons pris l’habitude de mesurer notre valeur en fonction de ce que les autres sont, ont et font.
  • Une autre cause est notre éducation. L’autoritarisme, l’intolérance à l’erreur ou le désir de certains parents d’avoir des enfants parfaits et malheureux inoculent souvent à certaines personnes le sentiment constant d’échec. De ne pas être assez bon comme les autres l’attendent.
  • Souvent, nous repensons à toutes nos erreurs passées sans rien apprécier d’autre. Nous sommes coincés dans cette sphère défaillante. Chaque mépris d’hier, chute, huis clos ou rejet peut ouvrir une brèche en nous. Au lieu de traiter ces expériences comme des opportunités d’apprentissage, nous sommes complètement bloqués et avec une estime de soi endommagée.
  • De même, faire face à un trouble psychologique comme la dépression ou l’anxiété alimente les pensées négatives. Aussi cette vision critique et annihilante de soi-même.
  • Un autre facteur est social et relationnel. Il y a des gens qui peuvent projeter sur nous l’idée que nous ne valons rien. Parfois, une relation émotionnelle dommageable peut détruire notre concept de soi.

L’hyper-exigence ou le besoin d’être parfait ou talentueux est un autre facteur qui peut renforcer l’idée erronée selon laquelle on n’est bon à rien.

bon à rien

Comment désamorcer l’idée que nous n’avons aucun talent ?

L’idée qu’on n’est bon à rien est anéantissante. Nous nous sous-estimons parce que nous ne tolérons pas nos échecs. Aussi parce que nous vivons dans une société qui nous trompe, qui nous fait croire qu’il y en a qui naissent parfaits et talentueux…

Quand en réalité le talent se travaille, quand les valeurs ne nous sont pas données, mais se construisent par l’effort, la confiance en soi et l’estime de soi. Il est donc temps d’arrêter d’alimenter ce dialogue interne avilissant.

Nous valons beaucoup juste pour être ici, juste pour exister. Nous sommes parfaits tels que nous sommes, et nous sommes bons pour plus de choses que nous ne le pensons.

Comment reprendre confiance en soi quand on pense qu’on n’est bon à rien

  • Évitez la comparaison sociale. Vous êtes vous, les autres sont les autres.
  • Prenez le contrôle de vos pensées et de vos auto-évaluations. Il substitue certaines idées à d’autres (“Je ne pense pas que je suis assez bon pour ce travail” — “et si j’essaie et vois ce qui se passe?”).
  • Apprends de vos erreurs. Un échec n’est pas la fin du monde. C’est un pas en arrière pour prendre plus d’élan.
  • Repensez certaines de vos relations. Il y a peut-être quelqu’un dans votre vie qui affecte votre estime de soi.
  • Faites une liste de tout ce que vous faites bien et des réalisations de votre passé. Cette personne, c’est aussi vous.
  • Entraînez votre auto-compassion. Vous êtes quelqu’un qui mérite votre respect et votre appréciation. Il est temps de mieux vous parler et de faire confiance à votre valeur.
  • Décidez comment vous voulez vous sentir et ce que vous aimeriez accomplir. Il est temps d’y travailler.

Pour conclure, s’il est vrai qu’il convient d’être conscient des choses dans lesquelles on n’est pas bon, évitons de pousser cette idée à l’extrême. Nous avons tous des lumières et des ombres, nous sommes tous faillibles et extraordinaires à la fois. Nous sommes meilleurs que nous ne le pensons.

Cela pourrait vous intéresser…

Cela pourrait vous intéresser ...
Quelle est la relation entre l’affirmation de soi et l’estime de soi?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Quelle est la relation entre l’affirmation de soi et l’estime de soi?

Connaissez-vous la relation entre l'affirmation de soi et l'estime de soi? Découvrez comment votre relation avec vous-même se reflète dans vos inte...



  • Maldonado L, Huang Y, Chen R, Kasen S, Cohen P, Chen H. Impact of Early Adolescent Anxiety Disorders on Self-Esteem Development From Adolescence to Young Adulthood. Journal of Adolescent Health. 2013;53(2):P287-292. doi:10.1016/j.jadohealth.2013.02.025
  • Orth U, Robins R, Widaman K. Life-span development of self-esteem and its effects on important life outcomes. Journal of Personality and Social Psychology. 2012;102(6):1271–1288. doi:10.1037/a0025558
  • Vogel E, Rose J, Roberts L, Eckles K. Social comparison, social media, and self-esteem. Psychology of Popular Media Culture. 2014;3(4):206–222. doi:10.1037/ppm0000047
  • Kertz S, Koran J, Stevens K, Björgvinsson T. Repetitive negative thinking predicts depression and anxiety symptom improvement during brief cognitive behavioral therapy. Behaviour Research and Therapy. 2015;68:54-63. doi:10.1016/j.brat.2015.03.006