Isoler son conjoint, une forme courante de maltraitance

Si votre conjoint se sent mal car vous sortez avec vos amis ou collègues de travail, méfiez-vous. Il ne faudra peut-être pas longtemps pour qu'il cherche à vous isoler, afin que vous soyez sa « propriété » exclusive.
Isoler son conjoint, une forme courante de maltraitance
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par le psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 02 décembre, 2021

Isoler le conjoint, le retirer de son environnement social et familial est une forme évidente de maltraitance. Il s’agit néanmoins d’une dynamique et d’une réalité si silencieuses et sibyllines que les victimes ne leur accordent que peu d’importance dans les premiers stades. Arrive alors le moment où elles prennent pleinement conscience de leur solitude et des barreaux invisibles qui les entourent.

« Tu sors vraiment avec tes amis ? Avec la journée que j’ai eue et tu me laisses seul. « Pourquoi dois-tu aller voir tes parents ? Ne sois pas si dépendant d’eux, après tout tu as ta propre vie. « Je n’aime pas que tu sortes dîner avec tes collègues, tu ferais mieux de rester à la maison et préparons un dîner spécial. »

On pourrait donner mille exemples de ce récit abusif par lequel quelqu’un coupe son conjoint de tout lien avec le monde extérieur. Cependant, le plus frappant est que l’autre cède et accepte par amour. Les relations qui reposent  sur la dépendance tombent souvent dans ce type de prison psychologique.

L’amour n’est pas une émotion exclusive que nous devrions diriger et recevoir uniquement de notre conjoint. Nous sommes des êtres sociaux et émotionnels. Nous avons besoin du contact et de l’affection de nos amis, de notre famille, de nos collègues de travail… Sans cette proximité quotidienne en dehors de la bulle familiale, nous nous flétrirons progressivement.

Isoler le conjoint

Isoler le conjoint : en quoi consiste cette forme de maltraitance ?

L’Université de Nottingham au Royaume-Uni montré dans une étude que jusqu’à présent, nous avons accordé plus d’attention à la violence physique qu’à la violence psychologique. Les abus psychologiques et émotionnels constituent les facteurs qui naviguent le plus souvent dans nos relations et que, cependant, nous ne voyons pas toujours.

Cette étude révèle que les personnalités qui appliquent le plus la violence psychologique sont des profils psychopathes et machiavéliques. Ces personnes sont très douées pour les dynamiques telles que le mépris, le contrôle, la manipulation et la tendance à isoler le conjoint. Et, en effet, il n’est pas facile d’admettre que la personne que l’on aime le plus nous accapare et nous sépare de notre cercle social.

Le plus frappant est que ces comportements abusifs sont de plus en plus fréquents chez les jeunes. A tel point que nous avons atteint un stade où de nombreux adolescents, conditionnés par les idéaux de l’amour romantique, trouvent acceptable que leurs partenaires les contrôlent.

Selon une étude du Centre de recherche sociologique (CIS) commandée par le ministère espagnol de la Santé en 2015, 33 % des personnes de moins de 30 ans jugent acceptable que leurs partenaires les empêchent de voir leur famille ou leurs amis. De toute évidence, il y a quelque chose que nous faisons mal en tant que société.

L’isolement est la première forme de maltraitance

Lorsque nous parlons d’abus, la plupart des personnes visualisent un visage avec une ecchymose. Cependant, la plupart des agresseurs n’atteignent pas ce point. Les abus les plus courants se manifestent dans le langage et le style de communication. L’ironie, le sarcasme ou la dépréciation de l’opinion de l’autre sont des dynamiques quotidiennes.

Cependant, isoler le conjoint est la première étape de la violence psychologique. Et cela n’est généralement pas perçu car il est habillé (ou interprété) comme un échantillon incontournable de la démonstration d’amour. Ce comportement survient lorsque l’autre personne nous demande de rester à ses côtés au lieu de passer du temps avec la famille ou les amis. Ceci est généralement interprété, dans un premier temps, comme un geste d’affection et non comme un besoin évident de domination.

La victime verra néanmoins comment l’autre boycotte peu à peu tous ses liens sociaux. Les astuces qu’ils utilisent habituellement sont les suivantes :

  • Ils découragent avec n’importe quelle excuse pour le conjoint ne rencontre pas de personnes ou simplement ne quitte pas la maison.
  • Ils méprisent et critiquent la famille et les amis. En effet, ils essaient ainsi de les détourner pour les convaincre qu’ils ne sont pas bons pour eux.
  • Ils chercheront à vous culpabiliser chaque fois que vous passerez du temps loin de chez vous.
  • Des démonstrations excessives de jalousie peuvent également apparaître.

Des comportements passifs-agressifs apparaissent également. Ils ne diront alors pas ouvertement qu’ils sont contrariés de rencontrer un ami, mais le feront savoir par d’autres comportements comme arrêter de parler au conjoint, claquer des portes ou être plus irritable.

Souvent, les victimes ne perçoivent pas le comportement d’isolement comme une forme d’abus. Surtout quand les autres domaines de la relation vont bien au début. Cependant, le simple fait de perdre le contact social est dévastateur pour la santé mentale.

Isoler le conjoint, une réalité commune dans les relations de dépendance

De nombreux couples construisent leur relation sur les bases de la dépendance. Ce sont des amours malades et obsessionnels qui se nourrissent de domination, de jalousie et d’insécurité émotionnelle. Cette forme d’attachement n’est guère plus qu’un suicide émotionnel, une manière de perdre son identité et son soutien en étant isolé sur cette île privée d’affection empoisonnée.

L’isolement mutuel est un phénomène courant dans ce type de relation. C’est-à-dire, le désir d’isoler le conjoint non seulement part d’un membre à l’autre, mais est quelque chose promu par les deux. Il existe des couples dans lesquels les deux s’éloignent également de leur environnement proche.

Isoler le conjoint

Comment sortir de la prison de l’isolement créé par notre conjoint ?

La première étape et la plus évidente est de prendre pleinement conscience de notre isolement. De plus, ce n’est pas toujours facile pour un certain nombre de raisons : la première est l’usure mentale. Le coût de la violence psychologique entretenue dans le temps laisse des séquelles pour les victimes.

Des travaux  de recherche, comme celui mené par le Dr Tyrone C. Cheng de l’Université de l’Alabama (États-Unis), indiquent qu’il est très fréquent que cela génère des troubles paniques, du stress, de la dépression, de la phobie sociale… Par conséquent, il est essentiel que la personne elle-même se rende compte de ce qui se passe, mais aussi que l’environnement agisse.

Si nous avons un ami ou un membre de la famille que nous ne voyons pas souvent et que nous soupçonnons d’être dans une relation abusive, nous devons agir. Ce dont une victime d’abus de genre a le plus besoin, c’est de soutien social, d’accompagnement et de compréhension. Les éloigner de cet environnement toxique et épuisant est la première étape.

Plus tard, il y aura la reconstruction et ce processus délicat de récupération psychologique et émotionnelle avec lequel augmenter à nouveau l’estime de soi, l’identité et la projection d’objectifs.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
4 formes subtiles de maltraitance psychologique
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
4 formes subtiles de maltraitance psychologique

Les formes subtiles de maltraitance psychologique sont très dangereuses, car il est très difficile de les identifier. Quelles sont-elles ?



  • Cheng TC. Intimate Partner Violence and Welfare Participation: A Longitudinal Causal Analysis. Journal of Interpersonal Violence. 2013;28(4):808-830. doi:10.1177/0886260512455863
  • Hasan M, Clark EM. I get so lonely, baby: The effects of loneliness and social isolation on romantic dependency. J Soc Psychol. 2017;157(4):429-444. doi: 10.1080/00224545.2016.1229251. Epub 2016 Sep 16. PMID: 27635736.