Il y a des jours où on peut tout et des jours sans

Les jours de déprime et de découragement n'apparaissent pas simplement parce que. Souvent, derrière elles, il y a des émotions échouées, des nœuds de pensée qui se sont bloqués et que nous devons résoudre calmement et correctement. Prendre soin de soi ces jours-là est la clé du bien-être.
Il y a des jours où on peut tout et des jours sans
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 05 janvier, 2023

Il y a des jours où on peut tout et des moments sans. Y a-t-il quelque chose qui ne va pas ? Est-ce un problème de vivre ces hauts et ces bas dans votre humeur, ces hauts et ces bas dans l’univers de la motivation ? Bien sûr que non. Les gens ne sont pas des machines, des androïdes infaillibles au quotidien. Nous sommes des êtres humains avec des jours meilleurs et des moments moins bons.

Maintenant, la question est qu’en moyenne, nous gérons ces moments où le découragement nous prend et rouille assez mal la performance. Il y a des moments où le mental dit « allez, pousse toi, tu as des choses à faire » et non seulement le corps ne l’accompagne pas, mais il y a une partie de notre cerveau qui répond par « désolé, aujourd’hui il n’y a plus de réserves pour l’enthousiasme, le désir ou la motivation.

Ce manque d’énergie n’est pas toujours dû à un problème de santé, le découragement a son propre soulagement et sa propre composition que lorsqu’il s’installe et nous piège, il est très difficile de s’en débarrasser. C’est un mélange complexe de processus psychologiques et d’émotions. On y trouve des pensées, des sensations physiques, des inquiétudes et divers types d’émotions (apathie, tristesse, frustration…).

Ces jours « bas » ne sont en aucun cas le reflet que nous souffrons d’un quelconque trouble ; Ce n’est pas une dépression. Cependant, le mieux est de s’assurer que ces états ne se prolongent pas dans le temps. Comme ils viennent, ils doivent partir, être des visiteurs de passage, ceux qui nous laissent leur message et nous laissent ensuite place à de meilleurs moments. Creusons un peu plus.

Homme paresseux devant l'ordinateur représentant ces jours où tout peut

Qu’est-ce qui nous arrive en ces jours où tout peut nous arriver ?

C’est peut-être curieux, mais les experts en psychologie de la motivation nous signalent quelque chose de frappant : les hauts et les bas nous enrichissent en tant qu’êtres humains. Traverser ces moments où l’on est capable de conquérir le monde et bientôt, les jours sans se présentent, ils peuvent nous donner l’occasion de nous apprendre plusieurs choses. La première, que nous ne sommes pas infaillibles et que toucher le fond de temps en temps est normal.

En revanche, savoir pourquoi on s’effondre et ce qui se cache derrière le découragement permet de mieux se connaître. Cependant, il y a un problème et c’est que nous n’aimons pas ces “bas” et nous nous défendons contre eux comme quelqu’un qui se débarrasse de quelque chose d’inconfortable qu’il préfère éloigner. Nous camouflons le malaise sans le comprendre, sans savoir comment gérer ces réalités cachées qui éteignent si souvent notre envie de croquer le monde.

Ainsi, et presque sans s’en rendre compte, ces problèmes s’enracinent et le cerveau entre dans un cycle de hauts et de bas constants dans lequel il est très facile de conduire à l’impuissance, à cette forme camouflée de dépression qu’est la dysthymie. Nous devons être prudents.

Les jours où tout peut nous arriver doivent être très ponctuels dans le temps et non quelque chose de récurrent. Ce sont des moments où il n’y a pas d’autre option que l’évidente : se parler et encourager l’auto-prise en charge émotionnelle.

Pourquoi est-ce que je me sens ainsi ? Qu’y a-t-il derrière le découragement ?

Les jours où tout nous submerge et où la vie elle-même nous alourdit excessivement, ce que nous ressentons, c’est le découragement. Et quand cet état nous prend, nous utilisons mille stratégies pour l’éviter : on dort, on marche, on regarde des séries, on écoute de la musique, on rencontre quelqu’un, on fait du sport… Toutes ces stratégies sont une façon de masquer l’inconfort. Nous le cachons et nous ne le résolvons pas.

Il est essentiel dans tous les cas que nous puissions nous connecter avec l’origine et le déclencheur de cet état d’esprit. En moyenne, après ces jours où tout nous dépasse, il y a généralement les réalités suivantes :

  • La comparaison sociale. Selon une étude réalisée à l’Université de Harvard par le Dr Tod Rogers, les gens ont tendance à comparer nos performances, ce que nous faisons, ce que nous réalisons ou avons avec notre environnement le plus proche. Le faire, en regardant ce que certains ont accompli et en se sentant parfois désavantagé, alimente le découragement et autre chose : une faible estime de soi.
  • Tendance à voir le côté négatif des choses. Bien que nous ne nous en rendions pas compte, nous parcourons parfois le monde avec les lunettes de la négativité, celles qui ne font qu’entrevoir les difficultés, les problèmes, les erreurs commises et les incertitudes. C’est un mode évident de souffrance.
  • Écoute excessive du moi critique et perfectionniste. Beaucoup d’entre nous ont un moi intérieur très nocif et dangereux. C’est celui qui alimente un dialogue interne basé sur l’autocritique, dans la recherche du perfectionnisme absolu, celui dans lequel les erreurs n’ont pas leur place.
  • Émotions et besoins négligés. Prendre soin de nos émotions est un acte d’hygiène psychologique. Pourtant, nous sommes d’habiles experts du contraire : cacher ce qui blesse, cacher ce qui frustre, ce qui irrite, ce qui déçoit. Toutes ces dimensions créent des souffrances. Quelque chose que nous ne pouvons certainement pas laisser pour demain.
Homme inquiet se sentant seul à la maison

Que puis-je faire ces jours sans ?

Les jours où tout semble nous échapper, on peut se résoudre à aller voir un film ou à manger de façon excessive. Ce ne sont pas des comportements appropriés. Nous ne devons pas éluder, nous devons faire face, accepter ces jours de ralentissement et nous permettre de révéler ce qu’ils contiennent et ce que nous devons résoudre.

  • Nous allons écouter nos pensées et nos préoccupations. Il ne s’agit pas non plus de remplacer les pensées négatives par des pensées positives ; cette stratégie ne fonctionne pas. Ce que nous devons faire, c’est leur donner de la présence et de la raison, comprendre si elle sont logiques, si elles ont un fondement et ce que je peux faire pour apaiser ces inquiétudes.
  • Nous nous connecterons à nos émotions, à ces sensations que notre corps éprouve : colère, tristesse, peur… Des pratiques comme la relaxation ou la méditation peuvent nous aider.
  • Conseil. Les jours où tout nous est possible, il est bon de s’accorder du temps, de se détendre, de se reconnecter sereinement. Aussi, après avoir décrypté ce qui nous inquiète et quelle est la raison pour laquelle nous sommes comme ça, il convient de créer un plan, des objectifs à court terme. Nous établirons des objectifs qui nous motivent et qui sont faciles à atteindre pour augmenter le sentiment de contrôle, la capacité à atteindre et l’illusion.

Pour conclure, nous avons tous pleinement le droit d’avoir nos bons jours et nos moins bons moments. De tout ce que vous apprenez et de chaque expérience, nous devons sortir plus forts. Alors, apprenons à ne pas craindre ces jours de découragement, ce sont ces inflexions dans la ligne du temps qu’il faut assumer, affronter et comprendre. Gardons cela à l’esprit.

Cela pourrait vous intéresser ...
Que faire lorsque vous cessez de vous faire confiance
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Que faire lorsque vous cessez de vous faire confiance

Lorsque vous arrêtez de vous faire confiance, vous vous approchez d'une limite psychologique très malsaine. Découvrez comment sortir de cette fosse...



    • Todd Rogers, Avi Feller (2016) Discouraged by Peer Excellence: Exposure to Exemplary Peer Performance Causes Quitting, First Published January 29, 2016 Research Article  https://doi.org/10.1177/0956797615623770

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.