Hugo Münsterberg, biographie du pionnier de la psychologie appliquée

14 décembre, 2019
Hugo Münsterberg a jeté les bases de la psychologie légale en introduisant l'importance du profilage psychologique pour décrire le comportement criminel.
 

Il fut un temps où la psychologie faisait partie du domaine de la philosophie. Cependant, à la fin du XIXe siècle, les choses ont commencé à changer. Surtout avec l’arrivée d’un scientifique germano-américain, Hugo Münsterberg. Ce psychologue a été le pionnier de l’application des preuves empiriques et a jeté les bases de la psychologie appliquée, industrielle et même médico-légale.

Münsterberg a laissé un immense héritage avec son travail en tant que scientifique, philosophe et psychologue. A tel point que de nombreuses disciplines scientifiques d’aujourd’hui doivent leurs racines à cet homme innovateur, disciple de Wilhelm Wundt et plus tard collègue de William James.

Beaucoup l’ont défini comme un visionnaire, mais aussi comme une victime. Surtout parce que toutes les personnalités de l’époque n’ont pas voulu céder à cette vision scientifique, créative mais rigoureuse, proposée par Hugo Münsterberg. Il a écrit, par exemple, de nombreux ouvrages pour apprendre aux gens à trouver leur vocation professionnelle.

Il s’agissait de démontrer comment certains comportements étaient en fait dus à des altérations cérébrales. De plus, il a établi les piliers de la psychologie juridique et médico-légale, aidé à créer les premiers profils psychologiques et à mieux comprendre les processus de la mémoire et la figure des témoins dans les procédures judiciaires.

« Les jeunes savent très peu de choses sur eux-mêmes et leurs capacités. Quand vient le jour où ils découvrent leurs véritables forces et faiblesses, il est souvent trop tard. Nous devons les aider à comprendre leur potentiel afin qu’ils puissent créer leur propre plan de vie. »

-Hugo M. Münsterberg-

 
Des arbres en forme de visages

Biographie d’un psychologue visionnaire, Hugo Münsterberg

Hugo Münsterberg est né en Allemagne en 1863. Sa famille combine l’amour pour les arts et les sciences, des domaines que sa mère lui a inculqués dès son plus jeune âge, avec la musique et la littérature. C’est pourquoi sa petite enfance a été consacrée presque exclusivement à la lecture de poésie. Et à la pratique du violoncelle.

Puis, tout a changé quand il a perdu sa mère à l’âge de 12 ans. Plus tard, son père l’a suivi. A partir de ce moment, son intérêt pour l’art s’est soudain tourné vers le domaine scientifique. Le moment venu, il a donc décidé de s’inscrire en médecine à l’Université de Leipzig. Puis de poursuivre sa carrière en psychologie.

Wilhelm Wundt fut son professeur et son mentor, le personnage qui allait inspirer une grande partie de sa carrière. Rappelons que Wundt était connu pour avoir développé le premier laboratoire de psychologie expérimentale en 1879, un personnage, par conséquent, clé pour donner une base scientifique et empirique au domaine psychologique.

Le Dr. Münsterberg, le psychologue allemand le plus célèbre d’Amérique

 

En 1887, Münsterberg, commence à travailler comme professeur à l’Université de Fribourg. C’est à cette époque qu’il écrivit son premier livre The Activity of Will, un ouvrage qui impressionna William James car, d’une certaine façon, il en vint à démontrer scientifiquement plusieurs des théories des émotions qu’il défendait lui-même.

Il ne leur faudrait pas longtemps pour apprendre à se connaître. C’est lors d’un congrès de psychologie à Paris, initiant ainsi une étroite amitié, que James fut fasciné par les connaissances avancées du jeune Münsterberg. Ainsi que par son empressement à donner à la psychologie un caractère appliqué. Son admiration et sa confiance étaient telles qu’en 1892, il lui demanda de prendre la direction du laboratoire de psychologie à Harvard.

Hugo Münsterberg travaillant

L’arrivée aux Etats-Unis a été compliquée pour Hugo Münsterberg. Son anglais n’était pas bon, mais des personnalités comme James McKeen Cattell sont allées jusqu’à dire que le travail du jeune homme était « le plus important aux États-Unis ». Sa plus grande reconnaissance est venue quand, en 1898, il a été élu président de l’American Psychological Association (APA).

 

Toutefois, il convient de noter que la figure de Münsterberg n’était pas confortable pour l’ensemble de la communauté scientifique. Ses ancêtres allemands ont créé une certaine hostilité, surtout à l’arrivée de la Première Guerre mondiale. Il a été sévèrement critiqué, ses idées révolutionnaires pour la psychologie et le monde de l’industrie n’ont pas toujours été bien reçues.

En outre, certains anciens de Harvard sont allés jusqu’à prétendre qu’il était un espion allemand et que Münsterberg avait perdu des amis, des collègues et une partie du prestige qu’il avait acquis.

Hugo Münsterberg mourut le 16 décembre 1916 au cours d’une conférence, suite à une hémorragie cérébrale. Il avait 53 ans.

L’homme qui a transformé la psychologie en une « science générale du comportement »

Les travaux et les perspectives de Hugo Münsterberg en ont fait l’un des psychologues les plus éminents, mais aussi, comme nous l’avons souligné, l’un des plus détestés. Il a remis en question bon nombre des théories de l’époque. Il a critiqué, par exemple, le travail du pédagogue et généticien psychologue G. Stanley Halls.

Il a souligné que beaucoup de ses études n’étaient pas correctes parce qu’elles étaient menées par des enseignants et non par des psychologues spécialisés. C’était, pour ainsi dire, cette voix critique qui remettait en question le travail d’autres collègues parce qu’elle visait une fin très concrète : faire de la psychologie une science du comportement, une science empirique, et dont les résultats pouvaient être reproduits.

 

Voyons, cependant, quelles ont été ses principales contributions au monde de la psychologie.

Contributions de Hugo Münsterberg

Münsterberg a facilité le développement de la psychologie appliquée pour créer une branche très concrète : l’orientation professionnelle. Dans son livre Vocation and Learning : A Popular Reading Course, il a essayé de permettre aux gens de trouver leur vocation. De mieux choisir ce qu’ils veulent étudier. Et à quoi consacrer leur vie professionnelle.

  • La théorie de la vocation de Münsterberg est basée sur trois dimensions : penser, sentir et faire. Ainsi, chacun de nous devrait, selon lui, trouver la vocation qui convient le mieux à ses talents, ses passions et ses connaissances
  • Il a également jeté les bases du développement du recrutement et de la publicité
  • D’autre part, Hugo Münsterberg a joué un rôle clé dans le développement de la psychologie légale. En fait, il a participé à divers procès. Et même élaboré des profils criminels, analysant les processus de la mémoire, de la perception et décrivant comment déterminer la crédibilité des témoins

 

Enfin, il convient de noter qu’après la mort subite de Münsterberg, certains des collègues qui l’avaient quitté en raison de son attitude « germanophile » pendant la guerre ont été consternés. Des personnalités comme William Stern (qui a écrit sa nécrologie) ont souligné que la psychologie venait de perdre l’un de ses noms les plus influents.

Hugo Münsterberg a contribué à donner à la psychologie de nouvelles et grandes possibilités. Ses progrès dans les domaines de la psychologie expérimentale, industrielle et médico-légale sont fondamentaux pour bon nombre des méthodes que nous utilisons aujourd’hui.

 

 

  • Moskowitz, M.J. (1977). Hugo Mnsterberg: A study in the history of applied psychology. American Psychologist, 32(10), 824-842. Doi:10.1037/0003-066X.32.10.824
  • Mnsterberg, H. (1915). On the witness stand: Essays in psychology and crime. New York, NY: Doubleday, Page & Company.doi:10.1037/10854-000
  • Porfeli, E. J. (2009). Hugo Mnsterberg and the origins of vocational guidance. The Career Development Quarterly, 57(3), 225-236.
  • Spillmann, J. L. (1993). The rise and fall of Hugo Mnsterberg. Journal of The History Of The Behavioral Sciences, 29(4), 322-338.
  • Stern, W. (1917). Hugo Mnsterberg: In memoriam. Journal Of Applied Psychology, 1 (2), 186-188. Doi:10.1037/h0074508.