George Orwell : biographie, manipulation du langage et totalitarisme

23 août 2019
George Orwell est connu comme l'un des grands écrivains qui ont consolidé le genre dystopique. Avec son roman inégalable, 1984, il a posé les bases de sa pensée en déplaçant le lecteur vers un point de vue plus critique.

George Orwell était un romancier, essayiste et journaliste britannique dont les romans La ferme des animaux et 1984 inscriront son nom dans les annales de la littérature. Son travail, basé sur ses expériences personnelles, se divise en trois parties distinctes : la lutte contre l’impérialisme britannique, le soutien au socialisme démocratique et une lutte finale contre les totalitarismes nazi et stalinien.

Orwell est l’un des plus importants essayistes des années 1940. Ses textes les plus importants sont fondamentalement centrés sur la lutte contre le fascisme. Profondément affecté par la guerre civile espagnole, à laquelle il a participé dans la lutte contre les franquistes, et son expérience pendant la Seconde Guerre mondiale, George Orwell a écrit contre les systèmes totalitaires et les dangers de la guerre.

Son roman 1984 est la conclusion de George Orwell sur les sociétés totalitaires. Le monde qu’Orwell recrée dans ce roman a donné naissance au terme orwellien, utilisé désormais pour définir de telles sociétés. Il y traite en effet des concepts tels que la manipulation du langage, le contrôle de l’esprit et l’abus de pouvoir. Grâce à la dystopie, il a réussi à façonner un avenir terrifiant que nous ne voudrions jamais atteindre.

Un halo de lumière sur 1984, oeuvre de George Orwell

Début de vie

George Orwell est en fait le pseudonyme d’Eric Arthur Blair. En effet, l’écrivain est né à Motihari, en Inde, en 1903. Son père était un agent britannique de l’opium dans la fonction publique indienne.

Le petit Eric a été envoyé avec sa mère en Angleterre quand il était encore très jeune, là, afin d’y être éduqué dans les meilleures écoles. Il a obtenu des bourses d’études pour les écoles de Wellington et aussi pour Eton.

Dans cette dernière école, le jeune George Orwell s’est fait des amis qui seront très influents pour ses premières publications. Ensuite, après avoir terminé ses études à Eton, il décide de rejoindre la police impériale indienne en Birmanie, où il restera cinq ans. Durant cette période, sa santé fut grandement affectée et il développa un profond rejet de l’impérialisme.

George Orwell et la guerre

Après avoir quitté la Birmanie, Orwell est retourné en Angleterre et commence à publier certains de ses écrits. Il s’est alors consacré à l’enseignement, mais a également travaillé pendant un certain temps dans une librairie, bien que son travail principal était l’écriture.

Plus tard, il s’installe chez une de ses tantes en France dans l’espoir de se consolider comme écrivain, mais son séjour dans l’hexagone est une autre déception. De retour en Angleterre, il décide, en 1933, d’adopter le nom de George Orwell pour ses romans. En 1936, il choisit de se rendre en Espagne pour lutter contre le fascisme pendant la guerre civile.

Bien que certains de ses amis, comme Hemingway, aient essayé de le dissuader, il est finalement arrivé à Barcelone à la fin de la même année. Idéaliste jusqu’au bout des ongles, il s’est alors battu devant Huesca, où il a reçu une balle dans le cou.

Sa participation à la guerre civile espagnole allait changer à jamais sa vision du monde. De retour d’Espagne, il a ensuite été hospitalisé dans un sanatorium anglais pour tuberculose grave.

Il s’est ensuite joint à la Garde nationale pendant la Seconde Guerre mondiale. Ses expériences et réflexions de ces années se reflètent dans son travail Chroniques du temps de la guerre. Il a travaillé pour la BBC sur des programmes visant à gagner le soutien de l’armée alliée des pays d’Asie de l’Est.

Peu avant sa mort, il épousa Sonia Brownell. George Orwell est décédé le 21 janvier 1950, souffrant de tuberculose. Cette maladie l’a maintenu à l’hôpital pendant les trois dernières années de sa vie.

Les totalitarismes et la corruption du langage

George Orwell croyait fermement que le totalitarisme et la corruption du langage étaient liés. Il a affirmé que le langage en politique déforme tous les concepts et événements, leur donnant d’autres formes.

Son ouvrage 1984 contient des messages très importants qui appuient ces idées. L’un d’eux est sa réflexion sur la façon dont le langage peut être modifié dans sa structure pour bloquer complètement toute pensée de désobéissance ou de rébellion. De même, la manipulation du langage est utilisée en politique dans le cadre de campagnes massives de manipulation psychologique.

Il a également écrit en profondeur sur la « double pensée ». Ou la capacité de soutenir deux idées contradictoires dans un même esprit, en même temps. Ainsi, dans son livre, 1984, cette dissonance cognitive est utilisée pour des concepts tels que le ministère de la Paix, qui est le lieu de la guerre, ou le ministère de l’Abondance, qui est chargé de contrôler la pénurie économique.

Un homme parlant et manipulant son ami

Sans aucun doute, pour George Orwell, le langage est ce qui structure la pensée humaine. Il est donc d’une importance vitale. Lorsque le contrôle du langage se centralise dans un organisme politique, ce dernier peut en effet se restructurer de manière à ce que personne ne puisse remettre en question le pouvoir absolu d’un gouvernement. C’est-à-dire le totalitarisme.

Parfois, la littérature ou même d’autres manifestations artistiques comme le cinéma permettent de transmettre un message fondamental à la population. En ce sens, la dystopie est un genre qui se prête énormément à ces réflexions.

En nous transportant dans un avenir désolant, mais qui nous rappelle notre présent, nous parvenons à porter un regard critique et objectif sur notre propre réalité. Comment pouvons-nous changer les choses ? Que pouvons-nous faire pour éviter ce terrible avenir ?

Orwell s’est révélé être un maître du genre et nous a offert l’une des meilleures œuvres dystopiques jamais écrites : 1984.

 

  • Rueda, Soriano (2010) Manipulation of language as a weapon of mind control and abuse of power in 1984. Rorueso blog. Recuperado de http://rorueso.blogs.uv.es/2010/10/28/manipulation-of-language-as-a-weapon-of-mind-control-and-abuse-of-power-in-1984/
  • Taylor, D.J. (2003) Orwell: The Life. Edited by Holt Paperbacks. ISBN-13: 978-0805076936
  • Hossain, Mozaffor. (2018). Language as the Device for Psychological Manipulation in George Orwell’s Nineteen Eighty-Four: a psycholinguistic analysis.