Exposition interoceptive dans le trouble panique

12 juillet, 2020
Le traitement de la panique est basé sur l'exposition à ses sensations physiques. Cependant, il doit être réalisé par un psychologue spécialisé pour atteindre le succès thérapeutique.
 

La panique ou les attaques de panique font partie de cette liste de raisons fréquentes pour lesquelles les gens viennent en consultation. Normalement, ces patients sont pris en charge par des médecins de soins primaires. Et s’il n’y a rien d’organique ou de physique à l’examen, ils sont référés au spécialiste en psychologie clinique. Ces cas pourraient bénéficier d’une exposition interoceptive.

À d’autres moments, la plupart en raison du manque de professionnels, ils sont traités avec des antidépresseurs ou des anxiolytiques, sans que cela n’entraîne une amélioration substantielle du problème.

Plus précisément, le DSM-5 nous parle d’un épisode de peur ou d’inconfort intense qui s’accompagne d’un sentiment de danger ou de mort imminente avec une envie de s’échapper. Il démarre brusquement et atteint son apogée dans les 10 premières minutes. Il doit s’accompagner d’au moins 4 ou plus des 13 symptômes notés.

Les patients souffrant de crises de panique sont victimes d’une série de symptômes très désagréables. Le répertoire des visages avec lesquels l’anxiété peut se présenter est vaste et plusieurs d’entre eux peuvent apparaître dans le cadre d’une crise de panique.

 

Ces symptômes peuvent être les suivants :

  • Palpitations ou tremblements cardiaques : le symptôme le plus fréquent
  • Transpiration
  • Tremblements
  • Sensation d’étouffement
  • Oppression thoracique
  • Nausées
  • Instabilité ou vertiges
  • Déréalisation ou dépersonnalisation
  • Peur de perdre le contrôle ou de devenir fou
  • Peur de mourir
  • Paresthésies
  • Sensations de frissons
  • Bouffées de chaleur

Ces symptômes, qui ne sont rien d’autre que des manifestations de l’anxiété elle-même, sont ressentis avec un inconfort très intense. Car ils sont souvent attribués à des symptômes physiques ou à une mort imminente. Imaginez que tout à coup, vous avez l’impression que votre cœur « sort de votre bouche ». Vous vous évanouissez, vous transpirez de façon incontrôlable ou vous avez l’impression d’étouffer.

La chose la plus normale est que vous pensez que quelque chose de mal vous arrive. Serait-ce une crise cardiaque ? Vais-je mourir ? Suis-je devenu fou ?

Si vos pensées vont dans ce sens, ce qui arrivera inévitablement, c’est que ces sentiments de peur se renforceront. C’est ce qu’on appelle la phobie ou la peur de la peur. Pour cette raison, le traitement doit viser l’interprétation et la tolérance de ces sensations physiques, afin qu’elles ne s’intensifient pas. Nous approfondissons ce sujet ci-dessous.

 
Trouble panique et exposition interoceptive

Comment fonctionne l’exposition interoceptive ?

Dans le cadre de tout trouble anxieux, la technique de choix est presque toujours l’exposition. Mais nous nous placerions du côté du réductionnisme si nous ne disions rien d’autre. Bien que l’exposition soit une technique facile à décrire théoriquement, elle peut ne pas être facile à appliquer. De plus, elle présente une multitude de modalités en fonction du problème rencontré.

L’exposition dans une phobie du vol, qui se fait généralement en imagination ou à travers la réalité virtuelle, n’est pas la même que dans un trouble panique, qui se fait de manière interoceptive.

Même technique, même objectif, mais procédures différentes. Par conséquent, il est extrêmement important que le traitement soit effectué par un psychologue spécialisé. Si ce n’est pas fait de cette façon, non seulement le problème ne peut pas disparaître, mais il peut même s’aggraver et augmenter la sensibilité.

 

L’objectif de l’exposition est de s’habituer au stimulus phobique. Ce stimulus peut être quelque chose de particulier, comme cela se produit dans des phobies spécifiques. L’habituation est un processus physiologique qui se produit lorsque la personne ressent par elle-même comment le stimulus phobique n’a pas les conséquences qu’elle pensait initialement ressentir.

Dans le cas d’une exposition interoceptive, le fait que le patient s’expose à ces sensations physiques sans adopter de comportement de sécurité couvrant l’inconfort (prendre des anxiolytiques, être avec un membre de la famille, boire de l’eau, porter des lunettes de soleil…) fonctionne en ce sens que la personne intériorise que ces sensations ne sont que cela, des sensations.

Nous ne leur accordons pas plus de valeur que cela parce que nous ne pouvons pas voir comment ces prémonitions qui nous ont dit que nous allions avoir une crise cardiaque n’ont aucun fondement. En effet, elles ne se produisent jamais.

 

Par conséquent, le clinicien, en consultation et également à l’extérieur, devrait encourager le patient à provoquer volontairement des sentiments de panique. De plus, il est de la plus haute importance de ne pas adopter de comportement qui gêne l’exposition ou facilite l’évitement.

Le traitement par l'exposition interoceptive

Exercices

En général, la procédure consiste à générer des symptômes pendant environ une minute. Au moyen d’exercices qui tentent d’imiter les symptômes les plus courants et les plus redoutés d’une crise d’anxiété caractéristique du patient. Les stratégies les plus courantes pour y parvenir sont :

  • Hyperventiler intentionnellement : cela provoque des étourdissements, une déréalisation, une vision trouble et des étourdissements
  • Tourner sur une chaise pivotante : l’objectif est de provoquer des étourdissements et une perte d’orientation
 
  • Respirer à travers une canule : cela provoque une dyspnée et une sensation d’étouffement due à la restriction de l’air
  • Retenir son souffle : cela provoque une sensation d’étouffement
  • Courir sur le site de l’exposition : cela provoque une augmentation de la fréquence cardiaque, de la respiration et de la transpiration
  • Tension des zones musculaires : elle provoque une sensation de tension et d’hypervigilence
  • Secouer la tête d’un côté à l’autre : cela provoque des vertiges et des tensions dans le cou

L’induction de ces symptômes doit être réalisée entre 3 et 5 fois par jour. La fréquence varie selon les cas. D’autre part, il est plus important de bien faire l’exposition que de mal faire à plusieurs reprises, jusqu’à ce que, grâce à l’habituation, le patient commence à voir comment le niveau d’anxiété est réduit à des niveaux dans lesquels il est capable de la contrôler.

Le patient apprend qu’il ne faut pas craindre ces signaux internes. En effet, ils ne s’associent à aucun type de menace. En fait, il peut délibérément les provoquer.

 

Dans les phases de traitement plus avancées, le patient cesse de pratiquer ces exercices et effectue des exercices plus « naturels » dans son environnement quotidien. Par exemple, faire de l’exercice physique, marcher vite, monter les escaliers, entrer dans des saunas… Dans ce cas, les exercices ne devraient pas durer plus de 3 minutes.

Bien que l’exposition interoceptive soit un traitement très efficace pour les attaques de panique, nous devons prioriser le cas que nous avons et vérifier s’il est nécessaire d’ajouter une autre technique ou d’effectuer d’autres traitements alternatifs.

Certains patients rejettent ce type d’exposition car ils se sentent incapables de la maintenir jusqu’au point où l’habituation commence. Ce qui, bien sûr, doit avoir la priorité dans l’intervention auprès d’un patient paniqué. C’est la relation thérapeutique basée sur l’empathie et la compréhension.

Deuxièmement, la psychoéducation est essentielle. Lorsque le patient comprend ce qui lui arrive et reconnaît le cercle vicieux de son anxiété, il est beaucoup plus enclin à accepter l’exposition.

 

 

  • American Psychiatric Association (APA) (2014). Manual de Diagnóstico y Estadísitico de los Trastornos Mentales, DSM5. Editorial Médica Panamericana. Madrid.
  • Vallejo, P, M.A. (2016), Manual de Terapia de Conducta. Editorial Dykinson-Psicología. Tomo I.