Être heureux, ça se décide

· 31 mars 2015

Combien de fois vous êtes-vous dit que votre journée allait être triste car il menaçait de pleuvoir ou tout d’un coup le ciel s’assombrissait ?
Et il en irait de même pour un jour de grande chaleur ou un jour de changement d’heure : on est apparemment capable de reconnaître chacune de nos baisses de moral, même les plus insignifiantes.

Etre heureux, c’est un choix. On peut être heureux même si on ne mène pas la vie dont on rêve. Là, certains répondront qu’un tel raisonnement est conformiste, mais c’est pourtant clair : ne gagne-t-on pas plus à être positif que négatif ?

On peut être heureux à partir du moment où on prend la décision de l’être, et où on a conscience que, peu importe ce qui pourrait arriver, il y aura toujours quelque chose qui comptera pour nous, qui nous motivera, et qui nous rendra heureux dans une certaine mesure.
Et, »dans une certaine mesure », c’est déjà mieux que rien, non ?

L’amour est peut-être la chose qui nous rend le plus malheureux, parce qu’on peut se sentir incompris par la personne que l’on aime, ou on peut se rendre compte que le temps passe et qu’on a toujours pas trouvé notre moitié.

La solitude aussi peut nous miner le moral : on peut parfois se sentir si seuls au milieu des autres ! Mais on peut aussi travailler sur nous-mêmes afin de se sentir complet, car on est aussi heureux que l’on veut bien l’être.

C’est incroyable à quel point notre tête peut parfois avoir une influence sur notre coeur, par exemple lorsque l’on décide de combler les manques dont on peut souffrir dans nos relations, ou encore lorsque l’on se rend compte que l’amour est quelque chose de compliqué, et que l’on ne doit pas essayer de changer l’autre mais tout simplement l’aimer.
C’est comme ça que l’on peut avoir une chance d’être heureux ; lorsque l’on s’approche vraiment du bonheur.

C’est à partir du moment où on arrive à sourire même quand tout va mal et à avoir conscience que finalement tout tend à changer un jour ou l’autre que l’on peut considérer avoir fait un pas de plus vers le bonheur, et pas des moindres.

Si l’amour vient, alors pourquoi s’obstine-t-on à trouver des défauts à la relation, ou à la personne avec qui on entretient cette relation ? C’est en prenant en compte notre propre vulnérabilité et en ayant conscience du fait que personne n’est parfait, que l’on peut être heureux tout en étant imparfait.

Et même si l’amour ne vient pas, pourquoi s’enfermer dans le pessimisme ?
L’amour se présente à nous quand on s’y attend le moins. Alors, peut-être devrions-nous prêter davantage attention à ce qui nous entoure, car parfois on voit les choses sans les regarder vraiment. Ce qu’on cherche peut être plus près de nous que ce que l’on croit.

Il faut savoir accepter chaque jour qu’il nous est offert de vivre, car la plupart des choses qui peuvent nous rendre heureux attendent que l’on se décide à les vivre…
Et comme c’est moins dans notre coeur que dans notre tête que ça se passe, il faut changer notre façon de voir la vie, et la vivre comme elle vient, car il y aura toujours quelque chose qui la rendra meilleure, même si vous vous obstinez à penser le contraire…

Alors, pourquoi attendre un jour de plus pour être heureux ? Pourquoi ne pas être heureux dès maintenant ?