En thérapie, que faire lorsque le patient ne fait pas ses exercices ?

12 juillet 2019
Toute thérapie implique des exercices à réaliser par le patient. Or, tous les patients ne sont pas disposés à les effectuer.

Les résistances des patients qui viennent en thérapie sont des attitudes. Des comportements. Ou encore des cognitions. Tout autant d’éléments qui peuvent retarder ou empêcher le changement thérapeutique. Certaines de ces résistances se présentent dans une première étape d’évaluation. Dans ce cadre, le patient peut, par exemple, remettre en question le traitement proposé. Refuser de parler sincèrement. Répondre aux questions du thérapeute de manière brève et avec très peu d’information. Réfuter constamment le professionnel en raison de son jeune âge ou de son expérience. Ou encore ne pas faire ses exercices.

Ces résistances se définissent souvent par des interventions inadaptées au stade de la motivation dans lequel se trouve le patient. Pourtant, un grand nombre de thérapeutes choisissent de mettre toute la responsabilité sur les épaules du patient. Faisant alors allusion à la passivité, à l’obstination ou à l’intérêt pour le boycott de la thérapie.

Les résistances sont l’affaire du thérapeute

Le thérapeute peut, sans aucun doute, mettre fin à la thérapie s’il constate qu’elle n’est plus bénéfique pour le patient. Cependant, supposer que le patient ne veut plus ou ne peut plus être traité en séance sur la base des résistances qu’il présente n’est pas la façon la plus adaptée d’agir.

Depuis l’approche motivationnelle en thérapie -que l’on peut observer par exemple dans l’entretien de motivation, basé sur l’adaptation du style de thérapie aux différentes étapes du changement du patient- on assure que les résistances de l’individu sont des problèmes du thérapeute, et non du premier.

Pour cette raison, plutôt que de se dire que le patient refuse le traitement et qu’il ne va pas s’améliorer, la meilleure chose à faire serait de recueillir ces résistances. Et de réfléchir à ce qui a amené le patient à ériger des obstacles au changement. Il peut s’agir du type de thérapie. Ou du fait que le travail qui y effectué n’est pas adapté aux caractéristiques de la personne.

C’est pourquoi il est bon d’exposer le problème en séance, car la sincérité et l’authenticité sont particulièrement importantes pour établir une bonne relation thérapeutique et trouver des solutions à la résistance qui surgit.

séance de thérapie

Exemple de résistance : l’âge du thérapeute

La situation qui peut nous préoccuper est que le patient remette en question le professionnalisme du thérapeute. Et ce car il n’a pas les cheveux gris, une moustache épaisse ou ne porte pas de costume. Ce qui peut rester un simple commentaire au début du traitement, peut par la suite devenir une résistance, dans laquelle le patient interroge le psychologue, met en doute ce qui est soulevé en séance, à savoir si cela sera d’une certaine utilité ou estime que l’âge du thérapeute est insuffisant pour travailler sur certaines questions, des questions relatives aux enfants avec des problèmes sexuels ou des problèmes de couple.

S’attaquer à la contrariété et utiliser certaines stratégies, comme celles dont il a été question plus haut, peut transformer des attentes apparemment complexes en matière de traitement en une occasion de renforcer l’alliance thérapeutique.

Certaines des stratégies proposées par Labrador (2011) dans son manuel Situations difficiles en thérapie visent à expliquer le problème et à interroger le patient sur ses réserves et sur les compétences qu’il croit ne pas avoir. De plus, nous vous recommandons également de rechercher les forces de la jeunesse du thérapeute. Comme la motivation ou le contact avec les plus récents progrès psychologiques en quittant un milieu scolaire.

Que peut-on faire pour que le patient fasse ses auto-enregistrements pour la thérapie ?

Pendant l’évaluation et l’intervention elle-même, le patient peut ne pas remplir ses devoirs. Même les plus élémentaires, comme un simple auto-enregistrement (AR), sont très importants, car ils sont nécessaires pour l’analyse fonctionne et l’élaboration d’un plan de traitement.

Pour cette raison, il est extrêmement important de s’assurer que le patient apporte ses auto-enregistrements chaque semaine. Voici quelques stratégies pour y parvenir :

  • Ne pas présumer que le patient a compris notre explication sur la façon de s’auto-enregistrer. Il se peut que nous n’ayons pas été clairs ou que notre langage n’ait pas été adapté aux besoins de l’individu. Par conséquent, si nécessaire, expliquez à nouveau l’exercice
  • Motiver et influencer la valeur de l’exercice : insister sur le fait que les AR, bien qu’utiles pour nous, ont en fait de la valeur pour eux, et que ne pas le faire va à l’encontre de ce qu’ils veulent réaliser
  • Assurez-vous que vous demandez correctement l’AR au patient. Ne dites pas « vous devez terminer les AR, apportez-les moi demain ». Préférez motiver votre patient et souligner que les exercices servent aussi bien au patient qu’au thérapeute
  • Assurez-vous que le soutien et le matériel nécessaire à la réalisation de l’AR sont adaptés. Les niveaux éducatifs et socioculturels de nos patients peuvent différer les uns des autres. Et bien qu’il soit normal de penser qu’un crayon et un bout de papier sont des outils que chacun sait utiliser, ce n’est pas du tout le cas :
    • Il y a des gens qui, en raison de leur profession, ne peuvent pas emporter un bout de papier avec eux partout où ils vont ; d’autres ne sont pas éduqués dans l’art d’écrire, et cela peut être quelque chose qui les rend anxieux et c’est pourquoi ils ne veulent pas le faire. D’autres peuvent être tellement distraits qu’ils ne pensent même pas à écrire pendant la journée. Et quand ils commencent à écrire la nuit, ils oublient tout
    • Par conséquent, d’autres options telles que l’écriture des AR sur le portable, leur enregistrement ou l’utilisation d’applications telles que Mentalcheck ou Self-Monitoring peuvent être très utiles pour nous aider à traverser la barrière des AR incomplets et être en mesure de faire une évaluation exceptionnelle
  • Mettre en place des aides extérieures. Par exemple, si le patient oublie de remplir son RA, on peut lui envoyer un message dans la semaine. En guise de rappel. Il est aussi possible de mettre en place une série d’alarmes thérapeutiques. Ou de créer des rappels à placer à des endroits visibles

patient et son thérapeute

Conditionner la thérapie en dernier recours

Si en faisant tous ces ajustements, le patient n’apporte toujours pas les AR et ne semble pas y voir de problème grave qui en soit la cause, en dernier recours nous pouvons confronter le patient et conditionner la thérapie pour faire en sorte qu’il effectue ses AR pour la semaine suivante.

Conditionner la thérapie consiste à appeler le patient la veille du rendez-vous et à lui demander s’il a fait ses AR. Si la réponse est non, la session du lendemain n’aura pas lieu. Et ainsi de suite. Bien sûr, il faut considérer cela comme un dernier recours. Car bien que les AR soient essentiels à la pratique clinique, de nombreux patients ne peuvent reporter le traitement en raison de la nature de leurs difficultés.

L’objectif final de toutes ces interventions consiste à fournir au patient la thérapie la plus appropriée. La plus efficace et la plus utile. Il faut la mettre en pratique lorsqu’on considère une exercice indispensable. Il est possible de changer le type d’exercice ? Ou de l’éliminer et de chercher d’autres moyens pour atteindre notre objectif ? Ce sera alors l’option la plus recommandée.

 

  • Labrador, F. (2011). Situaciones difíciles en terapia. Madrid: Pirámide.