Elisabeth Kübler-Ross : ses leçons sur la mort

08 décembre, 2020
Lorsque nous atteignons la fin de la vie, c'est lorsque nous voyons les choses plus clairement. Elisabeth Kübler-Ross nous a non seulement laissé un héritage précieux pour comprendre la mort, mais elle a également introduit des techniques de soins palliatifs pour honorer les mourants.

Elisabeth Kübler-Ross a changé la façon dont l’Occident observait, traitait et comprenait la mort. Elle l’a humanisée et a introduit les soins palliatifs.

Kübler-Ross nous a également appris à y faire face avec sa fameuse théorie sur les phases de deuil et nous a rappelé que cette fin n’était pas si terrible pour ceux qui partaient. Elle nous a laissé un héritage indéniable, toujours très présent.

Cette psychiatre d’origine suisse a été honorée dans 28 universités. Dans un documentaire qui montrait une grande partie de son travail, le monde a pu voir comment elle accompagnait les enfants mourants et ceux en phase terminale dans leurs derniers moments. Le soulagement et l’espoir qu’elle apportait à ceux qui partaient et restaient a marqué l’histoire.

Elle a même été surnommée la “mère de la mort”. Mais en réalité, elle était la “mère de la vie”. Car s’il y a quelque chose qu’elle nous a appris, c’est que la perte humaine fait partie de notre existence.

La clé est de profiter pleinement de chacune de nos journées en apprenant à honorer ces moments où les gens entreprennent un voyage vers un autre monde. Un monde qui, selon Elisabeth Kübler-Ross elle-même, est plein d’amour et de lumière.

“Les mourants ont toujours été des professeurs de grandes leçons. Car c’est lorsque nous sommes poussés vers la fin de la vie que nous la voyons le plus clairement. En partageant leurs leçons avec nous, les mourants nous apprennent beaucoup sur l’immense valeur de la vie elle-même.”

-Elisabeth Kübler-Ross-

Une photo d'Elisabeth Kübler-Ross.

Elisabeth Kübler-Ross : la femme qui a forgé sa propre carrière

“Vous pouvez être secrétaire ou servir dans une maison, mais vous n’étudierez jamais la médecine.” C’est ce que le père d’Elisabeth Kübler-Ross lui a dit lorsqu’elle lui a raconté son rêve d’être médecin alors qu’elle avait un peu plus de 8 ans.

Elisabeth Kübler-Ross est née le 8 juillet 1926 à Zurich et était la plus petite et la plus fragile des trois triplés, mais cela ne l’a pas empêchée de quitter son domicile le jour de ses 16 ans. La résistance paternelle n’allait pas mettre de murs à ses vœux. Elle a suivi son propre chemin dans la solitude.

Elle a fait du bénévolat pendant la Seconde Guerre mondiale dans les hôpitaux et auprès de réfugiés. À la fin de la guerre, elle a réussi à obtenir son diplôme de médecine à l’Université de Zurich et a rencontré un médecin américain. Elle l’a épousé et ils ont déménagé aux États-Unis, où elle a réussi à se spécialiser en psychiatrie à l’Université du Colorado.

Le besoin d’Elisabeth Kübler-Ross de donner de la dignité aux mourants

Une fois arrivée aux États-Unis, Elisabeth Kübler-Ross a été choquée par le manque de soins psychologiques pour les personnes en phase terminale, en particulier les enfants. Elle était également consciente du manque d’insouciance et de sensibilité envers les mourants. Kübler-Ross a voulu changer tout cela et a ainsi commencé une révolution nécessaire.

  • Elle a été une pionnière dans l’établissement des fondements modernes des soins palliatifs. Dans son livre On Death and the Dying (1969), elle expose le modèle de Kübler-Ross qui a ensuite été appliqué dans plusieurs hôpitaux.
  • Elle a également introduit une nouvelle matière à l’Université de Chicago dans laquelle elle enseignait la compréhension du processus de la mort et la nécessité de soutenir les personnes en phase terminale. Dans ces classes, des personnes malades venaient apporter leur témoignage.

Grâce à ces cours, elle a établi et défini les étapes par lesquelles une personne en phase terminale passe. Ces étapes sont les suivantes : le déni, la colère, la négociation, la dépression et l’acceptation.

“Quand nous avons accompli la tâche que nous sommes venus accomplir sur Terre, nous sommes autorisés à quitter notre corps qui emprisonne notre âme comme le cocon de soie renferme le futur papillon. Le moment venu, nous pouvons partir et être libérés de la douleur, de la peur et des souci ; libres comme un beau papillon.”

-Elisabeth Kübler-Ross-

Prendre soin des familles et pleurer la perte

Elisabeth Kübller-Ross a aidé des milliers de familles. Elle l’a fait en proposant des stratégies pour accompagner la personne dans l’agonie et sur le lit de mort avec dignité. Et pour faire face à la perte, il y a son modèle classique du deuil qui a facilité la gestion des émotions qui surgissent pendant cette expérience. .

De plus, son travail a encouragé la création de multiples fondations pour favoriser une mort digne. Elle a même essayé de créer un hospice pour les enfants touchés par le sida. Mais comme c’étaient les premières années de l’épidémie, elle a dû faire face à nombreuses critiques et à de nombreux obstacles pour le mener à bien…. Une épine dans son cœur.

Le Dr Kübler-Ross a écrit plus de 20 livres sur la mort. Elle a parcouru le monde pour lui donner des ateliers “Vie, mort et transition”. Les revenus qu’elle gagnait étaient entièrement investis dans l’organisation de retraites pour aider les gens à surmonter leurs pertes, à faire face à la maladie, à leurs peurs et à leurs angoisses de fin de vie.

Elisabeth Kübler-Rosse : accepter la mort.

Kübler-Ross : la mort comme aube, un passage à une autre étape

L’un de ses livres les plus controversés est sans aucun doute Death, A Dawn. Dans cet ouvrage, elle affirme que la mort correspond simplement au passage à un nouvel état de conscience. C’est transcender vers un état plein d’amour et de bien-être indescriptible… De là, commence un voyage de croissance spirituelle.

Ce point de vue a été critiqué par la communauté scientifique. Si ses modèles de soins palliatifs et de gestion de la perte et de la maladie ont été bien accueillis et promus, ce n’a pas été le cas de sa vision spirituelle de ce qu’était la mort.

Malgré cela, nombreuses sont les personnes qui soutiennent cette idée, et qui se sentent réconfortées par cette vision. Ses leçons rassurantes et encourageantes sur la mort et la vie sont sans aucun doute encore très présentes aujourd’hui.

  • Kübler-Ross, Elisabeth (2005) La muerte un amanecer. Luciérnaga
  • Kübler-Ross, Elisabeth (2001) Sobre la muerte y los moribundos. Luciérnaga
  • Kübler-Ross, Elisabeth (199) Sobre la muerte y el dolor. Luciérnaga
  • Kübler-Ross, Elisabeth (2003) La rueda de la vida. Luciérnaga