Education inclusive : une valeur sûre

09 avril, 2020
L'éducation vise à permettre à chacun de participer activement au processus de formation. Des élèves, en passant par les enseignants, les parents et la société dans son ensemble.

Selon la Déclaration de Salamanque de l’UNESCO de 1994, l’éducation inclusive implique l’accueil de toutes les personnes, quelles que soient leurs conditions physiques, intellectuelles, sociales, culturelles ou de genre, dans un système éducatif qui réponde à leurs besoins individuels.

C’est un objectif qui intègre et engage la communauté dans son ensemble. Ainsi, cela inclut les étudiants, les enseignants, la famille, les autorités locales et l’environnement. C’est le travail de chacun, qui garantit le respect des droits de l’Homme et de la démocratie. Ainsi, elle revendique essentiellement le droit de l’enfant à l’éducation, à l’égalité des chances et à la non-discrimination ou l’exclusion en raison d’un handicap (1).

L’éducation inclusive vise à permettre à chacun de participer activement à la fois à la société et à l’éducation. De cette façon, l’éducation inclusive représente une sorte de transformation des systèmes et centres éducatifs. Le but de cette transformation est de répondre aux besoins des étudiants (2).

L’objectif est de promouvoir la promotion et l’acceptation de la diversité en tant que valeur fondamentale de l’apprentissage. Ainsi, on pourrait dire que l’éducation inclusive représente un processus et un défi en matière de droits de l’Homme (2).

Une enseignante mettant en place dans sa classe l'éducation inclusive

Éléments de l’éducation inclusive

Selon l’auteur Ainscow, les quatre éléments de l’éducation inclusive sont (2):

  • L’ inclusion dans un processus doit être considérée comme une solution pour trouver des moyens de répondre efficacement à la diversité. Cela implique d’apprendre à vivre avec la différence et à accepter la diversité comme une valeur positive dans l’apprentissage
  • L’inclusion se concentre sur l’identification et l’élimination des obstacles qui limitent l’apprentissage et la participation des élèves handicapés. Cela implique d’évaluer et de planifier les améliorations des politiques, des pratiques éducatives et de la culture scolaire
  • Cette inclusion accorde également une attention particulière aux groupes d’élèves risquant d’être exclus, marginalisés ou risquant de ne pas atteindre des performances optimales
  • L’inclusion est considérée comme la participation, l’assiduité et la performance de tous les élèves

Besoins éducatifs spéciaux

Ce concept découle de l’ attention portée aux différents types de handicaps qui nécessitent la participation de professionnels dûment formés. Ceux-ci doivent disposer des soutiens nécessaires pour mener à bien le processus scolaire.

Cependant, il semble que, malgré des avancées, la réalité du système éducatif est loin de répondre efficacement aux besoins des personnes handicapées au sein de l’école ordinaire (2).

Normal et anormal

Historiquement, les personnes handicapées ont été isolées. Une distinction est faite entre les enseignants pour enseigner aux enfants sans handicap identifié et les enseignants formés pour s’occuper des élèves handicapés.

Il s’agit d’un modèle éducatif distinct, qui répond aux conceptions pédagogiques, psychologiques et médicales des XIXe et XXe siècles. Il semble que celles-ci aient influencé les pratiques éducatives qui conduisent à considérer le handicap comme une anomalie (4).

Cette conception de la normalité-anomalie fait de l’éducation spéciale un lieu privilégié. On y développerait des méthodes et des évaluations pour les “handicapés”. Avec cela, les personnes handicapées sont floues, ce qui les éloigne de leur condition sociale en tant que sujets à part entière, avec un potentiel de développement, en tant que citoyens, etc. (5).

Les aspects de l'éducation inclusive

Aspects nécessaires de l’éducation inclusive

Selon les auteurs Muñoz et Martuny, une véritable éducation inclusive doit prendre en compte les aspects suivants (6) :

  • La diversité des styles d’apprentissage : nous n’apprenons pas tous la même chose, et il est donc nécessaire de générer des stratégies créatives qui améliorent les compétences des élèves
  • La diversité est une variable fondamentale : sa valeur est également positive. Vous ne pouvez pas vous permettre de transformer la différence en désavantage tout au long du processus éducatif.
  • Il existe également une diversité de rythmes : nous avons tous des époques et des différences dans l’assimilation du contenu et de l’apprentissage. En ce sens, les calendriers rigides sont un moyen efficace de créer des inégalités, favorisant l’exclusion
  • Il existe également une diversité d’intérêts, de motivations et d’attentes concernant l’apprentissage scolaire
  • Parallèlement, il est nécessaire de prendre en compte la diversité des capacités et des taux de développement. Toutes les personnes développent spécifiquement des potentialités différentes, sans en établir une hiérarchie fermée. Chaque élève, quelles que soient ses caractéristiques, est capable d’agir, d’être intéressé, d’acquérir des connaissances et d’apprendre. Cependant, il faut comprendre que tous ont besoin d’aide, de temps, de ressources et de contextes d’apprentissage adaptés à leurs besoins (6).

Comme nous l’avons vu, l’éducation inclusive peut être définie comme une éducation de qualité pour tous les élèves, quelles que soient leurs caractéristiques sociales, personnelles, culturelles ou de genre. Ainsi, il semble nécessaire de développer ce type d’enseignement à l’avenir, en favorisant l’apprentissage dans lequel plus de ponts sont construits et moins de frontières sont marquées.

 

  1. Unesco. (1994). Declaración de Salamanca y Marco de acción para las necesidades educativas especiales. http://www.unesco.org/education/pdf/SALAMA_S.PDF, 49. UNESCO: http://www.unesco.org/education/pdf/SALAMA_S.PDF
  2. Tosi, I., Peláez, L., Larrañaga, M., Saavedra, E., & Baeza, E. (2016). Educación inclusiva y vida independiente= Inclusive education and independent living. UNIVERSITAS. Revista de Filosofía, Derecho y Política, 134-164.
  3. Ainscow, M. (2003). Desarrollo de Sistemas Educativos Inclusivos. Ponencia a presentar en San Sebastián. Estados Unidos: The University of Manchester: http://sid.usal.es/idocs/F8/FDO6565/mel_ainscow.pdf
  4. Martínez, M. E. (2008). Pedagogía de la Diversidad. Argentina: Universidad Nacional de la Plata. http://www.memoria.fahce.unlp.edu.ar/programas/pp.760/pp.760.pdf
  5. Lunardi, M. L. (2001). Inclusão/exclusão: duas faces da mesma moeda. Cadernos de Educação Especial, 2(18), 1-5.
  6. Muñoz, E., & Maruny, L. (2000). Respuestas Escolares. Educar en la Diversidad. Programa Diversidad y Escula Comprensiva: http://antoniopantoja.wanadooadsl.net/recursos/varios/resp_esco.pdf, 7. http://antoniopantoja.wanadooadsl.net/recursos/varios/resp_esco.pdf