Donner toujours le meilleur de soi peut être épuisant

Donner toujours le meilleur de nous-mêmes et montrer notre meilleure version peut être épuisant. De temps en temps, il est conseillé d'adopter une attitude plus conservatrice. Vous n'êtes pas obligé de vous donner à 120% chaque jour.
Donner toujours le meilleur de soi peut être épuisant
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 22 décembre, 2022

Si vous avez pris l’habitude de toujours donner le meilleur de vous-même, le jour viendra peut-être où vous “fatiguerez”. Lorsqu’une personne a utilisé plus de ressources qu’elle n’en a réellement, un phénomène se produit semblable à celui d’un élastique qui, au cours d’une saison, peut être étiré mille fois. Cependant, tôt ou tard, l’usure est si élevée que la casse inévitable et soudaine arrive.

Nous vivons dans une société qui vend l’idée de s’améliorer comme une bonne chose. Nous devons réagir et agir au-delà de nos ressources jour après jour. Tout donner, être efficace et hyperproductif 24h/24 et 7j/7. Il est vrai qu’à certains moments, le dépassement permet de développer de nouvelles compétences personnelles.

Il est également vrai que cet exercice, cet effort et cette transformation sont un moyen d’atteindre des objectifs et de conquérir des rêves. Cependant, le cerveau, comme le corps, n’est pas fait pour le surmenage continu. L’exercice constant d’amélioration est en fait une exposition continue au stress et à une demande excessive.

Et ce n’est pas toujours bon ou sain.

Ceux qui sont obsédés par l’idée de toujours offrir la meilleure version d’eux-mêmes ne tolèrent pas les erreurs et conduisent à une auto-exigence excessive.

Profil d'un homme fatigué de toujours donner le meilleur de lui-même

Jusqu’où êtes-vous prêt à aller ?

Si vous avez donné 100 % aujourd’hui… pourquoi ne pas essayer un peu plus fort demain et donner 120 % ? De nombreux gourous du monde de l’auto-amélioration nous exhortent à performer chaque jour au-dessus de nos possibilités. En fin de compte, comme on dit, les limites sont mentales et vous pouvez arriver où vous voulez si vous faites de votre mieux. Tous ces messages très appréciés et vendus cachent de petits pièges.

La vérité est que nous lisons et écoutons des idées de ce type depuis de nombreuses années. À tel point qu’une bonne partie de la population suppose que pour s’améliorer dans n’importe quel domaine, que ce soit professionnel, travail ou apprentissage, il suffit de travailler très dur et de faire de son mieux. On oublie que le repos et les soins personnels doivent également être inclus dans cette variable.

De plus, la nécessité de toujours donner le meilleur de nous-mêmes est aussi une manière de nous boycotter. C’est bien de le faire à certains moments. Mais celui qui applique cette règle de manière obsessionnelle tombe dans l’auto-exigence, dans le besoin néfaste de toujours proposer la meilleure version, de tout faire impeccablement, sans se permettre l’erreur.

Nous ne pouvons pas toujours avoir tout ce que nous voulons ou être qui nous voulons. Accepter que nous sommes faillibles et humains est ce qui nous rapproche de l’équilibre et du bien-être.

Le danger des hautes performances : les autres s’habituent au fait que vous pouvez tout gérer

Il est possible que vous apparteniez à ce profil de haute performance qui essaie de se donner à 200 % dans tout ce que vous faites. Vous pouvez être hyperproductif, très exigeant avec vous-même et même la personne la plus attentionnée et disponible au monde pour ceux qui le veulent et en ont besoin. Vous donnez tout pour n’importe qui, pour votre travail et laissez votre sceau d’excellence dans tout ce que vous faites.

Maintenant, le problème avec le fait de toujours donner le meilleur de vous-même, c’est que les autres se sont habitués à ce quota d’efforts. Ils n’attendent rien de moins de vous. Et les attentes qu’ils ont envers vous sont un autre élément de pression incontestable sur votre cerveau. Non seulement il y a cette exigence de fer que vous vous fixez (l’interne), il y a aussi l’exigence sociale (l’externe).

Devoir se dépasser, s’efforcer au-delà de ses ressources et de ses possibilités presque tous les jours est une forme de souffrance silencieuse que l’on n’admet pas tant qu’on n’a pas atteint la limite. Jusqu’à ce que tu casses. De plus, des recherches de l’Université Curtin indiquent que cette forme d’auto-exigence est associée à des troubles anxieux.

Ne pas toujours donner le meilleur de soi, c’est bien aussi

Tous les jours ne sont pas ensoleillés. Vous n’obtenez pas toujours un dix en maths. Parfois, la personne que nous aimons nous rejette et nous trébuchons même trois fois sur la même pierre. Les jours gris existent et la pluie est aussi nécessaire, tout comme se permettre d’être faillible. Ne pas donner 200% de nous-mêmes à chaque instant et circonstance est un exercice sain ; Même si beaucoup pensent le contraire.

Nous sommes des personnes, des organismes qui ont besoin de conserver leur énergie et de ne pas agir chaque jour et chaque heure au-delà de leurs ressources. De plus, ce genre de performance n’est même pas possible dans le monde de la technologie. Nos téléphones portables et nos ordinateurs ont aussi une limite, ils ont besoin de se recharger en énergie et qu’on en fasse bon usage pour qu’ils aient une durée de vie utile.

Pourquoi ne faisons-nous pas la même chose avec nous-mêmes ? Ne pas toujours donner le meilleur de vous-même est également acceptable. Il y a des jours où votre énergie n’atteint que 50 % et c’est permis. Vous pourrez peut-être offrir 110 % demain, mais pas aujourd’hui. Comprendre que nous avons des limites et que nous devons les respecter, c’est aussi la santé.

Femme souriante pour toujours donner le meilleur de vous

La nécessité de redéfinir l’amélioration de soi

L’auto-amélioration a un seul but et c’est de médiatiser notre bonheur, pas notre souffrance. Faire un effort, donner le meilleur de soi à un moment précis pour atteindre un objectif ou surmonter une difficulté est légal et nécessaire. Essayons cependant de ne pas vivre avec la pression d’aller toujours un peu plus loin que ce que nous sommes ou avons déjà.

L’obligation constante de s’améliorer nous conduit à vivre dans le vide de l’insatisfaction. Aussi se sentir mal dans sa peau de ne pas avoir performé au-dessus de nos possibilités aujourd’hui.

Commençons à nous sentir un peu plus libérés de tant de pression pour être des surhommes et des surfemmes. Nous sommes humains, souvent imparfaits, faillibles et méritons des temps d’arrêt et des soins personnels.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pour faire ressortir le meilleur de quelqu’un, il faut engager le meilleur de soi
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Pour faire ressortir le meilleur de quelqu’un, il faut engager le meilleur de soi


  • Lundeen E, Fisher-Pai E, Neuhauser D. Continuous self improvement to reduce stress levels: developing an individualized model of health. Qual Manag Health Care. 2001 Spring;9(3):47-56. doi: 10.1097/00019514-200109030-00006. PMID: 11372503.
  • Handley, A.K., Egan, S.J., Kane, R.T. et al. The relationships between perfectionism, pathological worry and generalised anxiety disorder. BMC Psychiatry 14, 98 (2014). https://doi.org/10.1186/1471-244X-14-98

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.