La dissociation : un phénomène curieux de notre esprit

3 septembre 2017 dans Psychologie 141 Partagés

La dissociation est un phénomène faisant référence à la déconnexion qui s’effectue parfois entre les pensées, les émotions, les souvenirs et l’identité d’une personne. Par exemple, vous faites l’expérience d’un léger degré de dissociation quand vous êtes tellement pris-e par un film ou une conversation que la majorité de ce qui se passe autour de vous est ignoré par votre attention consciente. Un niveau plus sévère est vécu par certaines personnes quand elle ignorent si ce qu’elles vivent est réel, ou par d’autres qui souffrent d’un trouble de la personnalité multiple ou d’un trouble dissociatif de l’identité.

Ceci est commun chez des personnes qui ont souffert de traumatismes psychologiques de divers types, que ce soit un abus sexuel ou une maltraitance psychologique ou physique. Nous pouvons tou-te-s présenter des symptômes de distanciation et de déconnexion de la réalité à n’importe quel moment. La clé est de savoir si ces symptômes interfèrent dans notre vie quotidienne et, si c’est le cas, de connaître leur intensité. Ainsi, comprendre les différents niveaux de dissociation sera essentiel pour savoir si nous avons besoin de consulter un-e professionnel-le. Dans tous les cas, si vous doutez, il vaut mieux le faire.

La dissociation est un manque de connexion émotionnelle

Certain-e-s psychologues définissent la dissociation comme un mécanisme de défense de l’inconscient (ou que nous mettons en marche de manière inconsciente) pour ne pas faire l’expérience d’une douleur émotionnelle face à un conflit ou une situation stressante. Le problème surgit quand cette dissociation se maintient dans le temps et lorsque l’événement traumatique est déjà passé.

Imaginez, par exemple, une personne qui a eu un accident de voiture très grave. Afin de se protéger, sa mémoire a congelé ce souvenir et, au moment de se souvenir de l’accident, la personne ne ressentira plus aucune émotion.

Il s’agit d’un état d’altération psychologique qui apparaît avec de nombreux troubles psychologiques tels que : le trouble de stress post-traumatique, l’anxiété, la dépression, le trouble de la personnalité limite et les troubles dissociatifs, entre autres. L’une des caractéristiques principales de la dissociation est qu’elle peut altérer la conscience, la mémoire, la façon dont l’environnement est perçu et même, dans des cas plus graves, l’identité d’une personne.

Symptômes communs dans le phénomène de la dissociation

Dans les troubles dissociatifs, nous pouvons retrouver certains symptômes communs qui ne doivent pas forcément se réaliser en même temps. Normalement, le niveau d’attention est altéré, une désorientation dans le temps et l’espace peut se présenter et le comportement est normalement automatique (par exemple, conduire, lire, des choses que nous savons faire sans penser). Par ailleurs, la personne peut ne pas se souvenir de ce qui s’est passé il y a quelques minutes (problèmes pour construire de nouveaux souvenirs).

Dépersonnalisation

C’est un phénomène qui apparaît quand la personne ne se reconnaît pas dans son propre corps ou dans son propre esprit. Une sensation de détachement surgit, on vit comme si on était un-e observateur-trice externe de son être. Par exemple, la personne peut avoir la sensation de se regarder dans le miroir et de ne pas se reconnaître ou bien de ne pas se sentir connectée à son propre corps.

Déréalisation

La personne vit dans le monde comme s’il n’était pas réel, comme s’il s’agissait d’un rêve. Elle a une sensation de confusion parce qu’elle se sent maladroite au moment de distinguer si ce qu’elle vit est réellement en train de se passer ou non. Elle perçoit le monde de façon biaisée et distante, sans pouvoir y remédier. Par exemple, elle peut entendre les voix des autres de façon lointaine ou distante.

Amnésie dissociative

L’amnésie est l’incapacité à se souvenir d’une information autobiographique importante. Il se peut que la personne oublie son anniversaire, la date à laquelle elle s’est mariée ou même des parties de sa vie. L’amnésie dissociative est différente de l’oubli quotidien parce qu’elle affecte la personne qui en souffre et génère un mal-être significatif.

Confusion et altération de l’identité

La confusion de l’identité se produit quand la personne a des doutes à propos de qui elle est en réalité. Elle peut faire l’expérience de distorsions dans le temps, l’espace et la situation. Par exemple, la personne peut en arriver à penser qu’elle a dix ans de moins que ce qu’elle a en réalité. Quand une altération de l’identité se présente, la personne peut changer de ton de voix ou utiliser différentes expressions faciales qui peuvent la mener à des situations du passé.

Pourquoi la dissociation se produit-elle ?

Un degré de dissociation léger consiste, par exemple, à être absorbé-e-s dans nos pensées au point de ne pas faire attention à notre chemin, de sorte que quand nous retournons à la « réalité », nous sommes déjà arrivé-e-s à notre destination. Cette dissociation n’est pas forcément pathologique, sauf si elle nous cause un grand mal-être.

Quand nous parlons de niveaux de dissociation plus sévères, nous pouvons retrouver diverses causes qui les produisent. Les chercheurs expliquent ce phénomène comme une combinaison de facteurs environnementaux et biologiques.


« La dissociation est un mécanisme adaptatif pour se déconnecter de la douleur émotionnelle produite par un trauma. »


Généralement, les traumatismes tels que les abus infantiles, les viols et les violences physiques répétées dans l’enfance, entre autres, font que l’enfant utilise la dissociation comme un mécanisme adaptatif afin de réduire la douleur émotionnelle qu’il vit.

Cependant, quand la dissociation se poursuit à l’âge adulte et que le danger initial n’existe plus, elle peut finir par devenir pathologiqueL’adulte peut donc se déconnecter des situations qu’il perçoit comme potentiellement dangereuses, vivant ainsi éloigné de la réalité.

Que faire si nous nous reconnaissons dans l’un ou l’autre de ces symptômes ?

Il faut avant tout rester calme. Si vous vous rendez compte, de temps en temps, que vous n’avez pas écouté votre compagnon/compagne ou que vous ne vous souvenez pas du trajet en métro que vous venez de faire, rassurez-vous, c’est normal et vous n’avez pas forcément besoin d’un traitement psychologique. Mais si les symptômes sont plus fréquents ou interfèrent avec votre vie quotidienne, alors vous pouvez peut-être demander l’aide d’un-e psychologue.

Dans les cas où il y aurait des symptômes de dépersonnalisation, de déréalisation, d’amnésie dissociative ou de confusion et d’altération de l’identité, il sera nécessaire de suivre un traitement psychologique qui nous aidera à réintégrer les différentes parties qui se sont séparées/dissociées.

Pour cela, nous avons besoin d’un traitement thérapeutique qui nous permettrait d’apprendre à mieux gérer nos émotions, en intégrant des mécanismes de relaxation lorsque celles-ci menacent de déborder. Normalement, les spécialistes créent un traitement personnalisé où l’on aborde le trauma, où l’on travaille avec les parties dissociées et où l’on enseigne des stratégies de soin personnel et de nouvelles ressources pour pouvoir commencer à mener une vie plus stable et saine. Il s’agit de restaurer la confiance en nos propres capacités, en tant que manière saine de nous protéger et de prendre soin de nous.

A découvrir aussi