Aussi difficile un enfant soit-il, ne cessez jamais de lui parler gentiment

16 mai 2017 dans Emotions 1290 Partagés

Bien sûr, nous sommes souvent fatigué-e, dépassé-e par les informations, les problèmes et les responsabilités. Toute notre frustration finit par se transformer en sourcils froncés et en mots que nous lançons envers les plus petit-e-s. Beaucoup de ces destinataires sont de petits enfants, des êtres qui ne comprennent pas bien les raisons de notre énervement. Nous changeons le mode « parler gentiment » en un mode « mots durs, plein d’adjectifs inutiles qui se réfèrent de manière cruelle à ce qu’ils font tout le temps ou à ce qu’ils sont ».

Combien de parents lancent à leurs enfants des mots tels que « tu es bête », « comporte-toi bien » et même « idiot-e » ? Quiconque voit cela de l’extérieur a l’impression que cette attitude est immature. Mais il faut se mettre dans la peau du parent, qui ne sait pas faire face à un niveau d’exigence si élevé. Peut-être que vous aussi, à un moment donné, vous avez agi de la sorte.

Cependant, il est important de toujours faire un effort. Les enfants ne sont pas responsables et ne méritent pas que nous nous débarrassions de nos problèmes sur eux. Avant tout parce qu’ils font leurs premiers pas dans la vie et que ce que nous faisons aujourd’hui sera pour eux un message positif ou négatif qu’ils garderont toujours dans leur cœur.

Souvent, ce ne sont pas les enfants qui passent par une « période difficile », mais les parents qui sont débordés et ne savent pas faire face à la pression.

Leur parler gentiment sera toujours mieux qu’un gâteau

Un gâteau, un cri, une punition paraîtra toujours plus efficace que parler gentiment aux enfants. Les résultats sont en effet immédiats, mais ils comprennent des effets secondaires pervers. Ils ne peuvent pas se défendre de l’attaque, ils se sentiront humiliés et même goûteront, pour la première fois, à ce qu’un jour il découvriront sous le nom de ressentiment.

De plus, ils auront tendance à imiter : ils penseront que si quelqu’un de plus fort qu’eux peut utiliser la violence pour les maîtriser, ils pourront aussi l’utiliser avec ceux qui sont plus petits qu’eux.

Parler gentiment aux enfants peut sembler, au premier abord, être une mauvaise tactique qui ne fonctionne pas. On a l’impression que nous n’allons pas obtenir ce que nous voulons, à savoir, qu’ils comprennent qu’ils ont fait quelque chose de mal. La communication est toujours le plus important. Les plus petit-e-s, même si nous n’y croyons pas, comprennent bien plus que ce que nous pensons.

Si nous leur expliquons ce qu’ils ont mal fait, comment ils auraient dû faire et que nous terminons avec un câlin, nous leur transmettons une leçon précieuse : les erreurs sont humaines et l’important est d’apprendre d’elles. Nous leur envoyons un message clair : « La prochaine fois, tu feras mieux, j’ai confiance en toi ».

La tendresse, l’amour, la compassion et la consolation se graveront dans le plus profond de leur être et ils apprendront bien plus vite. Ce message que nous essayons de leur transmettre mûrira avec le temps. Peut-être qu’aujourd’hui, nous ne le voyons pas, car ce n’est pas aussi instantané qu’une gifle. Mais à long terme, nous pourrons contempler les résultats grandioses. De plus, nous verrons que nos enfants éduqueront leurs propres enfants de la même manière et nous nous sentirons fier-ère-s d’eux.

Parler gentiment aux enfants leur trace un début de chemin où l’amour, l’écoute et la compréhension sont très présents.

Nous voulons que nos enfants aient peur de nous ? Nous cherchons à leur insuffler le respect en partant de la peur ? Ce n’est pas un apprentissage sain. Un mot négatif ou une insulte peuvent provoquer de l’insécurité, une faible estime de soi et des peurs inutiles… Nous sommes bien sûr tou-te-s occupé-e-s, mais nous avons mis au monde une petite personne qui mérite toute notre attention, tout notre amour et toutes nos bonnes actions.

Le pouvoir de la discipline affective

L’agressivité amène à plus d’agressivité et à plus de comportements que nous ne voulons pas. Par exemple, si notre enfant ne comprend pas nos cris, il apprendra à ne pas nous écouter. Mais si nous mettons en pratique la discipline affective, où il y a des appels à l’attention subtils et délicats, les résultats seront bien meilleurs. Mais il est difficile de le faire si nos propres parents n’ont pas agi de la sorte avec nous. Si nous ne nous en rendons pas compte, nous répéterons probablement le même modèle de comportement.

Agir de la même manière que nos parents est souvent quelque chose que nous ne souhaitons pas. Or, peut-être que cela arrive car nous ne nous prenons pas le temps d’analyser la manière dont nous traitons nos propres enfants. Il est important de réfléchir à cela. Peut-être que nous ressentons de la nostalgie car nous n’avons pas reçu toute la tendresse que nos parents pouvaient nous donner. Peut-être qu’ils ne savaient pas nous en donner correctement.

C’est normal. Aucun parent n’a de manuel d’instructions qui lui indique quelle est la meilleure manière de procéder. Pour autant, malgré tout cela, il est très important d’écouter tout ce que vit notre enfant dans son enfance. Car lui parler gentiment l’affectera d’une manière déterminée et lui fera payer nos frustrations, d’une autre manière.

Même si les forces vous manquent, même si tout votre entourage est négatif, ne vous lassez jamais de parler gentiment à vos enfants.

Tout ce qui arrive dans l’enfance nous marque au fer rouge lors de la vie future. Les enfants naissent disposés à l’amour. Prenons le temps de les connaître, de les écouter et cherchons ce point qui permet de capter leur attention pour pouvoir leur apprendre des choses et les orienter correctement. Et tout cela doit se faire à partir de l’amour, non pas à partir de la peur. Parler gentiment à ses enfants est une grande décision.

Lisez aussi : Félicitez vos enfants en public et corrigez-les en privé, mais sans leur faire de mal

Images de Käthe Kollwitz, Claudia Tremblay, Soosh

A découvrir aussi