Le démon de la dépression

7 septembre 2015 dans Psychologie 4 Partagés

Mais que se passe-t-il ?
La tristesse est devenue pareille à la haine,
Mais pas contre moi-même,
plutôt contre tout ce qui m’entoure,
je suis devenu volatile et instable,
je regarde maintenant avec mépris l’être humain »

(Jordan Cortes)

Andrew Solomon est un écrivain et un professeur de psychologie, considéré comme l’un des plus grands experts du monde de la dépression. Dans son dernier livre, « Le démon de la dépression« , il nous offre toute la globalité de sa vision sur cette maladie.

Durant 5 ans, il a interviewé de nombreuses personnes atteintes de cette maladie. Il s’appuie également sur sa propre expérience, car il a lui aussi souffert de dépression. Il a reçu le prix du National Book Award et a été finaliste du prix Pulitzer.

Solomon définit la dépression comme la « fissure de l’amour », une blessure qui se ferme, qui se cicatrise et qui se rouvre à cause de certains facteurs, tels qu’une rupture amoureuse, la perte d’un être cher, des difficultés professionnelles, etc.

Lorsqu’elle survient, cette fissure de l’amour détruit la partie la plus intime de la personne qui en souffre, en la privant de sa capacité à donner et à recevoir de l’affection.

Lorsqu’une personne souffre de dépression, elle vit une grande solitude intérieure qui détruit son lien avec les autres, mais également la relation qu’elle a pu établir avec elle-même.

Évidemment, chaque cas de dépression est unique. Si certaines personnes sont plongées dans cet état à cause de facteurs déclencheurs évidents, comme la perte d’un enfant par exemple, d’autres peuvent sombrer dans cette pathologie pour des raisons qui paraissent insignifiantes à première vue.

Indépendamment de sa cause, la dépression entraîne quasi-systématiquement un besoin d’aimer et d’être aimé tout à fait démesuré.

Ce besoin se fracasse sur l’impossibilité d’aimer et d’être aimé, que provoque cette pathologie.

Solomon exprime cette contradiction majeure de la manière suivante : « Lorsqu’une personne est déprimée, elle a besoin de l’amour des autres, mais la dépression favorise des actes qui détruisent cet amour« .

Pour le Dr. Andrew Solomon, si quelque chose peut caractériser à la perfection la dépression, c’est l’incapacité à aimer et la laxité totale, c’est-à-dire l’impossibilité d’agir, le manque d’appétit, l’absence d’affection et de volonté.

Il existe d’autres symptômes de cette pathologie, bien plus discrets et parfois totalement cachés, qui peuvent pourtant nous révéler sa présence, pour pouvoir la soigner le plus tôt possible. Andrew Solomon en reconnaît dix :

1. Boire plus que d’habitude : la consommation d’alcool est l’une des tactiques les plus habituelles pour combattre la douleur, et pour trouver des solutions aux problèmes qui peuvent nous occuper l’esprit.

2. Être obsédé par le lien social : tenter de séduire le monde entier permet d’essayer de combattre la dépression et de ne pas se sentir seul.

3. Se disputer fréquemment : être sur la défensive continuellement permet de combattre la sensation de vulnérabilité que procure la dépression.

4. Ne rien ressentir : pour ne pas se sentir tristes, nous évitons d’éprouver des sentiments, comme si nous étions des zombies. Cela provoque rapidement un éloignement de tous nos proches.

5. Ne pas être productif au travail : malgré des efforts, il est difficile pour la personne dépressive d’avoir un bon rendement professionnel.

6. Ne pas être concentré : nous pensons toujours à d’autres choses que celles que nous sommes en train de faire, nous oublions souvent des choses, etc.

7. Plus rien n’a d’importance : ce n’est pas qu’une parole en l’air, prononcée par une personne dépressive. Elle n’arrive plus à se motiver pour rien, malgré l’insistance des autres.

8. Sortir plus qu’à l’accoutumée : sortir est un moyen d’essayer d’échapper à la dépression, même si la personne se sent souvent très mal lorsqu’elle assiste à différents événements.

9. Rire et pleurer de manière désordonnée : Si nous sommes atteints de dépression, nous pouvons pleurer et rire de manière incohérente. Cette pathologie provoque une instabilité émotionnelle constante.

10. Faire beaucoup de choses : la dépression entraîne ceux qui en souffrent à s’activer de toutes parts pour se sentir invincibles, alors que la réalité est toute autre.

Qu’est-ce qui peut nous aider à combattre la dépression ?

Voici quelques conseils pour lutter contre la dépression :

  • S’entourer de personnes qui nous aiment.
  • Bien dormir
  • Avoir une alimentation saine et faire de l’exercice.
  • Suivre une psychothérapie.
  • Opter pour des alternatives saines aux antidépresseurs, comme l’homéopathie, l’hypnose, la littérature, la musique, etc.

Même si Andrew Solomon affirme qu’il existe des conseils qui peuvent être utiles pour toutes les personnes souffrant de dépression, il faut garder à l’esprit que chaque cas est différent.

Il apparaît donc logique que les traitements s’adaptent en fonction du malade.

Il est possible, par exemple, de se concentrer sur l’autre visage de la dépression, le moins sombre peut-être. En l’analysant, on peut découvrir ce qu’elle cherche à nous enseigner.

Solomon nous dit qu’elle est là pour aider l’être humain et qu’elle nous permet de comprendre comment l’état d’esprit influe sur tout ce que nous expérimentons dans notre existence.

Comment aider un proche qui souffre de dépression ?

La dépression est la maladie de la solitude, qui convertit les interactions avec les autres en situations stressantes.

La première chose à faire est donc de ne pas laisser la personne seule. Elle doit ressentir notre présence, d’une manière ou d’une autre.

Nous devons lui parler, ou tout simplement être à ses côtés. Le fait de se maintenir proche d’elle va lui permettre de ne pas sombrer dans un abîme de solitude.

Félicitez-la au moindre de ses progrès, même s’ils sont minimes. Aidez-la à mener une vie saine et à mettre le doigt sur les choses qui la stressent, et documentez-vous sur la dépression et sur son traitement.

Voici quelques pistes qui devraient vous permettre de venir en aide à un proche qui souffre de dépression.

N’oubliez pas que, si la dépression ne se guérit pas par l’amour, le fait de se sentir aimé par les autres permet à la personne dépressive de trouver la motivation nécessaire pour se sortir de cette situation.

A découvrir aussi