Mes décisions parlent de moi

· 3 février 2017

Il existe beaucoup de façons d’exprimer aux autres qui nous sommes ou ce que nous ressentons réellement. Nous pouvons le décrire, expliquer ce que nous voulons ou essayer de cacher ce que nous ressentons ; cependant, les décisions que nous prenons, ce que nous faisons et la manière dont nous le faisons nous trahissent et nous exposent au monde tel-le-s que nous sommes véritablement.

Parfois, nous utilisons les mots en tant que déguisement et nous essayons, souvent sans grand résultat, de dissimuler avec cette tenue ce que nous ne voulons pas que les autres voient. D’autres fois, nous ne sommes même pas conscient-e-s de la contradiction créée par nos actes et nos paroles.

Nous réduisons le temps en prenant des décisions, certaines triviales et d’autres très importantes. Les chemins que nous empruntons concordent parfois avec ce que nous disons et pensons, tandis qu’en d’autres occasions, nos paroles et nos actes vivent à grande distance l’un de l’autre.

La confusion d’un double message

Quand nous faisons et disons quelque chose en formant un accord, il n’y a pas de confusion possible, le message verbal est renforcé par un message non verbal cohérent. La communication est claire et l’autre personne pourra nous comprendre sans grande difficulté.

Les doutes et la confusion arrivent quand nous envoyons un message verbalement et en envoyons un autre non verbalement. C’est comme dire oui avec la bouche tout en faisant des signes de négation de la tête. Cette contradiction déconcerte celui/celle qui nous écoute et nous voit, ce qui génère en lui/elle de l’incertitude et des sentiments croisés.


Imaginez cet exemple de de double message : votre conjoint vous dit sur un ton hostile « fais ce que tu veux, tu es libre ». Dans ce cas, il vous dit verbalement que cela ne lui importe pas et qu’il approuve votre décision tandis que, de manière non verbale, il transmet de la négation et de la désapprobation.


article_13920248203

Quand un double message est envoyé, la personne qui le reçoit se trouve coincée dans un dilemme. En raison de cette double intention et de sa contradiction, quoi que le-a récepteur-trice fasse, iel agira de toute façon contre ce que l’autre personne dit ou veut.

Quand le verbal et le non verbal se contredisent

Quand les mots et les faits se contredisent, ce sont les actes qui ont le pouvoir de révéler les véritables intentions. Prêter attention à ce que fait l’autre personne, et non pas à ce qu’elle dit, est ce qui décrit le mieux ses motivations. Même si ce n’est pas une prémisse certaine, elle va augmenter statistiquement notre probabilité de viser juste.


« N’ayez pas confiance en mes mots, mais plutôt en mes actes ; je peux vous mentir avec mes paroles, mais non pas avec mes actions. »

Anonyme


article_13873226883

Ce principe peut aussi s’appliquer pour mieux nous connaître personnellement. Face à un dilemme ou à un doute sur ce qu’il faut faire ou ce que nous voulons vraiment, nous pouvons regarder et analyser les actions que nous avons menées jusqu’au moment présent. La première chose que l’on demande aux psychologues pour être bon-ne-s, tout comme aux médecins ou à tout autre type de professionnel-le-s, c’est l’observation.

Être conscient-e-s de nos actes

De la même façon que nous prêterons attentions aux actes de l’autre personne pour connaître ses véritables intentions, nous observerons nos pensées et nos actions pour connaître nos propres motivations.

Être conscient-e-s des décisions que nous avons prises et des actions que nous avons menées nous rapproche davantage de notre connaissance personnelle. Connaître nos motivations réelles nous aidera à résoudre des dilemmes et à marcher dans la bonne direction en temps de crise.


« La conscience est la boussole de l’homme. »

-Vincent Van Gogh-


conciencia-liberadora

En plus de mes mots, je suis aussi mes décisions

Si nous ne renforçons pas par des actes le message de nos mots, ceux-ci resteront vains. Dire que vous êtes en faveur d’une cause, appuyer sur un « J’aime » sur une publication d’un réseau social ou être d’accord avec une idée, dans la majorité des cas, ne suffit pas.

Il est nécessaire que les mots et les actes aillent de pair. Nous devons être cohérent-e-s avec nos idées et agir en accord avec elles, pour ne pas nous contredire au moment de nous exprimer verbalement et non verbalement.

Il est important d’être conscient-e-s des décisions que nous prenons – ou que nous ne prenons pas – et être responsables de celles-ci. Réfléchir sur ce que nous disons ou sur ce que nous faisons nous aide à nous situer, à remettre en question nos pensées et à agir de façon plus cohérente et intégrée à nos valeurs.